L’azur est amer
La mer en perd son ruban
L’effroi prend quartier

L’homme presse son orange
Confondu par tant de bleus.