2
min

Y me font marrer

Image de Francesca Fa

Francesca Fa

16 lectures

3

(Petit conseil : lire préalablement Vice et versa...)

Y’a trop de bordel dans ma vie, y’a trop de bordel sur mon bureau, surtout depuis que j’ai plus de bureau, les choses s’entassent sur une petite commode et c’est vraiment pas commode. Les choses, des lettres, des papiers que je dois remplir et retourner, que j’ai aucune envie de remplir. Je le ferai ou je le ferai pas, je crois que non de toute façon, je sais même pas pourquoi je me pose encore la question, je remplirai plus rien, jamais. L’assistante sociale m’a fait sa petite leçon l’autre jour, il faut que je remplisse un dossier pour chaque organisme de logements HLM, elle m’a filé la liste et même les dossiers, cinq en tout, et j’avais intérêt à les envoyer dare dare. Et y fallait aussi que je prenne rdv pour mon opération du genou, que je devais faire au plus vite pour pouvoir retravailler au plus vite. Y me font marrer. On va jamais m’embaucher nulle part à cinquante-neuf ans, quelle blague ! Mais il faut faire comme si, et on me sermonne, si je ne rebosse pas très vite, le RSA c’est pas garanti jusqu’à la retraite, enfin la retraite, le minimum vu que j’ai bossé moins de dix ans en France, j’ai surtout voulu m’occuper de mes gosses, ah la grosse maligne oui, et puis j’ai bossé un peu en Espagne mais là ça compte pas, donc la retraite ça sera le minimum vieillesse oui, ça fait deux mots très moches, minimum c’est vraiment pas grand-chose et vieillesse c’est tout ce que je voudrais éviter. Surtout dans un studio HLM où je pourrai pas tout ranger, j’ai trop de trucs qui m’encombrent et j’arrive pas à m’en débarrasser, du coup je me retrouve quasi sdf avec tout ce qu’y faut pour une maison sauf que je peux plus avoir une vraie maison, c’est trop cher pour moi aujourd’hui.
J’ai fait une belle bêtise de vouloir déménager il y a deux ans, j’avais un bel appart au quatrième et j’avais peur d’avoir envie de sauter à cause d’un collègue qui me faisait des trous dans la cervelle avec ses histoires super déprimantes, j’ai pris un appart au rez-de-chaussée dans un autre quartier mais le loyer était deux fois plus cher et mon salaire toujours le même. J’ai commencé à me serrer la ceinture puis j’ai eu une grosse grippe et je suis restée à la maison quinze jours puis j’ai eu très peur de retourner au bureau et j’ai pu me faire arrêter un mois, et puis je sais pas pourquoi j’ai carrément envoyé ma démission. Résultat aujourd’hui, le RSA, la grosse maligne. Et y m’font marrer, on va me le supprimer le RSA si je fais pas de gros efforts pour retrouver un boulot. Ouais, y m’font marrer, pourtant hier devant une autre assistante sociale franchement plus sympa que la petite chef, je me suis mise à chialer comme une gamine, impossible de me retenir, je me sentais lamentable, j’avais honte mais rien à faire, ça coulait ça coulait, ça m’a fait bizarre de pleurer autant devant une étrangère. Dans le bus en rentrant je pleurais encore, une femme au regard doux m’a passé son paquet de kleenex, je pleurais tellement que j’ai pas pu lui dire merci. Je savais même plus à quelle station je devais descendre.
Je me dis que je suis pas toute seule comme ça sans fric, bientôt expulsée de mon appart, mais si seulement j’étais toujours au quatrième, ce serait facile.

2015
Droits réservés
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Mieux vaut tenir que courir. Heureusement tout le monde ne connaît pas Jean-Claude.
·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Dans la catégorie "à fuir absolument" ... À bientôt Dolo
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Eh ben, il a fait des dégâts collatéraux, le gars Jean-Claude. Je parie qu'il va toujours très bien tout en prétendant s'anéantir et gommer toutes ses traces (dont tout le monde se fout par ailleurs). Pendant ce temps, la pauvre femme qu'il a contaminée file un mauvais coton.
Très bien écrit, presque d'une seule traite, ce portrait d'une créature à la dérive touche profondément sans passer par la case guimauve.
Pour un autre portrait de paumé (moins sympathique celui-là), je vous propose la découverte du "Mendiant de la Cathédrale" (http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/le-mendiant-de-la-cathedrale)

·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
J'aime beaucoup votre commentaire Guy, vous avez parfaitement saisi l'état d'esprit des deux protagonistes principaux de ces deux nouvelles qui n'en forment qu'une. Et j'ai écrit les deux d'une traite, comme vous dites, si l'on regarde un peu autour de soi, des gens en grande souffrance existent, le plus souvent dans un silence qui les rend invisibles. J'irai lire votre Mendiant de la cathédrale tout à l'heure, à bientôt...
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur