À l’ami dévasté

il y a
1 min
22
lectures
9

Plaisir, besoin, ivresse, tourment, drogue, obsession, compulsion, consolation et éclats de rire... bref, ECRIRE !!! Ecrire ma vie, vivre mon écriture. Chaque jour et toujours. Pour ma Joie qui  [+]


Pour O*, dans la froidure automnale.
 

Quand tu as tout perdu,
Que puis-je encore te dire ?
Au téléphone mon « Comment vas-tu ? »
Te blesse
Car mes mots ne pèsent rien

Quand l’Absent était tout.

 

Quand tu as tout perdu,
Comment puis-je encore raisonner ?
Mes concepts de « déni » et de « travail de deuil »
T’exaspèrent
Car la thérapie ne peut rien

Quand l’Absent était tout.

 

Quand tu as tout perdu,
À quoi bon vibrer et fredonner ?
Même mon aria de Bach
Te lacère
Car la musique n’exprime rien

Quand l’Absent était tout.

 

Quant tu as tout perdu,
Comment puis-je encore virevolter et rire ?
Ma légendaire joie de vivre
T’assombrit
Car l’existence a un sale goût de rien

Quand l’Absent était tout.

 

Quand tu as tout perdu,
Voudras-tu encore saisir ma main ?
(La droite, t’en souviens-tu, celle des manchettes rebelles !)
Elle t’apparaît froide et lointaine
Car notre connivence ne relie plus rien

Sans ton Absent qui était tout.

 

Quand tu as tout perdu,
Comment etc. etc.
Eh bien, je n’en sais rien !
La seule chose que je sache,
La seule qui m’importe,
C’est que, sans rien comprendre,
Sans rien attendre,
Sans rien quémander
Sans rien élucider
Sans même m’alarmer
Ni surtout anticiper le pire...

Je reste ton confident dévoué

Car, grâce à  ce grand fils qui pour toi était tout,
Notre Amitié contient
Un germe d’immortalité.




(Même si ce matin, en cet emblématique 2 novembre 2020,  mon poème vient d'être refusé par le Comité de Lecteurs — il  a, semble-t-il, la censure aiguisée et un cœur de granit — je suis fier et heureux de l'avoir écrit d'une traite et accompagné d'une chaude icône, sitôt mon portable reposé. Évidemment, étant donné les circonstances et l'indispensable pudeur, je ne mettrai en ligne aucun commentaire. Mais je sais gré à celles et ceux qui voudront ici s'exprimer et laisser un petit mot. Il sera notre réconfort. D'avance MERCI !)
9

Un petit mot pour l'auteur ? 9 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
C’était important de l’écrire.
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Vous avez gagné un cœur Bellinus :-)
Image de Christa Christel
Christa Christel · il y a
Éternel phénix du coeur...
Image de Christa Christel
Christa Christel · il y a
... s'abandonner, se laisser couler, toucher le fond... toucher le fond pour renaître...
Image de Christa Christel
Christa Christel · il y a
Pour le deuil, l'Absence... le grand ultime consolateur qu'est le Temps... le Temps qui tue tant de choses, les déchire, les guérit...
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Les mots ne pèsent plus rien, peut-être, et certaines présence sont insupportables, puis un jour les mots et relations reprennent sens et vie.
Image de Cruzamor
Cruzamor · il y a
"les faits sont têtus", c'était ce que mon amour déclarait souvent, aujourd'hui ... ces qqs mots ont un impact glacial et votre poème m'a ému car oui, l'Absent préside le plus souvent toute notre vie, parfois "nos" vies ("L'absence n'est-elle pas, pour qui aime, la plus certaine, la plus efficace, la plus vivace, la plus indestructible, la plus fidèle des présences ?" Marcel Proust). Tout le monde ... ne peut pas comprendre. Je ne sais pas vraiment si ... c'est tant mieux pour eux !
J'ai tenté de réécrire, si t'as une minute : "mon 1er anniv. seule" Au fond, ça pourrait faire suite en kek sorte à ton poème douloureux ... mais en apparence en "bien plus léger" ...

Image de Leocadie
Leocadie · il y a
Merci pour ce texte...Chacun a ses raisons et pour ses choix et son cheminement...Le lien relationnel d'écoute fidèle et sans jugement, dépasse la raison...
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Dans la boite de Pandore il restait... l'espérance...