4
min

Une amie qui vous veut du bien

877 lectures

293

Qualifié

Je suis Marnie, l’amie que tout le monde rêve d’avoir. Je me mets en quatre pour vous rendre service. Je sais écouter, je trouve des solutions à vos problèmes. Un souci ? On appelle Marnie. J'ai un physique ingrat... je le sais, ce n’est pas la peine de me le dire... et je n’ai pas que ce défaut...
Très tôt, j’ai su dissimuler mes véritables sentiments. Rien n’est plus facile pour moi que de pleurer, quand j’ai envie de rire. D'être compatissante du malheur d’un ami, quand au contraire je m'en réjouis. Quoi, je suis un monstre ? Non... mais il faut bien que quelqu'un paie.
Ma patience est infinie. Comme une araignée, je tisse ma toile, pour y emprisonner mes ennemis... j'ai dit « ennemis » ? Non ! Je voulais dire « amis » bien sûr !
Ma meilleure amie, c'est Cynthia. Elle est belle à crever, et je lui en veux pour ça.
Cynthia a toujours eu de la chance, et tout ce que j’ai tenté pour la faire tourner, a échoué.
On se connait depuis le collège. On ne s’est jamais perdues de vue. Je l’ai suivie, dans tous ses cursus scolaires, j’ai postulé pour les mêmes entreprises, quand nous avons commencé à travailler. Je suis celle qui la réconforte quand elle est malheureuse. Celle qui la conseille quand elle hésite entre deux robes. Celle qui la soigne quand elle est malade... à ce propos, elle n’aurait jamais dû s’en remettre ! Comment a-t-elle pu guérir avec le traitement que je lui ai fait avaler ? Mystère. Cynthia a la peau dure, elle se remet de tout.

Vous ai-je dit que je suis douée pour écrire ? Je parle de lettres anonymes, bien sûr. Ma première lettre date de nos jeunes années. Cynthia et moi avions 14 ans. Ma chère copine fréquentait un « grand » de seconde. Pour le retrouver, elle avait séché le cours de français. Auparavant, elle m’avait demandé de téléphoner au lycée. Me faisant passer pour sa mère, je devais la prétendre souffrante. C’est ce que j’ai fait. Je n’ai pas fait que ça : le lycée a reçu une lettre anonyme, dénonçant le mensonge de Cynthia. Ses parents en ont reçu une autre... quoi ? moi, un corbeau ? Peut-être... mais je n’ai fait que dire la vérité. Cynthia n’a jamais soupçonné que je pouvais être l’auteure de ces lettres... quelle bécasse ! Aussi bête que belle !
Il y en a eu d’autres, des lettres... il y a quelques années, Cynthia avait emprunté la voiture de ses parents. Elle avait voulu faire croire que ce n’était pas sa faute, pour l’aile esquintée. « Je l’avais garée sur le parking, et quand je suis revenue... » mais c’était sans compter Marnie ! Tiens, le facteur est passé !
Manque de chance pour moi, les parents de Cynthia lui ont toujours pardonné ses frasques. J’ai fini par changer de tactique. Les accidents, ça peut arriver...
Les talons hauts, c’est dangereux Cynthia ! Tu n’aurais pas dû dévaler l’escalier, pour rejoindre ton amoureux. Certes, le talon scié de ton escarpin y était pour quelque chose... elle s’en est sortie sans une égratignure.

Il n'y a pas que Cynthia dans ma vie. Il y a Barnabé aussi... enfin, il y avait. Celui pour qui j’avais un petit faible... mais ça, c’était avant qu’il tombe sous le charme de Cynthia ! Mauvaise idée... surtout en étant marié ! Le facteur a repris du service ! Sa femme a reçu une photo des amants. Elle a demandé le divorce aussitôt. Pauvre Barnabé !

Je ne veux pas qu’on me vole Cynthia. Elle est ma chose, mon jouet, ma poupée. Sans elle, la vie serait vraiment insipide. Si je l’aime ? Oui ! Autant que je la déteste. Vous ai-je dit que nous vivions dans le même appartement ?

Des « accidents », il y en a eu d’autres. J’ai bousillé la photocopieuse, au boulot. C'est Cynthia qui a pris, puisqu'elle était la dernière à s’en être servi. Le dossier disparu, c’était moi aussi. Le café sur le portable du patron, encore moi. Personne ne me remarque jamais ; je peux faire ce que je veux... c'est comme si j'étais invisible aux yeux des autres.

Le monde s’est écroulé. Cynthia m’a annoncé son départ. Elle va s'installer à l’autre bout de la ville. Il est temps que nous vivions nos vies séparément, m’a-t-elle dit.

Non. Je ne peux pas la laisser partir. Elle fait partie de moi. Nous sommes comme des sœurs jumelles. L’une étant un ange, et l’autre un démon... le positif et le négatif. On ne peut les séparer.

J’ai employé les grands moyens, pour qu’elle reste. J’ai appelé (anonymement bien sûr) son futur propriétaire. J’ai laissé entendre que Cynthia n’est pas une fille sérieuse, une fêtarde, une souillon... cet imbécile m’a crue ! Trop facile !
Elle est rentrée déprimée, déçue et désappointée. Elle ne comprenait pas... la pauvre ! Je l’ai réconfortée. Marnie est là, ma chérie.

Le lendemain, j’ai décidé de lui porter le coup de grâce. Depuis quelques temps déjà, je m'amusais à retoucher des photos d’elle... j'ai mis en ligne un site très... spécial ! La belle Cynthia propose des services coquins, suivi de son nom de famille, son numéro de portable... et j’ai envoyé un mail au boulot.

Renvoyée. Vous êtes remerciée, mademoiselle ! L’image de notre entreprise... blablabla... Cynthia m’a fait lire sa lettre de licenciement. Ma jolie poupée est effondrée ! J’exulte. La bonne Marnie va bien s’occuper de Cynthia.

La dépression de Cynthia commençait à prendre une ampleur que je n’avais pas prévue. Elle ne s’alimentait plus, ne se lavait plus. Même les larmes n’arrivaient plus à sortir de ses beaux yeux bleus. Je commençais à me dire que j'étais allée trop loin. Ce n’était plus drôle, je n’avais plus envie de jouer avec une poupée cassée. Pour lui remonter le moral, je suis sortie lui acheter ses chocolats préférés.

Je l’ai retrouvée dans la baignoire, le visage exsangue et les poignets entaillés. C'est tout juste si je l’ai reconnue. Quelque chose s’est brisé en moi, définitivement. Alors à mon tour, je suis entrée dans cette baignoire, et je me suis servi de la lame de rasoir qu’elle tenait encore dans sa main.

Ironie du sort, c’est le facteur qui m’a sauvé la vie. J’avais laissé la porte ouverte, et il avait un recommandé à me faire signer.

Je me suis réveillée à l'hôpital psychiatrique. C’est là qu’on enferme les suicidaires. Et les fous. Je ne suis pas morte avec Cynthia. Je suis en vie sans Cynthia, c’est ma punition.

PRIX

Image de Automne 2017
293

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de anonyme
anonyme · il y a
Une histoire dure et forte mais tellement vrai. Bravo! Je vous invite à lire ma TTC en concours, merci d'avance et bonne journée.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-inventions-naissent-mais-les-hommes-meurent-1

·
Image de Artvic
Artvic · il y a
Une émotion s'empare de nous pour votre récit bien mené ! je viens de passer un bel instant d'évasion ! L'histoire est terrible !
·
Image de Merina Biwoni
Merina Biwoni · il y a
C'est vraiment un texte poignant et captivant. Mes voix pour ce chef d'oeuvre.
Félicitations ! Je m'abonne à vous.
Si le temps vous le permet, n'hésitez pas à faire un tour sur ma page.
Bonne et heureuse année !

·
Image de Mélodie du cœur
Mélodie du cœur · il y a
Une lecture qui m'a tenue en haleine du début à la fin, mais bouh oh combien frissonnante, terrifiante. C'est fou ce que le vice et la jalousie peuvent nous conduire à faire ... ils peuvent conduire jusqu'aux pires atrocités ... J'avoue que la punition est bien méritée, car, inconsciemment ce corbeau à la jalousie mal placée aura toujours la mort de sa «poupée» sur la conscience, et maintenant sa seule amie sera la solitude voire la folie ...
·
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
je vous découvre par cette nouvelle où Marnie ne semble pas avoir compris, que le sens des autres vous embellissait de l'intérieur. Elle s'est encore plus enlaidie en passant du jeu malsain au meurtre.Et si vous voulez me rencontrer, je vous propose mon TTC " l'essentiel "...
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Ah ben ! J'arrive un peu tard... Hou ! Il ne fait pas bon être votre amie, dites donc ! Mais par contre, vous le racontez très bien ! J'ai adoré, en fait.
·
Image de Arlette Hélène Godefroy
Arlette Hélène Godefroy · il y a
Mais si mais si ! Je suis une très bonne amie...
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Tant mieux !...
·
Image de MCV
MCV · il y a
On attend la suite...
·
Image de Arlette Hélène Godefroy
Arlette Hélène Godefroy · il y a
Ah non ! L'histoire est terminée...
·
Image de MCV
MCV · il y a
Dommage, elle pourrait faire encore quelques dégâts, Marnie.
·
Image de Félix Solivon
Félix Solivon · il y a
Dites donc, Arlette, vous êtes infréquentable ! Aucune moralité. Enfin, s'il vous reste un fond d'humanité, venez voter pour moi. Je suis nouveau ici et j'ai bien besoin d'aide, même de gens peu recommandables...
·
Image de LaNif
LaNif · il y a
Moi aussi, je l'avais loupée. Remarquablement écrit. Bravo!
·
Image de Arlette Hélène Godefroy
Arlette Hélène Godefroy · il y a
Merci !
·
Image de Teddy Soton
Teddy Soton · il y a
Dommage je l’avais loupé, ravi d’avoir fait cette découverte. Peut-être aimeriez vous sombre poupée ?
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème