À la lueur des canons

il y a
1 min
114
lectures
17

Écrire, c'est libérer sa tête des idées fantaisistes qui l'embrouillent, les mettre dans l'ordre, leur donner un sens, les embellir pour qu'elles prennent vie et aillent titiller d'autres cervelles.

Depuis trop longtemps, la guerre fait rage.
La planète est dévastée par les outrages.
Les continents ne sont plus reliés,
Les pays, exsangues, sont morcelés.
Ne restent que débris de civilisation
Déchirés entre avenir et perdition.

Et au milieu, nous deux,
Prisonniers de leurs jeux,
Des pions sans enjeux.

Avant je pensais : laissons-les s’entretuer,
Tout brûler et anéantir l’humanité.
Désormais, je me bats chaque seconde,
Pour que debout persiste notre monde.
Si je tue, ce n’est pas pour survivre,
C’est parce que je veux te voir libre.

Ton pays, si distinct de moi,
Et pourtant, tu es mon choix,
Ma croyance est ta voix.

Qu’ils s’étranglent avec leurs idéologies,
La haine n’est pas la solution élargie.
Alors, malgré nos poches remplies d’armes,
Le désespoir qui fait couler nos larmes,
Encerclés par des rapaces armés,
Je promets de me risquer à t’aimer.

Malgré le sang sur nos mains,
Et la peur qui nous tient,
En secret, je t’étreins.

Et si une bombe dans le noir
Détruit notre espoir,
Tant pis, car ce soir,
Nous avons partagé
Ce qu’ils s’obstinent à crucifier :
L’amour sans préjugés.
17

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,