2
min

vertiges

Image de Mazarin

Mazarin

30 lectures

3

VERTIGES

Ç’est comme cela que ça a commencé. !!
Un jour qu’elle voulait ranger sa bibliothèque pour faire de la place. Elle regardait les livres épars sur la table, sur les guéridons, par terre et se demandait comment elle pourrait les agencer voir même les compresser pour gagner de la place.
Les rayonnages prenaient tout le fond de la pièce, mais elle avait été obligée d’empiler des volumes au-dessus et elle ne comptait pas ceux qui étaient entassés dans les placards, dans sa chambre et jusque sur son lit !
La tâche serait ardue...
Elle entreprit de les classer par ordre alphabétique, mais avec plus de mille deux cent à mille cinq cent ouvrages comment se rappeler le genre auquel ils appartenaient si elle ne conservait que le nom des écrivains ?... Ne devait-elle pas plutôt les ranger par genre ! Pendant qu’elle réfléchissait, là, soudain, au milieu de ce désordre et parmi tous ces auteurs, elle sentit une plénitude l’envahir...Une joie intense, une sorte de vertige avec des pulsations marquées, mais très agréables...La sueur coulait dans le bas de ses reins, elle s’aperçut aussi que ses mains tremblaient...Puis, tout passa très vite ! Elle s’en étonna sur l’instant, trouva cette situation étrange, mais prise par l’urgence du rangement, elle oublia.
C’est plus tard qu’elle y repensa...Où avait-elle ressenti ce trouble (exquis) et d’où venait-il ?!...Il lui semblait avoir déjà connu ce symptôme...Mais là, au milieu de centaines de livres, elle ne voyait pas de causes précises... ! Elle regarda avec satisfaction le travail effectué, elle avait gagné de la place et peu douée pour l’introspection, elle renonça à ses questions !
Cela recommença le lendemain, lorsqu’elle entreprit de compter au chiffre près le nombre d’ouvrage qu’elle possédait. Les yeux brouillés, la respiration saccadée, une chaleur l’envahissait avec une faiblesse de tout le corps...Elle pensa avoir pris froid et se coucha.
Quelques jours plus tard, elle emmena ses élèves à la bibliothèque comme elle en avait l’habitude tous les mois. Au passage du portique, son cœur s’accéléra, dans l’impossibilité de rester debout, elle s’assit....Ce n’est rien se dit-elle, un peu de fatigue...Mais il faudra que je consulte.
C’était connu de ses proches et de ses amis, la littérature occupait une grande place dans son quotidien. Elle allait très souvent dans les librairies, surprendre les nouveautés. Elle se sentait heureuse dans ces instants là, au milieu de cette avalanche, de cette débauche d’écriture qui s’offrait, succombait souvent et en revenait les bras chargés. C’est si bon disait-elle, tous ces ouvrages autour de moi...Pouvoir les toucher, les ouvrir...Découvrir le jaillissement des mots à chaque page, caresser la tranche, en découvrir l’odeur... Toutes ces connotations...Ce rapport charnel... ! C’est au décours d’une « visite de courtoisie » dans ces mêmes lieux (elle s’était fait la promesse de ne rien acheter) qu’elle ressentit les signes...Encore... Cette fois, cela venait de son ventre, du profond de son ventre, remontait jusqu’à son visage et l’empourprait...Une moiteur l’envahissait, la laissait pantelante, tandis qu’un impérieux désir la prenait...Son regard se posa sur les rayons et la multitude la saisit... ! Elle les voulait tous !
Incrédule, elle comprit soudain ! Mais oui ! C’était ça, elle était amoureuse !! Amoureuse des mots et des livres qui en étaient le support !! Tous ces adjectifs, ces locutions, substantifs... la charmaient par l’émoi qu’ils lui procuraient...Par leur rondeur, leur exactitude, leur audace, parfois même leur outrecuidance. Elle se sentait transportée lorsqu’elle trouvait le sens littéral d’une expression dans une phrase, elle jubilait lorsque celle-ci sonnait juste selon ses critères...Ou lorsqu’elle découvrait un concept inconnu ( parce que les mots sont des concepts )! Le style du romancier, surtout l’enivrait, elle se laissait porter, bercer par l’écoulement des phrases....Ressentait un apaisement, un assouvissement, refermait les pages, le corps délié, l’esprit éreinté de plaisir...La vie suffirait-elle pour les lire tous...Connaître tous les mots et appréhender toutes leurs nuances...un peu à la manière de ces « Don Juan » qui se désolent de ne pouvoir posséder toutes les femmes...Se réjouissent de celles qui céderont, et vont de la possession au manque, afin de réamorcer le désir toujours...Tous ces mots qu’elle ne lirait jamais, tous ces textes imaginés, détenus dans les librairies, les bibliothèques du monde et qui, avant de les connaître lui manquait déjà...Oui, elle les aimait à la folie jusqu’au vertige.
cm 2015

Thèmes

Image de Nouvelles
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Vrac
Vrac · il y a
Bel éloge des livres (si j'étais son amant, je deviendrais jaloux) ((merci de votre vote, qui m'a amené à vous lire))
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je viens de terminer la lecture de ce dernier texte que je n'avais pas encore lu. J'avoue que je l'aime moins que les autres car il me laisse sur ma faim. Je suis pourtant entrée avec gourmandise dans ce début intéressant. C'est peut-être idiot de ma part mais j'ai regretté de ne pas connaître la solution de votre protagoniste pour ranger ses livres (qu'a-t-elle, peut-être, sacrifié d' "essentiel" ? Son frigo ;-) ? son fauteuil Louis XV hérité de grand-maman ;-) ?... De même, j'espérais peut-être une explication fantastique à ce vertige... A la limite, puisqu'il s'agit d'un vertige amoureux j'attendais une fin loufoque montrant, pourquoi pas, cette femme remplir de nouveau l'espace dégagé...
Bref, je suis une enquiquineuse qui ferait mieux d'écrire ses propres textes au lieu de récrire à sa façon ceux des autres ;) ;) ;)
Ce que je dis ne met bien sûr nullement en cause la qualité de votre écriture !
Bonne journée Mazarin !

·
Image de Chironimo
Chironimo · il y a
Mais non Joëlle, tu n'enquiquines personne! ton expérience sur Short est incontournable, et tu nous donne tes leçons avec tellement de gentillesse.... ;-**
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Chiro, je t'adore : tu es un frère pour moi :-)
Euh... tu n'étais pas en train de te ficher de moi, par hasard ? ! ;-) ;-) ;-)

·
Image de Chironimo
Chironimo · il y a
Pas du tout, je suis sincère: je vois bien la différence entre les conseils que les uns et les autres donnent ici ou là... les tiens sont -de loin- les plus sympas...toujours "aidants", jamais méchants. (ici, rajouter quelques notes de violon: §§ - §§ - -§§--) ;-)
·
Image de Chironimo
Chironimo · il y a
Tu serais donc ma soeur?! Et moi qui m'apprêtais à rajouter que tu étais notre mère à tous... je t'adore aussi! ;-**
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Oups... Gargouillis... chute à la renverse...
Chironimo m'a "tuer" :-(

·
Image de Chironimo
Chironimo · il y a
la vache, c'est violent!! je parle du smiley!!
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
ok " ;-) " Tu te sens mieux ? :-)
·
Image de Chironimo
Chironimo · il y a
ben oui! tu m'as fait une de ces frayeurs... :=))
·
Image de Mazarin
Mazarin · il y a
Au contraire, merci de vos commentaires, j'aime qu'on me donnes des appréciations , je me dis ça fait avancer, ça titille les neurones....
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci de m'avoir répondu, Mazarin, cela me permet de voir que j'ai oublié mon "j'aime" pour, justement, la qualité de l'écriture à laquelle j'ai été sensible. Bonne journée :-)
·