Une autre guerre

il y a
12 min
131
lectures
1
Qualifié
Une pluie fine et froide tombait sur la zone de combat. Celle-ci était parsemée de cratères. De la fumée s’élevait encore dans les airs et nombreux étaient les rochers fracassés, symboles d’une lutte acharnée qui marquerait le paysage pour des années. A l’instar de la vallée de la Fin, le lieu qui avait vu Madara et Hashirama s’affronter dans le passé.

Les gouttes de pluie coulaient sur son visage. D’un geste, Naruto les évacua avec sa manche droite. Il respirait fort. En dépit de son endurance remarquable il devait bien se rendre à l’évidence : les forces lui manquaient pour continuer à se battre.

Sa volonté d’en découdre était toutefois intacte.

« Il ne reste plus que toi, Jinchûriki de Kyûbi. Tu es le dernier obstacle à l’achèvement du Plan Œil de la Lune. Montre-toi. Maintenant. A moins que tu ne sois trop lâche ? »

Le fils de Minato ne répondit pas à la provocation trop évidente de Madara. Assis sur un rocher, son gunbai à côté de lui, l’ancien chef des Uchiha scrutait le champ de bataille à la recherche de son adversaire. Il ne prêtait pas la moindre attention aux ninjas blessés qui gémissaient sur le sol, voire qui rampaient pour se mettre à l’abri.

Seul Naruto lui importait.

- Viens qu’on en finisse. Ce monde touche à sa fin. Ton sacrifice le rendra meilleur.
- Va dire ça à d’autres !
- Repéré.

L’Uchiha sourit et en un instant rejoignit l’endroit où Naruto avait parlé. Assis, le genin le plus célèbre de Konoha leva les yeux. La résignation se lisait dans son regard.

Madara était satisfait. Non seulement il aimait prendre les gens de haut mais en plus il avait sous les yeux la pièce manquante pour que son plan réussisse.

Un rugissement déchira le champ de bataille. Naruto se couvrit les oreilles pour étouffer ce bruit. Un geste qui amusa Madara.

- Tu vois c’est bientôt l’heure. Le Gedô Mazô a pratiquement achevé sa transformation en Jûbi. Mais nous avons encore le temps pour qu’il t’ingère.
- Je n’ai pas dit mon dernier mot !

Naruto se leva et sauta sur Madara... qui le jeta au sol d’un coup de pied dans le ventre.

- Tu laisses trop d’ouvertures pour espérer réaliser quoi que ce soit.
- Peut-être...

Le sourire qui se dessina sur le visage de Naruto interrogea Madara. Il sortit un kunaï et le planta dans le ventre du jeune homme. Celui-ci cracha du sang avec de disparaître dans un nuage de fumée.

La satisfaction affichée quelques instants plus tôt par le meilleur ennemi d’Hashirama laissa place à une fureur noire. Il activa Susanô et dévasta la zone où il se trouvait.

« La plaisanterie a assez duré gamin ! » hurla l’Uchiha.

Il n’obtint aucune réponse.

- Zetsu ! tonna Madara tandis que Susanô se dissipait.
- Qu’y a-t-il ? demanda la créature en émergeant du sol.
- Trouve-le.
- Il y a quelques instants tu refusais se plaint le blanc Zetsu. Tu disais qu’une petite partie de chasse n’était pas pour te déplaire.
- Dépêche-toi.

Le regard de Madara suggérait clairement qu’il n’était pas d’humeur à discuter.

« Comme tu veux. »

Dans la seconde Zetsu disparut dans le sol.

- Voilà un tour qu’il n’avait pas prévu ! pensa Naruto avec un demi-sourire.
- Une farce de ce genre ne te permettra pas de le battre intervint Kyûbi.
- C’est vrai. J’ai au moins pu gagner un peu de temps. Pour récupérer quelques forces.

Le fils de Minato regarda autour de lui. Madara avait raison : l’alliance était vaincue, il ne restait plus que lui. Lui et une poignée de survivants en mauvais état et dispersée aux quatre coins.

Peut-être que mes amis sont encore en vie s’interrogea Naruto. Il avait beau regarder dans toutes les directions il n’arrivait pas à les voir. Et il était hors de question de les appeler. Madara rappliquerait immédiatement.

