Walig' 21 fn

il y a
2 min
57
lectures
3

Vieux, mais qui marche encore. Une balade à moto, d'une heure ou de 60 jours, et hop ! Je reviens avec une histoire, ou 60 histoires (je me limite à une par jour sur les longs voyages). Si tu me ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation


C'était le premier tag monumental dans ce coin de rivière cerné de falaises.

« Walig' 21 fn » et d'autres caractères bizarres, tout le long de la courbure de l'arche du pont.

Celui qui l'avait écrit n'avait pas achevé sa phrase, ou plutôt, il avait utilisé des sortes de points de suspension, montrant qu'il n'avait pas été surpris.

Pour certains, les coupables étaient ces jeunes qui descendaient le Doubs en canoë. Des Allemands, des Polonais, allez savoir. Peut-être même des Croates, suivant l'imagination du dénonciateur imprécis ou l'actualité du jour...

— De toute façon, ils n'écrivent pas en français, n'est-ce pas, madame Todeschini ?

— Ça c'est vrai, madame Adourian.

Personne ne savait exactement quand il avait été peint. Un matin de fin d'été, il était là, et plus d'un automobiliste l'avait déjà remarqué sans le voir vraiment.

Personne ne parvenait à déchiffrer plus loin que « Walig' 21 fn ». La route boisée, le virage avant le pont, on n'avait que quelques dixièmes de secondes pour bien voir le côté de l'immense arche de béton armé. Il fallait aussi viser juste, entre la vieille grange en ruine et les saules cernant la tour du transformateur électrique.

Les pêcheurs disposaient de plus de temps, mais cela ne les intéressait pas plus que ça. Ils l'avaient lu et déchiffré, c'était facile, vu du bord de l'eau, seulement personne n'avait pensé à leur poser la question. Et eux, tant que les bombes de peinture ne faisaient pas flotter les poissons sur le dos...




Le tag avait pris le nom de Walig' 21, et voilà tout.




L'automne avait dénudé les saules, en douceur, comme un amoureux aurait retiré la serviette de sa bien-aimée sortant du bain. Les charmilles, un peu avant la vieille grange, s'étaient secoués de froid par un matin de vent, dressant leurs longs bras noirs au-dessus du brouillard. Les feuilles rondes, pourpres et dentelées, allongées et dorées, entassées en averses, dispersées en congères, annonçaient la future neige, rendaient la route imprécise. Les chauffeurs ensommeillés en faisaient des ornières, les chassaient sur les talus, les jetaient dans les fossés.

Dans l'ombre de la colline, tout cela faisait ralentir les prudents, et le Doubs en contrebas, tout proche, lisse et froid, n'était pas rassurant. Tous les chauffeurs fixaient la route, un peu tendus, et se contentaient de deviner la rivière, sans la regarder.

Pourtant, le ciel s'y reflétait, entre les branches déshabillées, et parmi les nuages, l'arche du pont et son message, inversé pour être lu, enfin révélé dans le miroir du bief, dans sa simplicité évidente.

C'était les filles du car de ramassage du collège, les grandes, les turbulentes, les redoublantes, qui avaient trouvé le truc, un matin. Un matin où le soleil et le vent avaient tant caressé la brume qu'elle s'était évanouie.

— M'sieur, m'sieur, vous avez vu le tag dans l'eau ?

Le chauffeur a arrêté le car, un peu surpris en voyant les regards penchés vers la rivière, et tous ont pu lire le texte, écrit en bon français.

Marie, si tu savais...

Malgré tout, personne n'en comprenait le sens, même pas les trois Marie qui étaient là. L'une d'elle avait rougi pourtant, celle de Montivernage, celle que les autres appelaient Marie la pomme, à cause de la couleur qui lui montait parfois aux joues.

Marie, si tu savais...

Sochaux, mardi 12 novembre

Merci Ghalia, Thierry, Luc, Bernard,
et merci Philippe pour Montivernage
dont le nom trottait entre mes mots depuis longtemps.
Merci Léonard pour l'idée du miroir, et m'fin merci Johnny pour la chanson !
3

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Philippe A
Philippe A  Commentaire de l'auteur · il y a
Marie "la pomme" fera une brève apparition, en tant qu'infirmière de rééducation, dans "N.I.Co.L.E." un thriller-SF-polar-sexe (d'après les bêta-lecteurs/trices) qui est en cours de réécriture. Tout le monde s'en fout, mais je note ça pour mon Alzheimer 🤣!
Image de Aldo Rossman
Aldo Rossman · il y a
J'aime beaucoup, pour l'idée, pour la description du moment de l'automne, la révélation amoureuse, tout cela dans un code secret.
Image de Philippe A
Philippe A · il y a
Merci pour ton sympa commentaire.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Je croyais que c'était une station de radio. La Marion n'en a rien su, parce qu'elle n'était pas pêche..resse.

Vous aimerez aussi !