V/2 Visite guidée d'une journée ordinaire

il y a
3 min
3
lectures
0

Un livre jeté à la mer... " LE RÊVE DU BATTEUR DE GRÈVES " >>> Chapitres I à VI ci-dessous. >>> ou accessible par le lien suivant:  [+]

Malgré ces lourdes réflexions qui constituaient son jardin secret – il était encore possible d’en posséder un, en cette année 2590 finissante –, Al présentait toutes les apparences d’un humanisé parfaitement intégré. Une nouvelle journée commençait, il verrouilla son module individuel de vie, situé au deux-cent-cinquantième étage de la tour 23537 en Gigapole Ω de Marseille, puis rejoint sa cellule d’observation de Londres par le prochain Loop. Londres, comme toutes les anciennes grandes métropoles – se retrouvant pour une grande majorité d’entre elles complètement immergées au XXIII ème siècle –, avait été reconstruite, suivant le même concept de Gigapole Verticale, une véritable forêt de tours bâties sur des promontoires naturels ou artificiels, permettant aux humanisés de se tenir à bonne distance des conditions hostiles de survie en surface, comme – en théorie – de toute nouvelle catastrophe naturelle. Pour ceux d’en bas, l’adaptation naturelle aurait, soi-disant, fait le nécessaire – dixit les bonnes consciences d’en haut.
Al avait été frappé lors de son dernier Loop au Brésil, par une statue massive et énigmatique émergeant des eaux les bras étendus, juste en face de la Gigapole Verticale Ψ de Rio. Une croyance ancestrale tombée dans l’oubli durant le siècle des ténèbres, lui prêtait des pouvoirs mystérieux. Sur place il s’était documenté, ses recherches l’avaient entrainé jusqu’à l’aube du premier millénaire, ce qui l’avait finalement contraint – malgré la colère contenue qu’ils lui inspiraient –, à réviser son jugement sur ses lointains ancêtres.
Durant son Loop qui le conduisait en Gigapole ¥ de Londres, il activa son Réseau Magnétique – n’utilisant que la capacité naturelle de son métabolisme à émettre et recevoir – et pris quelques nouvelles de la planète et de ses locataires. Chaque jour apportait son lot de catastrophes : Assauts répétés de hordes barbares contre la Gigapole Ϫ de New York, avaries sur un Supra-générateur en Gigapole Ф de Sydney, nouveau pic de radiations à deux mille pieds autour de la Gigapole  de Yokohama...La routine quoi ! Quelques nouvelles encourageantes cependant, éclairaient de temps à autre ce tableau plutôt sinistre : ainsi n’avait-on pas enfin mis au point, le prototype du premier humanoïde bio-numérique ; n’était-il pas question – pour un futur de plus en plus proche – de remplacer les textiles intelligents jugés obsolètes, par une sorte d’enveloppe intégrale bactériologique, capable d’allonger sensiblement l’espérance de vie...
Bien entendu, il y aurait toujours des sceptiques pour casser l’ambiance avec leurs objections irrévérencieuses : « Tout cela a-t-il encore un sens? » Ou bien : « N’y avait-t-il pas plus urgent à penser, à traiter ? Et l’aspect éthique, hein ? On s’assoit dessus comme d’habitude ? ». Des sceptiques, il en a toujours eu que voulez-vous, mais pouvait-on vraiment, raisonnablement, sauter d’un Loop lancé à Mach 20 ?
Une nouvelle le tira cependant de son cloud de réflexions, une alerte qui couvrait parfaitement son domaine de compétences : Deux îles minuscules du Pacifique Sud, Mangaréva et Mururoa, connaissaient depuis quelques heures une phase progressive d’effondrement. Il venait tout juste d’arriver en Gigapole ¥ de Londres, et rejoint rapidement son poste d’observation, son antre : un vaste champ magnétique en demi-sphère, sur lequel il veillait en lien avec ses pairs d’autres Gigapoles, sur le pouls de la planète.
La Prévention des Risques Planétaires occupait en effet une place de premier ordre. Les générations des siècles précédent avaient, au nom de la raison d’état ou d’autres prétextes – tous au moins aussi louables les uns que les autres –, tant fragilisé la surface, les profondeurs et l’environnement cosmique de la planète, qu’on pouvait sans exagérer le moins du monde, la comparer à un grand malade en phase terminale.
Il travailla donc toute la journée sur cet incident géologique et conclut sans surprise à un phénomène isolé, de moyenne amplitude. Il modélisa le tsunami qui se dirigeait droit sur l’Australie, pas de quoi déclencher un plan d’urgence, un simple bain de pieds pour la Gigapole Ф de Sydney ; tout au plus, un signalement, une information aux autorités permettant à ceux d’en bas de se hisser, au mieux, sur les promontoires naturels. Inévitablement, il y aurait de la casse chez les déshumanisés, il le savait, mais rien n’était vraiment prévu pour eux, alors que faire ?
Peut-être se donner bonne conscience, en louant – une fois encore – cette formidable faculté d’adaptation, leur permettant de survivre et de prospérer dans cet environnement stérile et souillé ? Lui revint à l’esprit un fait historique survenu au début du second millénaire, où un cyclone géant plongea l’état de Louisiane dans la désolation. Rien n’avait été prévu non plus pour les populations défavorisées, ceux d’en bas – toujours les mêmes –de la ville de New Orléans, envahie par les eaux à quatre-vingt-dix pour cent. Le monde entier s’en ému durant une semaine, puis tourna gentiment la page du cahier à spirale, avec des airs entendus de premier de la classe préparant la dictée suivante. Alors voulu ? Pas voulu ? Négligence ? Mépris ? Pile ou face ?...Qui étaient-ils vraiment ceux d’en bas ? L’autre face d’une même pièce ? Une menace ? Allons donc ! A-t-on jamais vu une menace aussi insignifiante, méprisée et surtout aussi fragile ?
Ce dernier cloud de réflexion l’avait accompagné jusqu’au terme de sa tâche. Une journée ordinaire en somme pour Al, Coordonnateur pour la Prévention des Risques Planétaires, érudit à ses heures, passionné par le siècle des ténèbres et accessoirement féru de langues mortes écrites – entre autres, l’anglais du XXIème siècle. Le prochain Loop le catapulta en Gigapole Ω de Marseille où il s’empressa de rejoindre, au deux-cent-cinquantième étage de la tour 23537, son module individuel de vie.
Sur son Réseau Magnétique, il retrouva ses amis – qui n’attendaient que lui pour lancer la rituelle partie holographique de golf –, puis rejoint El, l’élue de son cœur, avec qui il passa – magnétiquement – le restant de la soirée. Il entra ensuite en mode veille reconstituante et ne fit ce soir-là aucun rêve, régénéré par ses textiles intelligents de dernière génération, chargés comme chaque soir, de restaurer l’ensemble de son métabolisme.
Le matin suivant, Al se projeta sans états d’âme dans cette nouvelle journée : Loop, direction Gigapole ¥ de Londres, et Centre d’Observation.

Sauf que ce jour-là....
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !