À la campagne

il y a
1 min
251
lectures
26
Qualifié

Autodidacte, rêveur et passionné, épris de poésie et de théâtre, je m'évertue à partager des émotions et la saveur des mots. Animateur et poète dans une maison de retraite, je suis l'auteu  [+]

Image de Automne 2020

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Captifs d’un ciel myosotis,
Nous nous aimions dans la clairière,
Les pins chantaient, témoins ravis,
De nos étreintes musardières.

Comme troublée par nos deux corps,
Une araignée entremetteuse
S’invita sans aucun accord
Pour nous guetter en éclaireuse.

Sur son fil, discrète et mutine,
Elle nous épiait en douce,
Ravie que tu sois l’églantine
Entre les dents de Barberousse.

Et le geai comptait nos baisers
Éparpillés, poudre de fleurs,
Dans le gosier des chicorées
L’abeille trouvait l’âme sœur.

Ayant osé taire leur nombre
Bien qu’ils fussent légion, hutins,
La brise vint en tutu d’ombre
Danser en pointe sur tes seins ;

Puis s’effeuillant plus opérette
Sur ton bas ventre au goût salé,
Moi je jouais les trouble-fêtes
Pour des fourmis et des criquets.

Ô sentier blanc des processions !

Tu m’accueillais, menée d’ivresse,
Tu m’enserrais, tendre buisson,
En jurant tes doigts sur mes fesses.

Et comme miracle d’un jour,
Avant de te livrer bataille,
Entre tes reins, je pris de court,
Deux papillons en épousailles.

26

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !