17 lectures

1

Mes larmes apaisent les brûlures de ton absence
Les oiseaux chantent et mon cœur balance.
Une douleur aigu transperce tout mon être
Les mots eux-mêmes se mettent à disparaître
Comme la douce mélodie de ton rire dans ma mémoire
Comme la lueur enchanteresse de ton regard.
Ton absence se mélange à mes larmes salées
Le cœur lourd je regarde le bonheur s'envoler.
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Il est sept heures du matin lorsque je pars de chez moi pour aller dans mon nouveau lycée. Nous sommes en plein mois de mars, l'air est frais et la nature ne s'est pas encore réveillée. Je ne ...

De la même thématique