1
min

A l'infini je vais t'aimer

171 lectures

19

Il est quatre heures du matin, nous sommes rentrés sans user le frein,
Mais de ton corps et de tes seins, mon cœur d’amant mourrait de faim.

Je claque la porte sans faire de bruit, regarde tes yeux en pleine nuit,
Sur la terrasse tu me suis, et devant nous, y a tout Paris.

Puis tu m’enlaces, embrasses mon nez, ta robe glisse jusqu’à tes pieds
Tu gardes tes bas, pour m’exciter, sur une table tu t’es posée.

A l’infini je vais t’aimer,

Du front aux pieds, je te caresse
Tes cuisses chaudes et tes deux fesses
Sans oublier ton île déserte
Ta bouche ouverte est en alerte

Un long baiser une longue trêve
J’nais qu’une envie, tes autres lèvres.
Le plaisir plane comme dans nos rêves
Avec ma langue, ta sève s’élève.

C'est la tendresse qui serre tes seins
Leurs cimes si douces, se gonflent soudain.
Ils sont si lourds, effleurent mes mains
M’enivrent bien plus qu’un verre de vin

Puis c’est la bête qui vient en moi
Bien plus sauvage que le lion roi
Enfonce ma corne au fond de toi
Tes cris s’envolent, l’amour fait loi

Chacun s’applique, le plaisir dure
Les tètes sont pleines d’un amour pur
Elle est si douce, et lui si dur
Se retenir est une torture

Une seule envie, quitter le sol
Des mots d’amour, de belles paroles
Viens l’abandon, tu es comme folle
Autour de nous, tout qui s’envole.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Poèmes
19

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un joli poème sensuel et érotique pour fêter la Saint-Valentin ! Bravo, Frédéric. Vous avez mes cinq votes.
Je vous invite à lire mon sonnet en compète printemps si vous en avez le temps http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous.

·