1849 lectures

137

Qualifié

C’était un 31 octobre, il y a bien longtemps. J’avais dix ans.
Et la nuit du 31 octobre, c’est une nuit très spéciale puisque c’est… Halloween !
 
Depuis quelques jours, les costumes de sorcières, les squelettes et les masques effrayants avaient envahi les magasins. À l’école, on ne parlait plus que de ça ! Bref, c’était la fête pour tout le monde… sauf pour moi.
 
Eh oui, j’étais interdite d’Halloween. Pourquoi, à votre avis ?
Non, non, je n’étais pas punie ; je n’avais pas fait de bêtises et j’avais eu des beaux points à l’école…
Si, si, j’avais un costume, une longue robe de sorcière et un chapeau pointu.
Vous ne savez pas ? Vous donnez votre langue à mon chat ?
Eh bien, je ne pouvais pas aller à la fête parce que Maman travaillait cette nuit-là. Et elle avait été très claire : il n’était pas question que je trotte toute seule dans la nuit noire. Puisque je n’avais pas de copine pour m’accompagner, ni de copain, d’ailleurs…
 
Eh oui, pas une seule copine, c’est incroyable, n’est-ce pas ! Bon, je vous explique…
J’étais arrivée en septembre dans cette nouvelle école, j’avais atterri dans la cinquième année de Madame Sofia, où tout le monde se connaissait déjà. En plus, j’étais une étrangère très étrange.
J’avais deux gros appareils dentaires qui me faisaient une bouche énorme pleine de dents en fer. On aurait dit un âne, c’est pour cela que certains m’appelaient « Hihan ». Et ce n’est pas tout… J’avais aussi des yeux comme des billes derrière de grosses lunettes rondes, des culs de bouteille ! Certains m’appelaient « La Chouette ». Bref, je n’avais pas un physique attirant. J’étais même très laide.
Mais, justement, pour le soir du 31 octobre, c’était plutôt une qualité. Les autres devaient acheter des masques pour être horribles et effrayants. Moi, j’étais effrayante sans masque !
 
A la récré, j’entendais les filles et les garçons s’organiser, ils se donnaient rendez-vous sur la place, s’invitaient à souper. J’ai tenté ma chance. Je me suis approchée de ma voisine de banc et je lui ai demandé :
— Che…. e….. enir…
Oui, il faut vous dire que j’avais un petit problème d’élocution, à cause de mes dents en fer qui prenaient toute la place dans ma bouche.
Je n’ai pas eu le temps de terminer ma question ; ma voisine de banc m’a vite répondu :
— C’est pas possible, tu ne pourrais même pas jeter un sort !
Et elle n’avait pas tort…
 
Bref, le soir du 31 octobre est arrivé. Le nez collé à la fenêtre, je regardais passer dans la rue les sorcières pailletées, les squelettes grimaçants et les masques rouges de sang. Je les entendais pousser des cris terrifiants. J’étais si triste que mes yeux allaient éclater.
 
Tout à coup, de l’autre côté de la vitre, un grand visage horrible a surgi. Tellement près ! J’ai eu tellement peur. J’ai reculé tellement vite… que je suis tombée sur les fesses.
C’était une sorcière, une vraie, pas un masque ; et elle me souriait avec sa bouche sans dents, elle m’appelait de son doigt crochu… Elle insistait…
Je me suis approchée ; c’était la vieille Serafina, la voisine. Maintenant, elle frappait au carreau. Je n’étais pas très rassurée. Vous comprenez, Sérafina, elle était bien gentille, mais elle était bien cent fois plus laide que moi…
 
Elle insistait toujours, alors, j’ai ouvert la porte.
— Bonsoir, petite. C’est ma fête, ce soir… Je t’invite.
— Ch’est… chen…il … ais… a…an… a… in…terrr…it… de… chorrr… irrr… cheule…
— Tu ne seras pas seule puisque nous serons quatre. Je te présente Plumtidou…
Madame Serafina s’est écartée et j’ai découvert une chouette plumeuse avec des yeux énormes juchée au bout d’un grand balai.
— Et voici Gargouille.
À l’autre bout du balai, un chat noir était assis sur les branches.
— Mais, tu n’es pas encore prête ! C’est vrai que j’ai peut-être oublié de t’inviter… Je ne t’ai pas dit que nous avions rendez-vous au lac Animaférie ? Non ? Bon, ben, c’est pas grave. Mais il n’y a pas de temps à perdre. Enfile vite ta robe de sorcière ! Si les nuages viennent cacher la lune, on n’y verra plus clair pour voler.
— Fo…ler ?!
— Ben oui, évidemment ! Allez, allez, dépêche-toi !
 