En attendant que Zetsu ne le trouve Naruto se concentra pour passer en mode Sennin. Il pourrait ainsi repérer plus facilement les environs.

Pourquoi les choses ont-elles tourné ainsi ? se demanda Naruto. Son regard s’embruma un instant, prêt à verser des larmes. Aucune ne vint. Ce n’était pas l’heure pour ça. Il lui fallait agir maintenant qu’il était seul. Enfin, presque seul.

- Naruto... même en te passant une partie de mon chakra ce ne sera pas suffisant. Acquérir une maîtrise parfaite réclame un long entraînement...
- Je sais Kyûbi. On va faire avec.
- Je vais concentrer mon chakra pour t’en transmettre le plus possible.
- Merci.
- Ne te fais pas d’idées. Je ne le fais pas pour t’aider mais parce que je déteste Madara. Nous ne sommes pas amis !
- Oui, oui, bien sûr répondit Naruto, guère convaincu par le propos du Bijû.

Il ne chercha pas à polémiquer avec Kyûbi. A cet instant, Naruto aurait souhaité que le temps s’arrête. Qu’il suspende son écoulement perpétuel. Pour avoir le temps d’apprendre à maîtriser parfaitement Kyûbi. Pour récupérer plus de forces. Pour se souvenir aussi. De son village, de ses amis. De toutes les personnes qui comptaient pour lui. De ce monde dont il devait empêcher la fin.

Si seulement je pouvais revenir en arrière pensa Naruto. Le présent serait sans doute bien différent.

Dans son esprit, il revit le déroulement de tout ce qui s’était passé depuis sa victoire contre Pain. Le coma de Tsunade, la nomination de Danzô.

Pourquoi a-t-il fallu que ce soit lui ? Ce type nous a précipités dans l’abîme !

Naruto serra le poing et frappa le sol.

Tout juste nommé Danzô était parti pour le sommet des Kages, organisé au Pays du Fer. Bravant l’interdiction, Naruto avait quitté Konoha avec Kakashi et Yamato, pour trouver le Raikage. Il n’avait pas pu le raisonner, qu’il revienne sur sa décision concernant Sasuke.

C’est à partir de là que tout est allé de mal en pis.

Le sommet des Kages avait eu lieu. Ao, un jônin de Kiri avait repéré la tentative de manipulation de Mifune par Danzô. Celui-ci avait fui, profitant de l’intrusion de Sasuke.

Si j’avais pu être présent à ce sommet. Peut-être aurais-je pu raisonner Sasuke.

Sasuke avait affronté le Raikage, la Mizukage avant d’être sauvé par Tobi. Ce dernier avait déclaré la guerre aux grandes nations avant de s’en aller. Pour barrer la route à Danzô. Un combat à mort s’en était suivi entre le chef de la Racine et Sasuke.

Pour quelques secondes, j’aurais pu le sauver...

Informé par Gaara de la présence de Sasuke, Naruto avait faussé compagnie à Yamato et Kakashi, pour le retrouver et vérifier si ce que lui avait confié Tobi à son sujet était vrai. Avait-il choisi la vengeance ? A cause de ce qu’il avait appris sur Itachi ?

Naruto avait couru aussi vite que possible. Le pont était en vue quand il aperçut Danzô et Sasuke se lancer l’un vers l’autre. Sasuke avait une lame de foudre. Danzô une lame formée par son chakra vent. Le choc fut brutal. Chacun blessa l’autre. Sasuke s’effondra. Danzô également.

Karin, qui avait été emmenée par Tobi, s’approcha de Sasuke. Elle se mit à hurler, à s’agiter dans tous les sens alors que Danzô était pris en charge par Fû et Torune. Des larmes étaient venues. Danzô ne se retourna même pas.

Sasuke était blessé trop sérieusement pour être soigné.

Naruto était arrivé alors. Tobi avait fui, regrettant, à voix haute, cette conclusion.

« Sa haine ne devait pas être assez grande... » avait-il conclu avant de disparaître grâce à son jutsu spatio-temporel.

Karin s’était écartée de Sasuke, laissant les deux anciens camarades de l’équipe 7 se retrouver. Ils avaient échangé quelques mots. Naruto ne les oublierait jamais. Il avait versé des larmes. Sasuke l’avait traité d’idiot avant de fermer les yeux. A jamais.

La fureur de Naruto avait désormais une cible : Danzô. Mais il ne céda pas à la haine, il ne laissa pas Kyûbi le posséder. Il voulait venger Sasuke. Avec ses yeux. Et pour cela il ne devait pas laisser la moindre ouverture au démon renard.

Ramené à Konoha et soigné dans les quartiers de la Racine, Danzô était mal en point. Il avait néanmoins gardé assez de force pour donner des ordres bien précis. Supprimer Tsunade ; passer le village sous loi martiale ; traquer toute forme de résistance. Pas question de laisser échapper le pouvoir maintenant qu’il était si proche.

La petite fille d’Hashirama avait été empoisonnée alors qu’elle était toujours dans le coma. Même s’il n’était pas encore élu par les jônins et en dépit de l’arrivée de Naruto, Kakashi, Yamato et des informations en provenance du Pays du Fer, Danzô avait été clair : il faudrait se soumettre ou disparaître. Le Daimyô et sa famille étaient les otages des ninjas de la Racine. Danzô dirigeait Konoha.

Les négociations étaient impossibles.

Le Pays du Feu devait donc faire face à une guerre civile alors que la 4ème grande guerre des ninjas battait son plein. Soutenu par les autres grandes nations ainsi que les jônins de Konoha Kakashi était un Hokage qui n’avait pas le temps d’apprendre son nouveau métier. Il devait déjà faire des choix douloureux. Pour l’épauler, un conseil restreint avait été mis sur pied. Composé de Shizune, Shikaku et Shibi Aburame, il devait faire oublier l’absence de Koharu et Homura qui avaient, selon la version officielle, rejoints Danzô. En réalité ils étaient eux aussi retenus par la Racine.

Kakashi devait donc à la fois éliminer la Racine et ses soutiens tout en envoyant des forces à l’alliance, pour battre l’Akatsuki. Un vrai casse-tête.

Naruto était déchiré. On préférait le tenir éloigné du champ de bataille mais la situation n’était guère meilleure à Konoha. Le Raikage avait proposé qu’il se rende sur une île appartenant à Kumo mais Konoha avait trop besoin de son héros, pour gagner les esprits et discréditer Danzô. Qu’avait-il fait relativement à Naruto ?

Naruto était donc resté à Konoha et plus que Kakashi il était la figure de proue, celui qui poussait chacun à donner le meilleur de lui-même.

Comble de malchance, Kabuto entra dans la danse aux côtés de Danzô. Egalement présent du côté de l’Akatsuki il avait dispersé les ninjas qu’il avait ramenés à la vie entre Konoha et le Pays de la Foudre, où la grande guerre se déroulait.

Contre toute attente ce fut une bonne affaire pour Konoha. Itachi avait été laissé à la Racine et en affrontant Naruto, il s’était libéré de l’emprise de Kabuto. Apprenant ce qui était arrivé à son frère Itachi avait laissé Naruto en lui disant deux choses : il se chargeait de Danzô et de mettre un terme à l’Edo Tensei.

Il avait tenu parole.

Konoha pouvait donc envoyer plus d’hommes sur le front... mais il était trop tard.

Les grandes nations avaient tenu tête brillamment à l’Akatsuki. Mais lors de la première nuit un drame survint. Les blancs Zetsu s’étaient transformés en ninja de l’alliance. Incapables de distinguer les amis des ennemis les ninjas des grandes nations s’étaient fait massacrer... en plus de se blesser les uns les autres.

La situation était telle que le Raikage fit intervenir son frère, Killer Bee, pour essayer de renverser la tendance.

L’occasion qu’attendait Tobi pour le capturer. Malgré ses efforts, le réceptacle d’Hachibi fut ingéré par le Gedô Mazô. Il ne restait alors plus qu’un seul réceptacle à capturer.

Tobi n’en eut pas le loisir.

S’infiltrant dans son corps, le noir Zetsu l’avait poussé à exécuter le Gedō Rinne Tensei no Jutsu pour ramener Madara Uchiha en vie. L’homme masqué avait perdu la vie dans l’opération.

Dépourvu de ses yeux, Madara récupéra celui présent sur la dépouille de Tobi et le blanc Zetsu lui fournit le second. Ainsi équipé l’ancien leader des Uchiha utilisa le Gedô Mazô pour balayer les forces restantes de l’alliance et les Kage, avant de mettre le cap sur Konoha, pour capturer Naruto.

Impatient, il avait néanmoins lancé la transformation du Gedô Mazô en Jûbi. « Pour avoir une sorte de sablier limitant le temps de ma chasse » avait-il confié à Zetsu.

« Alors tu te cachais ici. »

Madara était à la droite de Naruto.

« Toi aussi tu maîtrises ce mode Sage. Comme... Hashirama. Puisses-tu danser aussi bien que lui. »

Il leva son gunbai avant de l’abattre sur Naruto. L’éventail de Madara fut ralenti par une nuée d’insectes.

- Tu ne toucheras pas à un cheveu de Naruto déclara Shino.
- Shaaaaanaroooo !!!

Sakura bondit dans les airs et abattit son poing droit sur Madara qui parvint à éviter le coup en se reculant. Le sol trembla et se fractura en plusieurs plaques.

Le frère aîné d’Izuna essaya bien d’avancer en direction de Naruto mais des félins lui bondirent dessus. Il les supprima avec une technique Katon et une pluie d’encre s’abattit sur lui.

- Vous êtes encore en vie soupira, heureux, Naruto.
- Qui veillerait à ce que tu ne fasses pas de bêtises sinon ? demanda Shikamaru, épuisé mais souriant.

Ils étaient tous là. En mauvais état mais tous présents. Sakura, Saï, Shino, Ino, Kiba, Shikamaru, Hinata, Neji, Lee, Chôji, Tenten. Ils formaient une barrière entourant Naruto. Sakura se précipita sur son camarade pour lui redonner du chakra.

- Qu’en est-il des autres ?
- On s’en occupera plus tard répondit Shikamaru. Pour l’instant tu es notre priorité. On doit te faire sortir d’ici.
- Comment ?
- J’ai un plan. D’abord il faut que...

Il s’arrêta. Le sol tremblait. La statue de l’hérétique avait franchi une nouvelle étape dans son évolution. Pour le moment la barrière installée par Madara n’avait pas encore cédé mais des fissures apparaissaient.

« Le temps presse jeunes gens. »

Madara se tenait devant eux. Zetsu était à ses côtés.

- Je ne vais pas vous ménager. Préparez-vous à trembler devant le véritable pouvoir de Madara Uchiha.
- On t’a assez entendu ! clama Tenten et elle lui lança un échantillon de ses meilleurs armes et parchemins explosifs.

Une déflagration eut lieu ainsi qu’un gros nuage de fumée. Il fut dispersé en un instant. Non par le gunbai de Madara mais par quelque chose de beaucoup plus gros. Une masse gigantesque de chakra émergea de la fumée et se mit à obscurcir la zone de combat. La nouvelle génération de Konoha était dans l’ombre. Une ombre menaçante et inquiétante.

« Naruto, ce chakra c’est... commença Kyûbi. Susanô. »

Le Bijû n’était pas rassuré. Voir cela lui rappelait le combat qu’il avait livré, contrôlé par Madara, à Hashirama.

« Admirez la forme finale de Susanô ! » clama Madara, installé sur le front de Susanô.

Aucun des ninjas présents et qui entouraient Naruto n’avait vu une telle chose. La peur les gagna rapidement. Leur confiance disparut.

Le Susanô de Madara empoigna une de ses épées et frappa sur sa gauche. Le paysage vola instantanément en éclats.

- On n’a aucune chance contre lui... s’effondra Ino.
- Il ne faut pas baisser les bras déclara Saï tout en s’affairant à dessiner un colosse pour tenir tête à Susanô.
- La manipulation des ombres ne sera pas efficace contre une telle chose analysa Shikamaru.

Susanô s’avança d’un pas vers eux. Le sol trembla comme jamais.

« Remettez-moi le réceptacle et vous pourrez vivre dans mon monde parfait. Sinon vous mourrez ici. »

Les amis de Naruto le regardèrent et sourirent.

