Un si troublant souvenir

il y a
6 min
781
lectures
260
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Si la plume nostalgique happe dès les premières lignes, il ne faut pas se fier à sa douceur mélancolique. Le récit avance sans accrocs et nous

Lire la suite
Image de Été 2020

Sur la photo, elle irradie. Impossible de trouver un autre mot. Quand j’ai découvert ce cliché, je suis resté de longs instants à la regarder, tenant presque religieusement le petit cadre en bois doré entre mes mains, essayant de comprendre pourquoi la voir ainsi me faisait me sentir aussi fier, aussi triste et aussi confusément heureux en même temps, et c’est juste cela qui m’est venu à l’esprit : elle irradie.

Elle se tient sur un vaste terrain nu et plat, que l’on devine poussiéreux, à gauche d’un très gros arbre dont on ne voit qu’une partie du tronc et quelques branches basses. Le reste du houppier et du tronc sortent du cadre, qui semble étrangement tronqué, décalé. Derrière elle on aperçoit une grande maison en bois de style colonial, à deux étages. D’autres bâtiments, apparemment en terre, sans fenêtres, sont visibles un peu à l’écart. En observant attentivement l’arrière-plan, on peut distinguer devant la maison quelques enfants noirs et des femmes en costume traditionnel, qui se tiennent alignés, les mains jointes devant eux.

Tout cela n’est qu’un décor, car on ne voit qu’elle. Elle est debout, solidement campée sur ses deux jambes légèrement écartées, une main sur la hanche et l’autre sur le front, comme si elle essuyait quelques gouttes de sueur. Elle porte une tenue claire, un pantalon de toile ajusté et une chemise blanche dont elle a retroussé les manches et largement ouvert le col, dévoilant la pâleur de sa gorge et laissant deviner les courbes de sa poitrine. Elle a les cheveux coupés courts, un peu ébouriffés, sans doute collés par la transpiration. Et puis elle a ce sourire, immense et magnifique, et ce regard débordant de bonheur, d’intelligence et de vie, et d’arrogance aussi, qui semble attraper la lumière. Impossible, même pour moi, de ne pas être troublé par la sensualité qui émane d’elle. Elle est incandescente. Le monde lui appartient et elle le sait.

Cette femme, dont je suis tombé amoureux sur une vieille photo jaunie, c’est ma mère. Ma mère il y a 60 ans, en Afrique. Ma mère qui fut une jeune femme superbe et provocante, il y a une éternité… Ailleurs.

Elle est morte il y a huit mois maintenant, à l’âge de 85 ans. J’ai découvert la photo la semaine dernière, dans un petit coffre en bois caché au fond de la grande armoire de sa chambre. Du vivant de mes parents, je n’entrais jamais dans leur chambre, c’était comme une île inconnue dans mon royaume. Son odeur est différente de toutes les autres pièces de la maison. Le sol est recouvert d’une antique moquette écarlate et les murs sont tapissés d’un papier peint au motif délicieusement vieillot, un mélange de grosses fleurs oranges et d’oiseaux exotiques chamarrés. Un crucifix est accroché au-dessus du lit, une branche de buis séchée est coincée derrière la croix. Il n’y a pas d’autre décoration aux murs. Je ne sais pas pourquoi je ne rentrais jamais dans cette pièce étant enfant, je n’ai pas le souvenir qu’on nous l’ait interdit, à mon frère et à moi, mais il ne nous serait jamais venu à l’idée de nous y cacher ou d’y aller jouer. Même après la mort de papa, puis le départ de maman en maison de retraite, cette chambre est restée la leur, et je n’y pénétrais que pour l’aérer et y faire la poussière. À chaque fois, j’ai l’impression d’y entrer par effraction, et je ressens une sorte de malaise, comme si j’étais un voyeur en train de rôder chez des inconnus.

Mon frère et moi avons fini par tomber d’accord pour vendre la maison. J’avais toujours pensé être détaché de ce genre de considérations, mais prendre la décision de céder cette maison avait été beaucoup plus difficile que je ne l’aurais imaginé. Une fois qu’elle sera vendue, il ne restera rien de mon enfance, aucun refuge en cas de naufrage. Je me suis aussi rendu compte que le foyer que je me suis moi-même construit sera un jour vendu par mes enfants, et qu’il ne restera rien de moi. C’est souvent sur soi-même que l’on pleure quand on pleure nos parents. C’est habité par ce genre de considérations peu joyeuses que j’avais fait le tour de la maison pour y récupérer ce que je voulais garder. Tout le reste partirait à la communauté d’Emmaüs, ni mon frère ni moi n’avions l’envie de nous occuper de vendre les meubles. J’étais donc venu passer une dernière journée dans la maison, pour fouiller les placards et inventorier chaque tiroir, avec le secret espoir d’y trouver un trésor, au milieu du fatras d’objets inutiles en tous genres que mon père avait accumulé au fil des années.

Avant de trouver le petit coffre dans l’armoire, ma récolte était plutôt maigre : une boussole rouillée ; un album de photos minuscules datant apparemment des années 1920, dont les personnages avaient quelque chose de vaguement familier, sans doute des ancêtres du côté de mon père ; un petit fossile rougeâtre ; une boîte de pastilles Euphon remplie de dents. Je n’avais aucune idée de ce que j’allais faire avec ces artefacts disparates d’un passé que je n’avais pas connu, mais rien d’autre ne m’avait paru intéressant, ou beau, ou même significatif. J’ai souri en songeant à ce que penseraient mes enfants en trouvant ces quelques objets dans un de mes tiroirs, après ma propre mort. Encore une idée morbide et égocentrique. Et puis j’ai trouvé le coffre.

Même à mon âge, ouvrir un coffre caché fait battre le cœur un peu plus vite. J’ai d’abord essayé de débloquer le petit loquet rudimentaire rongé de rouille sans le casser, mais finalement l’impatience a gagné et je l’ai brisé d’un coup sec. Une légère odeur de poussière et de renfermé s’est échappée. Il y avait là quelques trésors, mais pas ceux auxquels je m’attendais. Sur le dessus se trouvait une petite figurine en ivoire de quelques centimètres. Vu l’indéfectible piété de mes parents, j’ai d’abord pensé à une vierge, mais en y regardant de plus près j’ai vu que le petit personnage était pourvu d’attributs indéniablement masculins. Il y avait aussi une petite boîte en ébène, qui contenait un écrin sur lequel reposaient deux jolies boucles d’oreilles en or, de simples anneaux qui m’ont semblé très anciens, et une épingle à cheveux nacrée, en forme de lion. Dans une autre petite boîte, en métal cette fois, était enroulée une mèche de cheveux clairs. Et puis, tout au fond du coffre, délicatement enveloppée dans un mouchoir en soie gris, j’ai trouvé le petit cadre en bois doré.

Je n’ai pas tout de suite compris que c’était maman, je ne lui avais jamais vu ce sourire, je ne l’avais jamais vu les cheveux courts, je ne l’avais jamais vue comme une femme. Et puis je ne l’avais jamais vue en Afrique. Ils ne parlaient jamais de cette période de leur vie. C’était pour nous juste une ligne anecdotique de leur histoire, dont la réalité n’avait jamais rien eu de tangible. Nous savions juste qu’ils avaient passé cinq ans là-bas, avant que papa n’ouvre son cabinet ici, alors que nous n’étions pas encore nés. L’Afrique était un sujet qu’on n’abordait pas, comme tant d’autres. Quand je les imaginais là-bas, je voyais papa en médecin de brousse, affable et condescendant (comme il l’avait toujours été, même avec nous) et maman en femme au foyer bigote et terne, avec ce sourire infiniment triste qui ne l’a jamais quitté, et dont j’étais sûr qu’elle était née avec. Il m’a fallu de longues minutes, assis sur le rebord de son lit, pour comprendre, puis pour accepter que c’était elle.

Au début j’ai voulu la garder pour moi, et ne rien révéler de ce déroutant souvenir que j’avais trouvé. J’ai remis le cadre dans son enveloppe de soie, je l’ai reposé dans le coffre, j’ai embarqué le tout, et je l’ai rangé – caché – dans mon placard à costumes. Je l’ai regardée plusieurs fois dans la semaine, en secret, comme si elle était ma maîtresse, ou une ancienne amoureuse dont j’aurais gardé une photo intime. À chaque fois j’ai ressenti la même fierté, la même tristesse, le même trouble. Et puis j’ai fini par me dire que mon frère avait aussi le droit de savoir qui elle avait été. J’ai voulu prendre un cliché de la photo avec mon téléphone pour lui envoyer, mais soit la lumière était trop faible soit il y avait un reflet sur le verre. Alors je l’ai sortie du cadre, il suffisait de tirer sur une petite languette à l’arrière.

J’ai tout de suite compris que j’avais découvert un autre secret, encore plus secret. La photo était en fait pliée, ce que j’avais vu jusqu’à présent n’en était qu’une partie, et c’est ce qui expliquait l’impression de cadrage tronqué que j’avais eue. Je l’ai dépliée, et mon cœur s’est arrêté. Littéralement. Je me suis figé, et ma peau s’est comme contractée sur mes os. J’ai été balayé par un vertige qui m’a obligé à m’asseoir. J’ai lâché la photo, il me semble qu’elle est tombée lentement, comme une feuille d’automne, avant de se poser sur le sol. Quand je l’ai ramassée, il était toujours là.

Sur la photo, à quelques mètres de ma mère qui rayonne d’une sensualité triomphante et irrésistible, il y a un jeune homme noir, torse nu, mince et musclé, beau comme un athlète de l’âge d’or de l’olympisme. Il a les yeux exorbités et le visage gonflé. Il est pendu à une branche du très gros arbre. Ses pieds nus touchent presque terre, et on est tenté de le supplier de faire juste un effort pour les poser.

Je ne comprends toujours pas. Je n’arrive pas à savoir quoi penser, quoi faire, quoi ressentir. J’ai essayé de trouver une raison qui pourrait justifier cette horreur. Mais il n’y en a pas, bien sûr. Hier soir, pendant qu’Hélène était au yoga, j’ai replié la photo pour faire disparaître le pendu, et je me suis masturbé en regardant ma mère, brutalement, la mâchoire serrée. J’ai joui sans plaisir. Puis j’ai vomi et pleuré. J’ai remis la photo dans son cadre, et je l’ai rangée dans le petit coffre, caché dans mon placard à costumes. Comme si cela pouvait suffire.

Avant le retour d’Hélène, devant mon miroir, les yeux rougis et le goût du vomi au fond de la gorge, je me suis forcé à sourire. Un sourire infiniment triste. Comme le sien. C’est horrible comme je lui ressemble.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Si la plume nostalgique happe dès les premières lignes, il ne faut pas se fier à sa douceur mélancolique. Le récit avance sans accrocs et nous

Lire la suite
260

Un petit mot pour l'auteur ? 157 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Huggun X
Huggun X  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à vous d'avoir pris le temps de lire mon texte, et n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé, y compris si vous n'avez pas aimé...
Par contre, ne prenez pas la peine de m'inviter à aller soutenir vos textes, c'est sans doute idiot de ma part mais ce genre de propagande a sur moi l'effet opposé de celui que vous pourriez attendre...

Image de Joëlle Diehl-Lagae
Joëlle Diehl-Lagae · il y a
Là vous commencez à me plaire, ceci dit comme un compliment. Je ne suis guère du genre à me" propagander" moi non plus.
je suis ravie de vous découvrir dans les lauréats du concours d'été. Un grand bravo mérité.

Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Je vous remercie! Anne Sylvestre étant pour moi une bonne référence, j'irai vous lire!
Image de Marie Claude Lisée
Marie Claude Lisée · il y a
Je viens de lire votre texte. Bien écrit, captivant et la chute... Bravo!
Image de Huggun X
Image de RichardTri Peucelle
RichardTri Peucelle · il y a
Votre écrit est bien travaillé, L'histoire est chargée en rebondissements avec une chute plutôt violente, tant pour le narrateur que pour le lecteur, qui s'identifie. J'ai envie de dire : bien joué, d'autant que la face cachée de la photo laisse libre cours à l'imaginaire. Bravo !
Image de Huggun X
Image de Gérard Jacquemin
Gérard Jacquemin · il y a
L'indicible horreur des secrets de famille mérite parfois d'être racontée pour être transcendée. Il s'agit ici sans doute d'une fiction...la chute est extrêmement troublante et on ne comprend pas bien la réaction du personnage qui fuit assez lâchement une vérité familiale...
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Troublante me convient bien, même si je vous sens peu convaincu!
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
J'aime les contrastes de vos intentions de narrateur. C'est comme ciselé, ça tombe pile-poil comme une étoffe de très belle facture. J'aime aussi les détails qui posent le décor et la beauté des choses qui fait un écho superbe à l'immonde que le hasard met au jour. Le hasard, je ne sais pas car il y a ce geste qui fait symbole de l'envers d'un décor lisse aux apparences idéales. J'aime aussi l'assaut des émotions et le profond dégoût qui jaillit comme des giclées brûlantes.
Je suis contente que le jury ait fait de vous le lauréat

Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Un texte que je découvre avec grand plaisir... félicitations !
Image de Huggun X
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
D'un réalisme impressionnant. C'est un excellent ttc je trouve. Pour dire la vérité, je n'aime pas le personnage, mais j'aime comme vous le décrivez.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Louise Calvi
Louise Calvi · il y a
Il va falloir vivre après cette découverte...sans jamais pouvoir savoir.
Formidable histoire

Image de Huggun X
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Eh bien je ne sais pas si votre œuvre est une fiction, mais si elle ne l'est pas, elle est la preuve que l'on peut fabriquer du bon avec du mauvais. Une belle preuve de résilience. Dans tous les cas, la puissance de ce texte le fait culminer à juste titre en haut du podium... une très belle littérature moderne mérite l'honneur d'une victoire.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup ! Je précise qu'il s'agit d'une pure fiction, à l'exception de certains éléments de décor. Ce prix me fait très plaisir, même si je ne peux pas trop partager cette joie avec ma mère !
Image de Pierre Lieutaud
Pierre Lieutaud · il y a
Beau texte que je n'avais pas lu.
Mille excuses et felicitation+.

Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Il n'est jamais trop tard...Merci!
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
bravo, j'avais adoré !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci encore!
Image de Nino De La Negra
Nino De La Negra · il y a
Félicitations, votre texte est très fort et mérite cette distinction !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Je confirme ici mon coup de cœur et mon plaisir de voir votre excellent texte sur le podium du Jury. Félicitations sincères !
Image de Huggun X
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Très bon texte que je découvre ce soir. Alors un grand bravo à vous !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Il n'est jamais trop tard! Merci
Image de Émilie Bressler
Émilie Bressler · il y a
Ce texte est incroyable ! On se laisse bercer au fil des mots, on a de l'empathie, on se met à sa place et la chute nous rattrape, brutale. Chapeau l'artiste !
Image de Huggun X
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Bravo !!! Vous étiez mon préféré !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Vives félicitations !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Vifs remerciements !
Image de Chantal Sourire
Image de Huggun X
Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Place hyper méritée dans ce Palmarès du Jury ! Encore bravo !!
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Bravo je suis trop contente pour vous et pour ce texte que j'ai soutenu depuis le début
Image de Huggun X
Image de Mireille Béranger
Mireille Béranger · il y a
Toutes mes félicitations, Huggun ! Votre si troublant souvenir méritait une belle place sur le podium. Voilà qui est fait. Et je suis ravie pour vous.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Je vous remercie beaucoup !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations pour ce Grand Prix du jury, Huggun !
Image de Huggun X
Image de Paul Jomon
Paul Jomon · il y a
Comme il sont lourds et déroutants les secrets de famille. Celui-ci porte un tel décalage du personnage familier, qu'il devient inaccessible à la raison et à la perception. Reste l'ambiguïté des sentiments.
Image de Huggun X
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Un texte qui a quelque chose du coup de poignard... beaucoup d'émotions contradictoires et déroutantes voire perturbantes. Je trouve que c'est très réussi.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Boite de Pandore ouverte et refermée sur un secret sans aucun doute abominable qui risque maintenant de hanter votre protagoniste...
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
S'il pouvait aussi hanter (provisoirement) mes lecteurs.trices, je serais comblé!
Merci!

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Vous avez en tout cas hanté le jury ! Félicitations 😉😊
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Après la lecture d’un récit familial touchant qui fait remonter de beaux souvenirs chez le narrateur, vous m’avez saisie comme rarement je l’ai été, avec votre chute terrible, qui inspire l’épouvante et plus que le malaise.
Ah non, politiquement correcte elle ne l’est pas, alors que vous avez sciemment fait croire à une histoire qui allait être ronronnante, pour mieux nous prendre à la gorge !
Chapeau bas Huggun, votre texte est dans le top 3 de ce que j’ai lu dans cette finale, il fallait de l’audace pour l’écrire et la présenter, et le Comité de lecteurs puis le jury ne s’y sont pas trompés en la validant !
Mes voix bien évidemment dans votre escarcelle.

Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup pour vos compliments!
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ah, qu’est-ce que j’avais dit, hein ? Dans mon top 3 votre texte, eh bien il est dans le top 3 du jury et j’en suis super ravie ! Ô combien mérité votre prix ! Je vous félicite chaleureusement !
Image de Ahahah
Ahahah · il y a
Un texte très réussi. Un style d'une rare maîtrise. Mais il me semble qu'il aurait pu s'arrêter sur une chute brève, un effet de choc et un contraste brutal qui renforce le propos :" ... il est pendu à une branche du très gros arbre."
A la ligne, phrase finale : "Ses pieds nus...pour les poser."
Pourquoi ce choix ?
Il me semble que les paragraphes suivants recentrent l'histoire sur le narrateur, montrent son trouble etc ; alors que le personnage principal n'est plus maintenant le narrateur mais le pendu lui-même.
On n'est plus dans le récit intime mais dans l'horreur. D'où la force de cette histoire.

Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci pour votre retour, qui est intéressant. Sans la chute, ce serait une autre histoire. Celle-ci est déjà écrite alors c'est trop tard. J'avoue aussi que je ne suis pas mécontent d'avoir rendu la fin glauque et nauséeuse, les fins conformistes et bien-pensantes m'agacent, et j'en lis beaucoup sur ce site!
Image de Ahahah
Ahahah · il y a
Bien sûr, mais il me semble qu'un texte n'est jamais tout à fait fini. Son auteur évolue. En principe, chaque nouvelle page renforce sa clairvoyance sur ce qu'il a écrit. Et c'est l'inconvénient d'un tel concours, on ne peut pas modifier le récit, le poème. Brassens est revenu quarante fois sur la même chanson avant d'obtenir un résultat acceptable pour lui. Proust a écrit les mille pages de Jean Santeuil avant la Recherche etc; Yourcenar, jusqu'à la fin de sa vie ou Kundera n'ont pas cessé d'améliorer leur oeuvre, ce qui présentait quelques inconvénients pour les éditeurs (en particulier en Pleïade).
Et j'ai tendance à croire qu'ils ont raison et cela, quels que soient son talent ou son absence de talent. (parfois avec du travail...) Il y a certains de mes petits textes que j'ai présentés aux concours de Short édition parce que je trouvais le thème stimulant. ( ne pas être sélectionné ne me fait ni chaud ni froid). En revanche, ne plus pouvoir en enlever les scories et les maladresses me dérange (et sur 190, il y en a). Ceci dit, votre style est à la fois transparent, élégant et concis. C'est un des meilleurs que j'ai lus jusqu'ici. Bonne chance.

Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Comme c'est dur le passé des autres. Nos parents sont des gens, et voilà. Ils ont engendré d'autres gens. Tout le reste concerne Freud, mais peut être juste que lui même d'après Onfray. Un texte qui peu servir à d'autres, de nombreux autres lecteurs ! Puissant, sans fausse pudeur, réel. Chapeau.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci, votre conclusion me fait très plaisir !
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Alors c'est du fond du coeur...
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Je découvre, et heureusement ! Dès les premières lignes, on sent que c'est du sérieux, de la belle écriture, sobre et sensible. Puis, au fil de la lecture, non seulement ça se confirme, mais cela va en s'épanouissant, si j'ose cette expression, jusqu'à la fin, très dure, mais qui semble indispensable. Merci pour ce moment de lecture.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup pour votre retour...
Image de JD Valentine
JD Valentine · il y a
Le début est un peu convenu, je me suis dit encore une histoire de souvenir, de pièce aux mille secrets que le protagoniste découvre à la mort d'un de ses parents. Puis, cette idée s'estompe jusqu'à la chute vraiment inattendue. Un texte qu'il faut apprivoiser et qui donne à réfléchir. Bonne finale à vous.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Yannick Pagnoux
Yannick Pagnoux · il y a
J'avoue avoir lu une première fois sans comprendre, alors j'ai relu ce soir pour me faire un seconde idée et là j'ai toujours pas compris lol non j'avoue que j'ai capté mais il faut pas louper de détail. Bonne chance.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci? Lol
Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Oh la la... je suis scotchée. C'est parfaitement écrit. On la voit la photo, et ce visage radieux. Et puis on tique même pas sur le détail du cadre. Et puis on découvre, on s'impatiente de trouver quelque chose de plus. Et on est sous le choc. Et du coup on relit. Et on dit chapeau ! Maîtrise du suspens, et autant de rebondissements dans une si petite boîte, c'est terrible :)
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup pour tous ces compliments !
Image de Nicolas Grondin
Nicolas Grondin · il y a
D'une incroyable efficacité.
Cette nouvelle est un véritable ascenseur émotionnel.
Bravo, j'ai particulièrement aimé !

Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci pour votre retour!
Image de Laure Avedian
Laure Avedian · il y a
Enfin ! Depuis que je lis quotidiennement les textes finalistes, j'attends ce petit frisson qu'on espère en lisant une nouvelle : le voici ! Merci pour cette lecture, délicate par l'évocation de ce douloureux moment qu'est le tri des souvenirs après un deuil, et dérangeante par sa chute.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Quel compliment! Merci...
Image de Corinne Chevrier
Corinne Chevrier · il y a
Je me suis laissée emporter par votre récit avec grand plaisir et émotion, ..., jusqu'à la chute que mon âme sensible et ma naïveté ont rejetée. Mais au moins, on ne s'y attend pas ;) Mon soutien pour votre belle écriture et tous mes souhaits pour la finale.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci pour votre retour!
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Un beau récit troublant, des parents que l'on découvre réellement alors qu'il est trop tard. Une fin qui interroge et met mal à l'aise.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci, mission accomplie si vous avez été touchée et un peu mal à l'aise...
Image de Houda Belabd
Houda Belabd · il y a
Des secrets de famille, il y en a partout, mais ils ne sont pas toujours aussi bien racontés.
Je vous invite, si le cœur vous en dit, à lire le texte d'un sans famille, sans abris, dépaysé dans sa propre terre natale, ici:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chienne-de-vie-dun-sans-abri-iserois

Image de François B.
François B. · il y a
La deuxième lecture est toujours aussi forte. La première partie est déjà très agréable à lire, tout en finesse sur le souvenir et l'image qu'on a de ses parents ; mais alors la fin est un véritable uppercut. Bravo. Mes voix
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup pour votre retour.
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Je découvre ce texte que j'adore. Il est clairement dans mon top 5. Je vote. Pour ma part, étant en finale dans les autres catégories, je vous ouvre largement mes portes.
Image de Huggun X
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
J'avais beaucoup aimé la juste evocation de ce portrait, de cette émotion. Je renouvelle mon soutien.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Chris B
Chris B · il y a
un texte étonnant et qui manie différents registres de façon plutôt réussi. On ne voit rien venir et cela dit bien la complexité de l’âme humaine et des comportements. ravie d'avoir lu quelque chose d'audacieux dans cette finale.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci de votre retour. J'avoue que l'adjectif "audacieux" que vous employez me fait particulièrement plaisir, il m'arrive de souhaiter être plus souvent choqué, troublé, interloqué dans mes lectures ici...
Image de Chris B
Chris B · il y a
Je ne peux que vous rejoindre sur ce point de vue! On nage souvent dans le consensuel et le convenu.
Image de Jean-Jacques Bouchabke
Jean-Jacques Bouchabke · il y a
Je parcours les textes de la finale. Pour l'instant, dans la catégorie nouvelle c'est clairement mon préféré ! Bravo !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup ! Voilà un compliment qui me fait très plaisir !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle œuvre pour évoquer une ambiance de mystère et de drame dans la famille ! Une invitation à venir vous dépayser dans “Dépaysement au Royaume des Animaux” qui est en FINALE pour le Prix Short Paysages –Isère 2020. Merci d’avance et à bientôt!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/depaysement-au-royaume-des-animaux

Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Chaque famille a ses secrets, quand on les découvre le regard sur la vie change... Surtout dans cette famille là... Bravo pour la narration très forte.
Image de Huggun X
Image de Pascal Dut
Pascal Dut · il y a
J'ai énormément aimé, cette confrontation avec un passé dont on voudrait être étranger, mais restera là, ...
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup...
Image de Mireille Béranger
Mireille Béranger · il y a
Comme ce texte est magnifique ! La finesse de l'écriture m'a d'abord frappée. Ainsi que la sensibilité qui se dégage... Et puis l'horreur (à laquelle lecteur et narrateur ne s'attendaient pas) est arrivée. Horreur apportant une force incroyable au récit.
Ce moment de lecture restera, je crois bien, longtemps gravé dans ma mémoire.
Cinq petites étoiles supplémentaires *****

Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup, votre commentaire me touche beaucoup.
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Froid dans le dos, les mots me manquent, la fin est plausible, l'âme humaine peut connaître des ombres infinies, bravo !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Christian CUSSET
Christian CUSSET · il y a
J'ai déjà lu et apprécié cet impressionnant récit et je renouvèle mon vote. Bonne chance à tous les deux !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de lucile latour
lucile latour · il y a
il y a des êtres de lumière...du sens un effet brutal. bonne finale.
Image de Huggun X
Image de gillibert FraG
gillibert FraG · il y a
j'ai beaucoup aimé le début, même s'il n'est pas d'une grande originalité. Il est bien écrit, doux et tendre. Mais je ne crois pas à l'horrible fin, je n'adhère pas. je ne pense pas possible qu'une jeune femme se fasse photographier triomphante à côté d'un pendu, même si profondément raciste, elle méprise les noirs, même si l'homme qui est mort lui a nui. je crois donc à une farce, une étrange farce !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci de votre retour.
Je ne suis pas totalement d'accord avec vous. Il n'y a qu'à voir les photos de lynchages pas si anciens dans des pays "civilisés " pour se rendre compte qu'une telle cruauté, qui nous semble grotesque, n'est sans doute pas impossible. Il reste du mystère autour de cette horreur, mais je ne pensais pas à une farce en l'écrivant...