Deux minutes plus tard, j’étais prête. Madame Serafina, en chapeau pointu, a retroussé ses longs jupons noirs, elle a levé prestement la jambe et enfourché son balai. Je la regardais avec des yeux aussi ronds que ceux de Plumtidou.
— Eh bien, monte ! Qu’est-ce que tu attends ? Voilà, très bien, tiens le manche à deux mains. C’est parti ! Donne un coup de patte, Gargouille !
Et le balai s’est envolé, comme ça, d’un coup. J’étais tellement surprise que je n’ai pas eu le temps d’avoir peur ni de crier. Déjà, je voyais d’en haut les toits des maisons et les enfants qui marchaient dans les rues. C’était splendide, un tapis de velours avec dessus des étoiles de toutes les couleurs qui bougeaient. Je sentais le vent de la course sur mon visage, la lune me souriait de ses grosses joues, elle était si près que j’aurais pu la caresser en tendant la main.
À l’avant du manche, Plumtidou dirigeait le balai : un coup d’aile à gauche, ou un coup à droite. Elle évitait les nuages. Très vite le village est devenu minuscule. Je traversais un champ d’étoiles, c’était magique !
 
Tout à coup, Gargouille a miaulé très fort. Aussitôt, Plumtidou a ouvert grand les ailes, le balai a ralenti, viré et piqué tout droit. J’étais terrifiée ! Les attractions de Walibi, c’est de la gnognote à côté de cette virée. Et le balai plongeait vers un grand rond noir et luisant entouré d’arbres immenses. C’était un lac plein d’eau et je ne savais pas nager ! Je me suis mise à hurler, hurler…
— Gargouille, le train d’atterrissage, s’il te plaît…
Le balai s’est posé doucement, à côté de l’eau. Je respirais vite et fort, la bouche grande ouverte, tellement j’avais eu peur de me noyer.
 
Il y a eu un fort bruit de vent dans les feuilles, comme si tous les arbres se secouaient. Et un tonnerre de « crôaaacrôaaa » a retenti. Ça venait de partout. Et des cris terrifiants : « huuhuu ». Je ne pouvais plus bouger, j’étais blanche comme un fantôme.
Et la voix de Serafina qui riait :
— Ah, tous nos amis sont là !
Elle a sauté sur le sol et a tourné en rond en saluant :
— Bonsoir tout le monde ! Eh bien, descends, me dit-elle ensuite. Tu ne vas pas passer la soirée accrochée au balai ! Allez viens, je vais faire les présentations. Mes amis, je vous présente Zoé, apprentie sorcière. Zoé, voici Silenvol et Voldou.
Madame Serafina pointait le ciel au-dessus de l’eau. J’ai vu deux espèces d’oiseaux qui ont tournoyé vers moi, deux petites choses noires qui s’approchaient… Des chauves-souris ! J’ai senti leurs ailes frôler ma joue et elles se sont posées sur le manche du balai. Elles étaient effrayantes avec leur bouche qui s’ouvrait en silence et leurs petits yeux noirs qui perçaient la nuit. Mais leur peau avait l’air si douce ; j’avais envie de les caresser.
— Et voici la famille Oscar : madame, monsieur, …
Des tas de petites balles sautaient en l’air et disparaissaient aussitôt.
— Oui, oui, ça va, les enfants, on vous a vus, vous pouvez arrêter de sauter partout ! Assieds-toi, Zoé, et tends la main, dit Madame Serafina.
Un petit crapaud a atterri dans ma paume, je n’osais plus bouger tellement j’avais peur. C’était froid dans ma main… et ça faisait des chatouilles.
— C’est Oscar Junior, dit Madame Serafina, le plus câlin de la famille ! Tu peux lui caresser le dos, il adore ça…
C’est vrai qu’Oscar Junior aimait mes caresses !
— Alors, comment trouves-tu nos amis ? demande Madame Serafina.
— Rrrrrès… pien…
Et les présentations ont continué. Madame Serafina avait beaucoup d’amis de toutes sortes.
Edmond, un hibou à l’air fâché (Madame Serafina a dit qu’il était toujours bougon, qu’il ne faut pas y faire attention).
Marcel, le rat brun. Très classe ! Il s’est posé devant moi, s’est assis sur ses pattes arrière et m’a saluée comme une princesse en inclinant bien bas la tête.
Et Glissouille, une petite couleuvre magnifique. Elle avait un manteau avec tous les beiges et tous les bruns tricotés si fin ! Elle s’est enroulée autour de ma main, de mon poignet, puis elle a absolument voulu se glisser dans mon cou ! C’était frais et doux.
Et puis, Mademoiselle Colfil. Là, je n’étais pas très rassurée… C’était une araignée ! Nous nous sommes saluées poliment, mais de loin.
Pendant que je faisais connaissance, Madame Serafina distribuait ses cadeaux. De son grand sac, elle tirait des mouches, des petits vers et des miettes de gâteau.
 
Puis, Madame Serafina m’a donné ma première leçon :
— Tu vois, Zoé, si tu veux devenir une vraie sorcière, il faut que tu apprennes à aimer tous ces animaux que les gens normaux n’aiment pas. Bon, il est temps de rentrer maintenant.
Nous sommes remontées sur le balai et nous avons traversé le ciel.
 
J’ai suivi les cours de Madame Serafina pendant des années. J’ai appris les secrets des animaux et les plantes qui poussent dans les fossés. Aujourd’hui, je suis une vraie sorcière, je suis même devenue copine avec Colfil ! Mais j’étudie encore tous les jours parce que les vraies sorcières n’ont jamais fini d’apprendre.
 

PRIX

Image de Automne 2018
137

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
J'ai relu votre texte avec plaisir avec l'histoire de cette nouvelle vocation. Et puis j'adore les sorcières. Viendrez-vous de nouveau soutenir " le bilan " en finale TTC...
·
Image de Chantal Parduyns
Chantal Parduyns · il y a
Merci ! Désolée d'avoir tardé à vous répondre, des ennuis de santé me tiennent éloignée de Short pour l'instant...
Bonne soirée à vous et bonne chance !

·
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Bonjour, merci de revoter mon poème qui arrive en final
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
J'ai encore eu beaucoup de plaisir à vous lire, +5***** et je ne vais pas laisser ce texte trop loin de "Jade ".
Belle soirée.

·
Image de Chantal Parduyns
Chantal Parduyns · il y a
Merci pour votre commentaire et vos votes. Je suis très heureuse que mes histoires vous aient fait passer un agréable moment. Bonne journée à vous !
·
Image de Chantal Parduyns
Chantal Parduyns · il y a
Merci pour votre commentaire enthousiaste !
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
...les contes ne sont pas que pour les enfants , j'ai adoré !
En lice , si vous aimez avec ' Des rêves d'Iran' et ' Continuer '...

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
J'ai adoré ! Bravo, Chantal. +5
·
Image de Chantal Parduyns
Chantal Parduyns · il y a
Merci beaucoup ! Votre commentaire me va droit au coeur.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Chantal avec grand plaisir votre jolie nouvelle !
Vous avez soutenu ma chienne Ianna dans les dunes. Elle est désormais en finale automne. La soutiendrez-vous à nouveau ? : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/me-chienne-ianna-dans-les-dunes. Bonne journée à vous.

·
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
Une histoire jeunesse agréable, vos personnages sont très réussis :)
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un joli conte bien écrit.
Puisque vous aimez les contes, je vous invite à aller lire celui que je propose en finale du prix "faites sourire". Merci.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/a-labordage-2

·
Image de Chantal Parduyns
Chantal Parduyns · il y a
Merci ! je réponds de ce clic à votre invitation ! Bonne soirée !
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Merci, Chantal, pour votre point.
·
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
Toute une éducation façon Poudlard...Bravo. Je vous invite à soutenir mon TTC " le bilan " en compétition; Mes voix
·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Un bien joli conte, avec une Zoé très attachante et une belle assemblée féerique d'animaux très bien décrite. Un coup de cœur aussi pour les noms. Bravo !
·
Image de Chantal Parduyns
Chantal Parduyns · il y a
Merci pour tous ces compliments qui me vont droit au coeur ! Je vous souhaite un we heureux !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème