À travers mes yeux

il y a
1 min
12
lectures
2
Malgré les rires, malgré les calomnies,
Je ne doute pas de ta loyauté,
Car les cicatrices de notre vie
Ont à jamais marqué ton coeur gelé.

Le jeu auquel tu t'adonnes est très dangereux,
Il peut te broyer les os et te rendre vieux
Il peut te rendre fou et te faire oublier
Qui tu es. Mais au moins, si tu l'as décidé,

Laisse moi être là pour panser tes blessures,
Pour te relever, pour te mettre ton armure,
Pour te l'enlever, pour te prier dans l'ombre,
Laisse moi être là pour que jamais tu ne sombres.

Les minutes, les heures et les jours ont passé,
Mon imagination t'a trop encensé,
Et mes yeux, par mon amour embués
Ne t'ont offert qu'espoirs vains et aveuglés.
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,