Image de gillibert FraG
gillibert FraG · il y a
Le début m'a plu, même si elle n'est pas particulièrement originale, je l'ai aimée, belle et tendre. La fin, violente me paraît impossible et je n'adhère pas. Je ne pense pas possible qu'une jeune femme s'affiche ainsi triomphante près d'un pendu. Même une femme qui méprise les noirs . Si bien que cette fin qui devrait heurter ma sensibilité me paraît plutôt une farce . étonnante farce!
Image de Julia Chevalier
Julia Chevalier · il y a
J’ai beaucoup aimé le début mais la fin donne vraiment toute sa profondeur et une charge dramatique à votre texte. Bravo pour votre finale amplement méritée
Image de Julia Chevalier
Julia Chevalier · il y a
J’ai beaucoup aimé le début mais la fin donne vraiment tout son sens, une profondeur à ce texte. Bravo pour cette finale amplement méritée
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Nino De La Negra
Nino De La Negra · il y a
Pour tout dire, Je n'étais pas spécialement convaincu et ce, jusqu'à la chute et les deux derniers paragraphes. Ceux-là emportent tout et offrent tout le relief à l'histoire.
Merci pour cette lecture.

Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Ah ah, merci! C'est ce qui fait une bonne nouvelle, non? Un récit banal mais une chute drôle, surprenante, ou en l'occurrence peut-être brutale?
Image de Jipaï
Jipaï · il y a
Je comprends tout à fait cet avertissement ci-dessous et je vous soutiens en ce sens.
Bonne finale à vous.

Image de Odile ANIZET-DERUSSY
Odile ANIZET-DERUSSY · il y a
Merci pour ce beau texte, si sensible. Nous sommes les héritiers de nos parents, en tout, mais aussi tellement différents et cette différence nous permet aussi de devenir ce que nous sommes. Bonne finale
Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Qui n’a pas accompli cette douloureuse quête dans la maison des parents morts qu’on s’apprête te à vider? Le début du récit m’a semblé banal quoique bien écrit, mais la chute ouvre un monde de perplexité : on aimerait comprendre pourquoi cette cette femme se réjouit tant du spectacle...
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci de votre retour. Effectivement je m'interroge aussi sur cette satisfaction morbide.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Je vous souhaite une bonne finale , Huggun
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Nos parents sont les êtres les plus mystérieux que nous connaissions. Bien souvent, nous avons du mal à imaginer qu'ils aient eu une existence propre avant notre venue au monde et ce n'est souvent qu'à l'occasion de leur décès que certaines langues se délient, nous donnant à voir des aspects insoupçonnés de leur personnalité. Et si ce décalage entre ce que nous croyons savoir et ce que nous découvrons est parfois dérangeant, c'est qu'il nous rappelle que nos parents sont eux aussi humains avec, en eux, la possibilité du meilleur comme du pire. Quant à votre chute, brutalement cruelle, elle donne plus de force à votre récit même si elle conduit à un sentiment de profond malaise. Du reste, c'est plutôt bon signe pour moi qu'une oeuvre suscite un tel ressenti : cela démontre la qualité du texte. Un bon texte n'est pas une petite chose avec happy end à la clef, c'est quelque chose qui nous remue, nous fait mal au bide parfois, mais en tout cas nous fait nous sentir infiniment vivants.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci, j'aime votre façon de voir !
Image de Sandrine Michel
Sandrine Michel · il y a
Je me suis laissée surprendre par le déroulement de cette histoire, avec la douceur des souvenirs d'une maman et la brutalité des dernières phrases. Vraiment excellent !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Woodlande Joseph
Woodlande Joseph · il y a
Tres beau texte. Une histoire tres émouvante, le texte est tres original . On attend la suite !!
Si vous avez le temps passez me rendre visite et si le coeur vous en dit vous pouvez voter pour me soutenir
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/brisee-6
Merci et bonne chance !!!

