À genoux, oublie-moi

il y a
1 min
63
lectures
5
Un pas de plus, un instant de plus
Juste quelques secondes, sans plus
Rien
C’est tout ce qu’il fallût
Pour changer d’état sans que – je le conçois

J’eus la sensibilité de tomber
Et pourtant de m’envoler
Un moment de légèreté
Qu’un pas lourd/eau a terminé

Je n’avais pas eu l’impression de dormir
Mais pourtant bien de m’être réveillé
D’avoir ouvert les yeux
Alors qu’ils l’étaient déjà
Une impression
D’un état second
Qui m’aurait volé
Ce que je n’avais tué
Une dissection de mon corps
Pour qu’il ne meure
Pour qu’il sorte alors
Une autre chose
Qui sourit d’osmose

Soudain
Le sommeil revient
Sans que je puisse le soupçonner
En m’allongeant sans tenir compte de la place
J’espère ne pas rêver éveillé, ou bien d’halluciner

C’est interloquée qu’elle me regarde
Sans une once de malice
Ne comprenant pas que je ne me lève pas
Que ma conscience ne soit pas lys

Pour me sauver devrait-elle m’embrasser
Comme dans les contes de fée
Et qu’il n’en reste trace
Pour que tout s’efface
Notre prince charmant n’est-il pas notre propre âme
5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,