« File Naruto, on s’occupe de lui » dit Chôji qui avala plusieurs pilules.

Naruto était déconcerté.

- Les gars je...
- Sakura, Saï emmenez Naruto. C’est votre équipier alors faites-le partir.
- Va avec eux Shikamaru, ils auront besoin de toi lui intima Chôji.
- Tu crois vraiment que...
- Shikamaru, tu pourras leur être utile glissa Ino en lui posant une main sur l’épaule.

Le Nara sourit, résigné.

« Hors de question que je vous laisse. Le trio Ino-Shika-Chô ne se sépare pas ! »

Sakura et Saï empoignèrent Naruto et le traînèrent. Il se débattit mais il n’échappa pas à leur entrave. Il passa devant Hinata qui lui glissa : « Tu dois vivre Naruto-kun. »

Puis, alors qu’il ne s’était éloigné que de quelques pas, elle lui cria : « Je vais me battre de toutes mes forces pour te protéger. Je t’aime Naruto ! »

La seconde d’après, le colosse dessiné par Saï et un Chôji taille XXXXL se jetèrent sur Susanô. Les lames de ce dernier les entaillèrent avant de frapper le sol. Toute la zone fut emportée par la déflagration. L’équipe 7 également.

Quand il reprit ses esprits Naruto vit Sakura et Saï giser, inconscients, sur le sol. Ses autres camarades étaient dispersés dans les quatre directions.

Zetsu apparut à côté de lui.

« Trouvé ! »

Il ne fallut que quelques pas à Susanô pour rejoindre Naruto.

- Je crois bien que cette partie-là nous n’allons la jouer que tous les deux Kyûbi.
- Pas le choix maugréa le Bijû. Prêt à te battre gamin ? Je n’ai pas envie de retourner dans le Jûbi aujourd’hui ni jamais alors tu vas devoir assurer.
- Ne t’inquiète pas partenaire. On va le battre !

Le renard sourit.

- Au fait gamin, j’ai quelque chose à te dire.
- Quoi donc ? Que je suis trop bavard ?
- Kurama, mon prénom c’est Kurama.

Naruto sourit, stupéfait que son Bijû lui dise cela.

- Merci de cette marque de confiance Kurama. Maintenant allons botter les fesses à Madara !
- Rien ne me ferait plus plaisir.

Naruto effectua un multi-clonage et, à l’aide de deux clones réalisa un Fûton Rasen Shuriken qu’il lança sur le Susanô. La déflagration fit à peine vaciller le colosse.

Il sortit.

« Enfin te voilà. Le monde va enfin pouvoir connaître la paix grâce à toi. »

Naruto tira la langue à Madara.

« N’y compte pas ! »

Naruto retira le sceau qui enfermait Kurama en lui. Le démon renard injecta alors son chakra en Naruto. Celui-ci devint alors d’un jaune brillant.

- Woh, c’est incroyable !
- Reste concentré Naruto rappela Kyûbi. Ce ne sera sans doute pas suffisant pour battre Madara. En plus comme c’est la première fois je ne peux pas te donner tout mon chakra.

« Tu maîtrises le neuf queues ? » demanda Madara, quelque peu surpris. « Enfin, peu importe. Je vais te capturer. »

Naruto leva les yeux, le regard plein de détermination.

- Il faut que je monte pour t’en coller une ? Tu ne veux pas descendre ?
- Tu es un idiot si tu ne vois pas que tout est fini.
- Un idiot sans doute. Mais un idiot d’envergure !

Susanô ramena son sabre vers lui, la lame en direction du ciel. Naruto prit une profonde inspiration.

- Je crois que je fais bien d’enregistrer ce combat commenta le blanc Zetsu.
- Tais-toi répondit le noir.

Naruto fonça en direction de Susanô.

- Madara !
- Naruto !

Il ressemblait à un éclair jaune en cet instant, grimpant sur Susanô avec aisance. Il serait au niveau de Madara dans quelques secondes. Peut-être même aurait-il le temps de le frapper avant que Susanô ne cherche à le saisir.

Je suis une légende pensa Naruto tandis qu’il progressait, un sourire aux lèvres.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,