Abandon

il y a
1 min
10
lectures
0
Ainsi, tu le vis,
Étendu, le regard vide.
Ses yeux, souhaitant la vie,
Sur ce sol humide.

Quel est ton souvenir,
En cet instant?
A l'extérieur, tous ces rires.
Rejoins les, il est encore temps.

Ainsi est l'existence,
Confrontée à des choix,
Qui ne trouvent de sens.
A ses côtés, tu choisis la joie.

La blancheur, quelle pureté!
La pâleur, quelle morosité!
Vierge de décision.
Ivre de trahison.

Ainsi tu le vis,
Étendu, le regard vide,
Le corps dénué de vie.
On l'appelle suicide.

Ne te jette pas à ses côtés,
Il est déjà de l'autre côté.
Toi que vas-tu faire?
L'enfoncer dans ta chair?
Soit.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !