2
min

Yolgou

Image de Hamidou Omar

Hamidou Omar

7 lectures

4

Toute histoire commence un jour, quelque part.Celle de Yolgou débuta le 04/01/1990 à sirfikoira,un quartier d'une ville à l'ouest du Niger.né d'un père instituteur et d'une mère ménagère, la vie de Yolgou connait des turbulences dés son entame car comme les grossesses qui l'ont précédées, sa maman rejoint toujours les siens pour avoir suffisamment de soutien. On pourrait dire qu'elle prend ainsi son congé de maternité. Alors lorsque Yolgou vînt au monde,son père qui se trouvait à près de mille kilomètres de lui,retenu par son travail, fît un mandat au nom de son épouse à la poste pour le baptême de son fils. Mais cela fut aperçut de mauvais œil par sa famille.Selon eux,c'est toujours les ''pères'' qui baptisent leur enfant alors ils ont supposés que l'argent devait atterrir en leur mains. Et comme c'était pas le cas, ils décidèrent donc de se soustraire de la céremonie.Cela avait provoqué une véritable dispute entre les deux familles.Pendant que certaines personnes clamaient qu'il y a des enfants qui n'ont jamais connus de père mais ont pourtant été baptisé, le vieux Moumouni,Homme sage qu'il était arrivait à calmer les esprits en affirmant<<si nous ne pouvons pas nous écouter et nous comprendre et bien que chacun voit avec sa conscience si est ce normale  de faire subir ça à ce bébé qui n'a rien demandé ?>>.À ces mots,le ton baissa et les gens se calmèrent.On demanda alors à l'Imâm d'invoquer le seigneur pour leur fils et petit fils et de le baptisé. C'est ainsi qu'il fut baptisé Yolgou.

Les deux frères qui naquirent avant Yolgou, moururent tous à l'âge de deux,trois ans.et comme c'était encore une société où les croyances dominait par dessus tout.les grand parents maternelle de Yolgou décidèrent de le garder avec eux et ont aussi obtenu l'interdiction de raser le petit dès sa naissance jusqu'à ce qu'il atteint un minimum de douze ans.Chose qui fut respectée à la lettre.Sept années se sont écoulées et Yolgou est toujours en vie et en pafaitte santé.Il avait une longue chevelure entremêlée.Tout ses faits et gestes étaient suivis jusqu'au jour où le directeur de l'école cite son nom parmi les nouveaux recruts .C'etait en octobre 1997.Désespérés à l'idée qu'il serait loin de leur regard,mais craignaient également l'autorité,les grand parents de Yolgou n'on pas eu d'autre choix que de le laisser partir.Yolgou fut doncadmis à l'école.

Son premier instituteur, Mr Sani était un enseignant exemplaire qui aimait bien son travail et le faisait avec dévouement. Dès sa prise de service, il remarqua Yolgou qui ne pouvait passé inaperçu a cause de sa chevelure qui le laisse pour fille. Mr Sani ordonne alors a Yolgou de se faire raser une fois à la maison.Yolgou n'en dit pas un mot à ses grand parents.Et lorsque deux jours après Yolgou n'avait toujours pas été raser  Mr Sani décida alors de passer lui même à l'action,et rasa le jeune Yolgou avec une lame de rasoir.À la descente, lorsque Yolgou rentre à la maison, on aurait dû que c'était la chorale de l'église qui animait. Au loin on entendait les pleures de tous les membres de sa famille et entre les sanglots sont laissés des ''on va le perdu lui aussi''...''il va mourir''.Yolgou fut automatique reconduit à l'école par sa grand mère Laoudio,toute en pleure et dit à Mr Sani de le garder et attendre sa mort pour l'enterrer.

Confus, le jeune enseignant demanda des explications à son directeur qui lui raconta le mythe fait autour de la vie de Yolgou. Dépassé par ces révélations et s'en voulant pour ne pas consulter son directeur avant d'agir, Mr Sani exprime combien il était désolé et présente ses excuses à la famille. Et avec l'aide de son supérieur,il arrive tant bien que mal à expliquer aux parents de Yolgou que rien de ce qu'on leur avait prédit n'arrivera.Que le petit garçon vivra aussi longtemps que Dieu le voudra et cela qu'il garde ses cheveux ou non.

Ils ont été finalement convaincus par le temps. Plus les années passent, plus Yolgou grandit et devint un homme. Aujourd'hui, il a 29ans et poursuit ses études à l'Université de la capitale Niamey.

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Nouvelles
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une superbe histoire bien menée et plein de mérite, Siédjoukou !
Une invitation à découvrir “Le Vortex” qui est en FINALE pour la
Matinale en Cavale 2019, et vous ne serez pas déçu ! Merci
d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1

·
Image de Siédjoukou Adama Soma
Siédjoukou Adama Soma · il y a
Je vous accorde mes trois voix.
Belle histoire..
Mon texte sur ce lien; faites-y un tour.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/aller-retour-10

·