VACUUM, la Fée à l'Envers, 11e épisode. Avant de conclure sa mission, la Fée à l'Envers s'envoie en l'air et découvre un secret occulté dans le Jardin

il y a
3 min
53
lectures
1

Auteur-compositeur-interprête en tous genres. Nouvelles, romans, poésie, stratégie, blues, rocks et ballades https://www.youtube.com/user/FayardPierre  [+]

Un jour qu'elle méditait aux abords de la Bibliothèque, et que le maître de l’ADN s’abîmait dans la contemplation des fruits de ses pommiers dont il se délectait à loisir, Fale, la Fée à l’Envers, s’approcha d’un arbre isolé dans un coin du Jardin. Il était si encombré d’épines et de broussailles que l'on ne s'y serait pris autrement si l'on avait voulu en interdire l’accès.
Rusée car aguerrie par ses revers contre les hominidés, et pour ne pas risquer de faute irrémédiable, elle dosa le niveau d’aspiration de sa baguette sur "Temporaire". C’était l’une de ses inventions secrètes ignorées du Gardien, du moins le croyait-elle. Ce réglage sur "Temporaire" permettait la réversibilité des effets de baguette, soit l’alternance du "disparaître" et du "ré-apparaitre". À ce jour, l'innovation n'était pas patentée par le Gardien.
Cet arbre si bien caché, et pour tout dire négligé, semblait du même bois que celui de la Bibliothèque. Même couleur, même odeur et nervures identiques tant et si bien que Fale s’en trouva étrangement incommodée. Profitant du fait que le Gardien, saoulé de pommes, fricotait avec Morphée dans un sommeil de bébé faisant plaisir à voir, elle activa la fonction "Temporaire" de sa baguette pour aspirer et stocker d'un coup les ronces et les épines.

Stupéfaction !
L’arbre aussitôt respira en déployant une ramure fabuleuse et des fruits d’une beauté étonnante devant les yeux éblouis de la fée. En sus, il chantait, murmurait, psalmodiait...
Comment ?
Mais par ses feuilles et par ses teintes, par ses nervures et ses parfums, par les ondes tièdes et les embruns merveilleux qui jaillissaient de son écorce.
L’atmosphère en fut profondément bouleversée, le soleil ne brûlait plus et jusqu’à la lune décida de se lever pour ne pas rater l'événement.
Au firmament, des étoiles scintillaient bien au-delà de l'ordinaire quand d’autres filaient dans des courbes graciles. De grands oiseaux blancs battaient des ailes en caressant l’horizon et pacifiaient le monde. Jusqu’aux serpents se nouaient et dénouaient dans des concerts musicaux aux harmonies sans noms.
Des rivières et des ruisseaux coulaient anarchiquement en tous sens et dans leurs cours papillonnaient des poissons argentés qui s’entrelaçaient dans une frivolité si éloquente qu’ils en semblaient parler. "Bloup", "bloup" et "bloup-et-bloup" qu'ils faisaient alors que leurs ventres argentés tournoyaient et renvoyaient des reflets en sourires au soleil.

Interloquée et bouleversée par un tel spectacle, Vacuum se cramponna à sa baguette et lui couvrit la pierre afin qu’elle n’aspire définitivement aucun de ces prodiges.
Et le ballet se poursuivait avec de nouvelles concordances et des consonances en dynamique qui s’enchevêtraient dans des soupirs langoureux qui haletaient aux oreilles de Fale en mélodies de miel suave et si précieux qu’un trouble étrange la saisit.
Elle sentit vaciller jusqu’aux tréfonds de sa feuille de mission, jusqu’aux abîmes de la double hélice du secret de son ADN, et cela allait bientôt la conduire à sa première prévarication.

Devinant le Gardien sur le point de s’extraire des étreintes de Morphée, et apercevant son "Réveil" sortir en claudiquant depuis la nef centrale de la Bibliothèque en direction des pommiers où il était allongé, la baguette de Fale ne fit qu’un tour et aspira d’un trait ce "Réveil" du Gardien. Il faut dire que cela démangeait sa baguette frustrée de n’avoir pu absorber et consommer tous ces prodiges subitement révélés.
Que s’était-il donc passé ? Pourquoi le dégagement des ronces et des épines, de toute cette marée végétale grimaçante soustraite en temporaire, avait laissé la place à des paysages si enchanteurs et merveilleux ?

Le choc était trop fort, et Fale se décida à tout remettre en place autour de l’arbre. Ronces et épines reprirent la forme contraignante qui rapetissa l’arbre aussitôt.
Avec précaution, Vacuum s’approcha du Gardien et des trognons de pommes femelles qui l’entouraient. Son sommeil était sérieux, suffisamment sérieux et rassurant puisque son ancien "Réveil" demeurait stocké dans la baguette de la Fée à l’Envers.
Avant que l'ADN d'un autre "Réveil" ne survienne, il faudrait une bonne quarantaine de couchers et de levers de soleil, conclut la Fée à l’Envers, assez de temps pour vérifier une intuition qui ne lui taraudait pas seulement l’esprit... Vacuum y vit une occasion rêvée pour tout comprendre et parfaire la fin de sa mission.

Ses consœurs les fées, plus dégonflées les unes que les autres, avaient toutes fini par s’exiler en Éden. Aucune ne voulait s’impliquer, perdre des plumes et se risquer dans ce combat de Titanes contre l’Expansion de la Confusion Globale Galopante, la C2G.
Elles avaient rejoint les fondamentalistes de la FUCK et dormaient profondément dans les rayonnages des fables et des légendes de la Bibliothèque. Tout devenait léthargique et aphone dans le Jardin.
Fale se travestit en courant d’air pour aller faire un tour sur Terre dans un parfait incognito. Elle gardait très vif à l’esprit tout ce que cet Arbre de la Vie avait susurré ardemment à ses sens désormais en éveil.

Par discrétion, et pour contenir les risques et les impairs, elle se défit de sa baguette qu’elle cacha dans les ronces aux abords de l’arbre dont elle connaissait à présent trop bien le nom, sa matière procédait selon toute évidence des mêmes gènes de connaissance que celui de la Bibliothèque et de ses rayonnages.
Dans son voyage secret dans les mondes triviaux des descendants du premier homme et de la première femme, la détermination de Fale ne fléchit pas un instant, sa résolution était sûre et certaine.
Le langage des mots, des phrases, des philosophes et de tous ces bouquins qui encombraient la Bibliothèque en y générant une poussière mortelle pour asthmatiques, tout cela lui semblait vain. Elle voulait désormais accéder à des fondements autrement essentiels, soit à la biologie des rêves d’Adam et de Ève. C’est là qu’elle découvrit, sans la menace de l’absorber car sa baguette demeurait en Éden, c’est là qu’elle découvrit, le "Secret de la Pulse" !
Elle tenait là l’Alpha et l’Omega, ce que le Gardien n’avait pas voulu lui confier, ou que secrètement il espérait qu’elle découvrit ? Nul ne pouvait en être sûr, mais l’issue était proche à présent.

À SUIVRE, 12e et dernier épisode
Vacuum conclut sa mission avec succès, mais tout reste à re-faire !
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Krab

Elvyre Fregnac

Ça n'est pas pour me vanter, mais je viens de réaliser un véritable coup d’éclat. À soixante-quinze ans, je suis devenue sans conteste la vieille dame indigne de Moussy lès Limas. J’habite... [+]