Alpes, vues du Zeppelin

il y a
1 min
129
lectures
116
Finaliste
Jury

Un jour il naît, depuis il vit. Dans l'antre des livres tordus. Il bavasse sur la nomenclature. Tous, descendaient la Rue qui monte, un allait à contre sens. De la race de ceux qui  [+]

Image de 2020
Je le sais que je les ai vues au lointain.
Je le sais que je les ai toujours vues.

Six cent mille conifères se sont rassemblés sur ses flancs
Six cent mille de nos frères ont jeté leurs racines, dévolues à ses terres.
Ils n’y a pas de meilleur raisons que la leur.
S’ils se griment en blancs, c’est parce qu’il ne sont que des ères
Réveillonnant tous les soirs d’hiver

Je le sens, oui, comme je peux sentir au loin.
Je le sais que j’ai toujours senti, les indices du moindre vent.

Les odeurs se confondent longtemps au sein de la cité des Alpes
Petite sœur, que fait-elle à s’appliquer à répandre ses jaunes lumières ?
Elle vit comme la dernière des forteresses.
Si les citadins lèvent encore la tête, ils savent que leur raison d’être
se joue quelque part dans les névés éternels.

Je le peux, je sais que je le pourrais.
J’ai toujours su que je le devrais.

Descendre en piqué de mon ballon volatile et vriller jusqu’aux sols généreux
Aux sols des Alpes, ivres des lacs miroitant les panoramas des cieux
À la terre grasse des pâturages où les ombres des nuages finissent toujours par s’éclipser
À la plénitude des vocalises sylvestres portées par le vent fort, interprète des vielles forêts
À la haute montagne, barrage immuable qui affronte la rage des orages estivaux
À la haute montagne qui colériques emportent et creusent de sombres caveaux
Aux Alpes qui surgissent, parfois dents acérés, parfois mont doux, parfois crêtes courbés
Aux Alpes qui toisent le crâne humain et qui le cagole, qui le corrige et qui l’émeut.

Je ne fais que passer, je le sais.
Je le sais que je ne fais que passer.

Je m’incline une dernière fois et de mes hauteurs m’en vais.
116

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,