1 lecture

0

À moi qui me sens effacé
Un peu trop dans le passé
Des faces A, qui s'effritent dans les pensées
Éloigné des méandres infines, desolidifiées
Qui sèchent et feignent d'avoir existé
Des faces et des femmes cassées
Des teignes qui te tiennent par tes faits, aah assez..
Une étoile brûle et brille toujours allumée
Appeler, oublier, s'effacer, se rappeler, on est trop occupé, au cul tu sais
Trop occupé à croire ce que je prétendais,
M'amuser de petit jeu
Je ne sais plus à quoi je pense
Je...pense...

À la femme, mère d'un enfant qui né
Petit, pas formé parmi les déchets
Courage, tu ne peux regretter
Fait engendré, ne passe pas à côté
Tes mains ne sont pas sales, juste mal regarder
Changer, ça va changer je veux t'aider
Tirer à ta place, je veux tes dés
Croire à ta félicité bientôt arrivée
Ramer, pour nager, pour couler,
Pour oublier, pour s'affaiser,
Des catins cramées, excitées, si différentes,
Qui réclament des fessées
Et clament leurs fesses et
Leurs seins sur les toits
A la muraille du jour et aux étoiles
Ne pense surtout pas à arrêter
À... arrêter...

À l'homme qui a trop abusé
Tromper son monde pendant trop d'été
Je veux t'oublier, je veux t'enterrer et te dénoncer
Des noms C et des faces C, les plans écartés
Plan a jeté, plan B jeté, plan C gardé
Pour croire à la félicité
Echo d'un masque glacé
Gelé et fêlé, démêler c'est peu, pas assez
Trop coller, souder pour faire qu'une bouchée
Affamé, prêt à voler, à terrifier
Une utilité contestée parmi tes péchés
À quoi te sert de lutter
De... lutter !

Comprenez
Ce que vous voudrez
Je n'ai fait
Que penser

Thèmes

Image de Poèmes
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,