7
min

Vieux… chien…

Image de Leo Pende

Leo Pende

2 lectures

0

J’entends leurs voix, c’est bien eux...
C’est bien la voix de mes garçons, ils sont venus me voir enfin....
Peut-être qu’ils vont m’emmener avec eux, j’en ai marre d’être avec ceux là. Toujours à me surveiller, me chouchouter, ils me parlent tous comme si j’étais un gamin de cinq ans.
Bon, c’est sur que je n’ai plus trop la forme mais avec mes fistons je pourrais sûrement faire et refaire des choses que j’aimais faire étant enfant....
Quelle rigolade hier quand avec Armand on a coupé la corde de retenue du mur de ce vieux marchand de gâteaux. C’était vraiment une idée formidable de couper cette corde et de la relier par cette épingle à nourrice.
Quelle crise de fou rire quand on lui a chipé ses gâteaux et qui s’est rattrapé à la corde et a fini par s’étaler la tête la première dans ses gâteaux. Quand j’y repense, je me pisserais à la culotte tellement j’en ris encore de le voir éclater sur le sol et cette image de tous ces gâteaux qui volent et lui retombent dessus ; il était tout englué de ses gâteaux couverts de miel. Il en avait même qui été collés dans le dos... faut que j’arrête de penser à ça ou je pisse...dans ma couche.
Ma couche, ah ! Oui ma couche... c’est vrai que j’ai des couches et on me les changes 2 fois par jour et puis... je ne mange plus tout seul maintenant ; ils sont obligé de me nourrir à la cuillère.
Aujourd’hui j’ai maintenant plus la force de me nourrir tout seul alors elle me gave comme un canard.
Avec des trucs que je n’ai pas toujours envie de manger. Ce jambon blanc, quelle saleté !!! on dirait de la viande de poitrinaire.
Et après, quand c’est pas du jambon blanc, c’est du poisson quand je pense que j’ai pas mangé de poisson avant l’age de 17 ans et c’était des sardines et encore c’est ma mère qui me les nettoyées pour que je les mange et aujourd’hui elle m’en ferait avaler du poisson à presque tous les repas.
Oui, bouffer et pas manger : car manger, c’est avec du plaisir et bouffer, c’est se nourrir pour survivre.
Bon, mais pourquoi je repense à tout ça moi ?
Mais ils sont où mes garçons ? Je les entends. Alors là, c’est vrai que pour une surprise, c’est une surprise et dire que l’on ne m’a rien dit. Je vais te lui passer un savon à l’autre... bof ! Quel savon de toute façon je suis tellement fatigué que j’arrive même plus à parler.
Ah ! Les voila, le grand et le petit. Mon chouchou et sa femme, mais non, c’est pas sa femme qui c’est celle là avec lui mais c’est vrai qu’il a divorcé, mon crève cœur...
Alors celle la, ça doit être sa nouvelle femme... bouh... mais quelle est grande, elle a au moins une tête et demi de plus que François, et l’autre il n’est pas venu avec sa garce de femme, quelle ordure celle la, lui faire croire qu’elle est enceinte alors qu’elle n’est pas capable d’avoir un enfant. Salope va !!!...mon pauvre fils, passer sa vie avec ça, en plus c’est bon à rien ça, sait juste fumer et jouer aux cartes avec sa mère.
Mais bon, enfin il a eu de la descendance ce gamin qui habite ici dans cette ville et qui s’appelle comme lui...
Pauvre petit, il ne sait même pas que son père et son grand père sont ici dans cette ville aujourd’hui. Il était si mignon quand je l’ai vu, c’était quand ?....bouh !...y’a au moins vingt ans, il ressemblait à son père comme deux gouttes d’eau...et sa mère, je sentais bien qu’elle était encore amoureuse de coco quand elle me parlait de lui, sa voix changeait.
Malheur...malheur que les enfants ne voient pas leurs erreurs et s’obstine à suivre une voie qui n’est pas celle qui serait la meilleure pour eux.
Bon, mais alors, cette girafe qui accompagne mon petit, elle est pas très belle et elle a une bonne tête de française, mais qu’est-ce qu’il peut bien lui trouver à celle là ...à part son gros cul et des boites à lait énormes, elle a pas grand-chose pour elle. Bon, mais elle doit avoir une autre qualité, et je crois, connaissant le tempérament de mon fils, deviner ce qu’elle a comme qualité.
Pô, pô, pô...mais qu’elle jument...
Mais, elle a l’air gentille, elle va jusqu’ à m’embrasser...alors là...
Mes fils ! Quel bonheur de les voir et dire que je n’ai même plus la force de les serrer dans mes bras. Je n’arrive même pas à leur dire que je les aime, mais je pleure...il faut que j’arrête de pleurer...ils pleurent eux aussi maintenant...

--------------------------

J’ai froid aux fesses et au ventre....j’ai du me pisser dessus. Je me dégoûte, je suis comme un môme, non pas comme un môme, comme un bébé. Je passe mon temps à me chier dessus et me pisser dessus, ils ont même été obliger de me mettre des couches...
Bon, voilà, j’ai réveillé Odette...non, elle ne devait pas dormir. Elle est devenue insomniaque depuis que je suis comme ça et en plus je trempais le lit alors ils nous ont séparés de lit, nous qui avions toujours dormi et partager le même lit, quoiqu’il en était même quand elle était vraiment mal après son accident...les bâtards, comment ils me l’ont rendue...
Bon voila, maintenant, ma grande, elle a du m’entendre.
Ah... mais ça pu maintenant...merde, j’ai vomi, je m’en suis même pas rendu compte... elle va avoir du travail à tout nettoyer...
J’ai de plus en plus froid, c’est normal, je suis trempé et quesque j’ai sommeil. Bon, je vais me rendormir en pensant à mes enfants et surtout à mes fils. Le petit, et tiens voila le grand...
Ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu et ça va mieux, j’arrive à le toucher et l’embrasser....ma mère...ma mère, elle est la aussi...mon père, ma grand-mère, mes tantes, mais ils sont tous là...quel beau rêve ! Revoir tous les gens que j’aime et qui me manque depuis si longtemps...
Mais là qu’est ce qu’il se passe, ils m’ont réveillé, j’entend tous les enfants autour de moi. Ils pleurent tous, qu’est ce qu’il y a encore mais que j’ai sommeil. Le petit, je l’entend encore, il parle avec sa sœur, il se sont réconciliés, ça fait du bien d’entendre sa voix....bon maintenant se rendormir....dormir...dormir.

J’ai un peu froid ce matin....et j’ai faim, je boirais bien un bon bol de lait ou non plutôt comme un bébé je boirais bien au sein.
Quelqu’un se couche a côté de moi et se colle à moi, ah... sa chaleur me fait du bien, ça va bien mieux, ça me rappelle la chaleur des bras de ma mère, ça a la même chaleur...Mais qui me pousse et oh ,doucement...Je vais te lui en coller une, à celui là, il va comprendre, il veut me piquer ma place mais je vais gagner ma place et je vais bien arriver à boire ce lait chaud que je sens, ils vont encore me nourrir comme hier comme un bébé au biberon ou plutôt non directement à la tétine.
Boire ce bon lait, mais c’est pas du lait de vache !! il a un drôle de goût, c’est pas non plus du lait de chèvre,, il y a longtemps que j’en ai pas bu, mais c’est pas de la chèvre ,bon je m’en moque, c’est du lait et il est bon. Ils me le diront bien plus tard. Manger et se rendormir, je suis encore fatigué.
La putain, mais ils vont encore me pousser longtemps comme ça, y’en a mare, je vais te leur mettre une mordasse à ces imbéciles...une mordasse ?...mais est ce que je délire moi ??
Ah ! La voix de mon petit...que ça fait du bien de l’entendre et en plus il fait beau aujourd’hui. Voila plusieurs jours qu’ils me sortent pour prendre l’air, ça fait du bien de l’entendre et je vais le voir.
Je trouve que je vais beaucoup mieux, ce lait qu’ils me donnent, me ravigote de jours en jours. J’ai de nouveau de bonnes sensations je respire mieux, j’arrive même à percevoir des nouvelles odeurs, enfin nouvelles. Des odeurs que j’avais oubliées, mais ça pu quand même le chien dans ma chambre. Je sais pas si ils en ont fait dormir ici, pour une maison de repos ça semble douteux pour l’hygiène, mais enfin, je me sens mieux de jours en jours même ma vue s’améliore. Au début, c’était vraiment flou et là, c’est de mieux en mieux, comme après mon opération de la cataracte.
Cette maison de convalescence est vraiment formidable, l’infirmière est sympa et l’infirmier aussi. Il gueule un peu de temps en temps, mais bon, quand même sympa.
A ça y est mon fils, je le vois, qu’est ce qu’il a grandi !!... incroyable, mais qui c’est encore cette fille ? C’est ma belle fille avec lui. Elle le tient par la main, il est enfin revenu avec...mais...Mais... non c’est pas vrai, il a encore changé, c’est une nouvelle...celui la, il est comme moi, jeune à sauter d’une cuisse à l’autre. Qu’est ce que je me suis amusé avant Odette. Quand j’étais à casa..... Une juive aujourd’hui, hier une mouk, demain une espagnole.......quelle rigolade, j’en ai bien profité, mais après réglot, j’ai plus bougé une oreille et pourtant c’est pas les occasions qui m’ont manquées...enfin...
Bon, mais c’est qui celle là ? On verra plus tard ce qu’elle vaut et si il reste avec. Mais c’est toujours mieux que la jument d’avant, elle est bien plus jolie et à l’air bien gentille, malgré son coté un peu glacé, tu vas voir que c’est une pied noir, avec un peu de chance. Bon mais qu’est ce qu’il fait à parler avec ce gros barbu, on dirait qu’il choisit un chiot, mais oui, tiens. Je n’avais pas fait attention que cette maison de repos avait un chenil.
Mais oui, c’est plein de chiots et en plus, ils ont bien choisi une maison ou il y a un élevage de pointers, ça ne change pas de la maison...
Qu’est ce qu’il dit le gros à me montrer du doigt.
- celui la a des ronds, il vaudra des ronds...
Pauvre con !j’ai plus un rond depuis longtemps et pourquoi il me parle comme ça. il a de la chance que je puisse pas trop bouger, je te lui en aurais mis une à ce gros con.
Ah ! Mon fils, enfin il vient m’embrasser...
Mais, qu’est ce qu’il fait ? Il me soulève, il va se casser les reins à me porter comme ça...
Mais il est fou, il me souffle dans le nez maintenant...il me passe dans les mains de la femme qui est avec lui, mais elle va me faire tomber, ils sont fous....
Mais quelle force qu’elle a celle là !! Elle arrive à me porter mais elle est dingue elle aussi elle me souffle aussi dans le nez...comme si j’étais un chiot. ils vont vraiment pas bien
Voila qu’elle me colle contre elle...elle m’embrasse comme si elle me connaissait depuis toujours...
-on va l’appeler Beijing comme la ville de pékin en chinois...
Mais qu’est ce qu’elle raconte, celle-la, je m’appelle Jacques et depuis plus de quatre vingt ans, elle va pas me rebaptiser. C’est pas ma mère...mon fils est tombé sur une folle...mais qu’est ce qu’elle fait, elle me pose par terre, elle va me faire mal...je suis sur les jambes sur mes quatre pattes...mes quatre pattes...mes quatre pattes...
Non c’est pas vrai, je comprend tout maintenant, je me suis transformé en chien...je comprend tout...je vais vivre avec eux, ils viennent de m’adopter, je vais revivre avec mon fils, je suis un pointer et on va chasser ensemble, comme avant.
Vivre avec lui...Avec eux...et être aimé...
Mourir et revenir vivre avec les siens, continuer à partager l’amour... que pouvait-il m’arriver de mieux.

0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,