Accent de terre

il y a
1 min
199
lectures
40
Qualifié

J'ai grandi sous l'aile d'une grand-mère extraordinaire, une femme de la terre ; un jour j'ai fermé la fenêtre de ses yeux, un jour j'ai fermé la porte du palais où patoisent les mots, un jour je ... [+]

Image de Grand Prix - Printemps 2022
Image de Poèmes

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Ses traces
Elles étaient marquées dans la terre de son pays
Il les avait laissées
Il était parti
Mais sa terre s'était accrochée à lui, à ses pieds
Sa terre s'était cramponnée à ses semelles
Pour être emportée et déposée partout où il irait
Pas à pas, fidèle, sa terre le suivait

Quand il revint chez lui
Bien des années après
Il chercha les traces qu'il avait laissées
Mais dessus, tant d'autres étaient passés
Tant d'autres les avaient empruntées, piétinées, effacées
Ses traces n'étaient plus

Alors il se déchaussa
Une terre était là, stockée entre ses crampons
C'était la terre récoltée sur son passage
Dans son sillon
Une terre collée à ses talons
Qui parlait la langue des sols
Avec le goût, le parfum, la teinte
D'un voyage long

Ses paroles
Portaient le timbre d'un accent étrange
Ses paroles
Rapportaient la trace
D'une grande terre de mélange

La poésie
En était le fruit
40

Un petit mot pour l'auteur ? 55 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Ou qu'on aille, l'endroit où on est né colle à nos basques. Il est indissociable de ce que nous sommes, même si parfois, comme l'ont chanté Goldman (Là-bas) et Maxime Le Forestier (né quelque part), le hasard ne fait pas toujours bien les choses. On regarde alors vers d'autres horizons, pour souvent revenir plus tard à nos racines.
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Oui Pat, c'est bien cela, on revient souvent à nos racines. Merci beaucoup pour votre lecture et votre message.
Image de Pascal Pineau
Pascal Pineau · il y a
Je ne peux l'expliquer mais c'est votre deuxième poème que je lis et pas de mots ,juste : je ressens de la beauté ,de la pureté dans vos textes ! c'!est magnifiquement beau !!!Et d'émotion pure ! Merci Merci Merci !!! Pascal
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Merci à vous pour vos mots. J'ai écrit ce poème en hommage à un grand poète Mauritanien que j'ai eu la chance de rencontrer.
Image de Saint Sorlin
Saint Sorlin · il y a
Mais oui! Les mots abreuvent les sillons de la poésie. Elle foisonne ou musarde au gré des muses. Merci Léonore pour se retour à la base de la création.
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Merci à vous aussi Saint Sorlin pour votre beau message.
Image de Patricia Besson
Patricia Besson · il y a
Magnifique poème qui nous ramène à nos racines..
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Ne jamais oublier ses racines ! Merci beaucoup Patricia.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Joli voyage en vers libres. 💕
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Merci Fred d'être venue partager ce voyage...
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
Savoir 's'accrocher ' poétiquement à la Terre...notre credo..merci Léonore
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Oui Zou zou on s'y accroche à cette terrre ! Merci beaucoup.
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Une belle narration que j'aurais mieux vue, malgré les rimes éparses, disposée sous forme de prose poétique c'est à dire en paragraphe plutôt qu'en vers irréguliers. Il y a un goût de la terre roboratif.
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Merci Sylvie pour votre commentaire et pour votre avis sur la forme. C'est toujours très intéressant d'avoir la perception de l'autre.
Image de JL DRANEM
JL DRANEM · il y a
Une poésie qui s’accroche à la semelle des talons... ce n'est pas de la boue, c'est de l'or !
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Merci pour ces semelles d'or !
Image de Said Meziane
Said Meziane · il y a
Poésie, impérissable vestige! j'aime bien.
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Merci beaucoup !

Vous aimerez aussi !