Allez viens !

il y a
1 min
3
lectures
0
Allez viens, je t'emmène
Loin des villes, loin des plaines
Loin des vils bâtiments
Loin des asiles de ciment

Allez viens, je t'emmène
Loin des satanés mouroirs, des odeurs d'abattoirs
Loin des magasins de marque, des bars à thème
Loin des sols engorgés, des rivières polluées

Allez viens, je t'emmène
Vers un écrin bleuté d'orchidées où décharger ta haine
Vers une forêt de pins où royer ta chienne de vie
Vers une montagne où te prostrer si tu en as envie

Allez viens, je t'emmène
Te ressentir, te décharger, te déchirer, te guerroyer,
Te cambrer et enfin te relever sur un je t'aime oyé
Dessine moi un sourire, dessine moi un animé

Allez viens, je t'emmène au pays du soleil levant
Je vais creuser le sable blanc, te faire un temple
Te faire rouler sur les vagues à plein sang
Te cueillir, te recueillir, t'accueillir pimpante

Allez viens, je t'emmène au son des bols chantants
Au son de la musique de Julie Pietri ou Richard Cocciante
Où je serai là pour danser et dormir ici ou là-bas avec toi
Là à t'affûter ton destin, t’affûter comme une hors la loi

Allez viens, je t'emmène réécrire la constitution
Faire fi du libéralisme d'autan et relever la liberté
Faire face aux discriminations et y relever l'égalité
Faire fi de la compétition et relever la fraternité

Allez viens, je t'emmène
Rejoindre les écolos du lundi
Celleux qui se lèvent tôt pour la vie
Celleux grâce auxquel.le.s le ciel est moins gris

Allez viens, je t'emmène
Rejoindre les véganes du mardi
Qui, avec les poules font mardi gras
En leur proposant un masque de chat

Allez viens, je t'emmène
Rejoindre les laissés pour compte par un mercredi
Les personnes en situation de précarité
Autour d'un vers à deux mains, autour d'un ukulélé

Allez viens, je t'emmène
Rejoindre les personnes victimes du jeudi
Celleux pour qui la vie les a vivement marqué
D'un traumatisme qui revient, ou d'un coup d'épée

Allez viens, je t'emmène
Rejoindre les animaux blessés du vendredi
Les animaux laissés à l'abandon, les animaux
Qui au fond d'un camion funeste attendent de l'eau

Allez viens, je t'emmène
Rejoindre les arbres centenaires du samedi
Suivre à en loucher, les hélicoptères des érables
Et toucher toute étonnée, le mimosas pudica

Quant à dimanche
Retroussons nos manches
Tenons nous ensemble les mains
Et construisons enfin un monde plus gai pour demain.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,