Image de Pierre LE FRANC
Pierre LE FRANC · il y a
Non, non ! Surtout, arrêtez-vous là. N'allez pas plus loin. Ce texte se termine par une énigme forte et angoissante. Un contraste époustouflant entre ce que l'on ressent en accompagnant le narrateur dans la quête de sa mère, ce qu'il croit avoir découvert d'elle et l'horreur de ce qu'il découvre à la suite. Quel souffle dans la fin du texte. Une chute tellement inattendue et brutale qu'elle ne souffrirait (à mon sens) aucune suite.
J'en frissonne encore...

Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci, vous faites partie des rares à avoir apprécié cette fin (que j'assume et défend d'autant plus qu'elle ne fait pas l'unanimité !)
Image de Lasana Diakhate
Lasana Diakhate · il y a
Un texte très riche..Bravo. J’ai bien aimé vos écrits et votre plume aussi..
Je vous invite à lire mon œuvre et n’hesitez pas à apprécier l’oeuvre par vote après la lecture. Merci d’avance
Cliquez sur le lien
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/elle-sen-va

Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Une histoire très émouvante. La chute très réaliste me laisse perplexe... Bon courage.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci. Je comprends votre ressenti pour la chute, mais j'ai opté pour ne pas l'édulcorer...
Image de Jipaï
Jipaï · il y a
Un texte émouvant à plusieurs titres. Il m'a rappelé le décès de ma propre mère et le secret chagrin que l'on éprouve à vider une maison qu'on ne peut garder. Votre histoire se double d'un mystère et je pense, comme d'autres, qu'il mériterait des développements, en avez-vous les moyens? pas sûr. En tout cas, la fin du texte est émouvante, vous racontez de façon réaliste et très humaine votre réaction face à l'énigme. Un beau courage.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup. J'ai bien en tête ce que pourrait découvrir le narrateur s'il avait le temps et le courage de se lancer dans cette quête...Mais ce serait une autre et longue et dangereuse histoire...
Image de Burak Bakkar
Burak Bakkar · il y a
Jolii ! Belle plume ! Toutes mes voix !
Je t'invite à lire le mien https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/plus-noir-que-le-noir-2
Donnez moi votre avis !

Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Sentiments alambiqués, secrets de famille, les ingrédients d'une belle histoire, on a envie d'en savoir plus, un roman peut-être ? J'aime !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci! Si j'étais romancier, peut-être...Mais je ne le suis pas...!
Image de Isabelle Isabella
Isabelle Isabella · il y a
La curiosité toujours mal récompensée ! L’horreur cachée sous la beauté, j’ai beaucoup cette histoire. Mes votes .
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup !
Image de Jérémy Elsair
Jérémy Elsair · il y a
J'adore votre style! On est emporté dans un tourbillon en vous lisant.
Si vous aimez les chutes, je vous invite à lire mon dernier texte :)
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-diva-2

Image de coquelicot Coquelicot
coquelicot Coquelicot · il y a
c'est un très beau texte, qui nous emmène très loin. On imagine rarement sa mère jeune, et surtout avec un passé amoureux. Celui-ci est empli d'amertume et de douleur. Résultat d'un affreux drame. Certes, on aurait souhaité une fin différente, le début de l'histoire ne nous y préparant pas. Mais alors, le début n'aurait plus eu tout son sens. Je n'ai par contre pas compris la réaction de ce fils, dans l'avant dernier paragraphe, qui lui enlève un peu de son aura de fils admiratif devant la beauté et l'insolent bonheur de sa mère.
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci pour votre retour. Effectivement cette réaction est choquante, même pour moi...Elle fait sand doute écho, maintenant que j'y pense, au film "Ma mère " de Christophe Honoré, qui m'avait laissé une impression très étrange, entre fascination et dégoût....
Image de Ahahah
Ahahah · il y a
On dirait un souvenir de Truman Capote (Musique pour caméléon etc;). Un style très élégant. La chute est remarquable mais à mon avis, elle aurait dû s'arrêter sur la phrase choc "Ses pieds nus etc ; " détaché du reste en un seul alinéa. On n'a pas besoin d'explication, me semble - t - il ni de retour sur les réactions du personnage. La force du récit tient aux contrastes entre la situation (on fouille dans la malle aux souvenirs dans l'espoir d'avoir un éclairage sur le passé mais on tombe sur un mystère qui en renforce l'obscurité) et le personnage de la mère, incarnation de la beauté, de la puissance de la vie et donc aussi, du moins on le suppose , de la bonté et celle d'un pendu misérable (lynchage ?).
En somme, cette double vision très dérangeante de sensualité et d' horreur pose du point de vue moral une question heureusement sans réponse : cette femme généreuse a-t-elle quelque chose à voir avec cette exécution ou ce suicide ? Le personnage principal, ce n'est pas le narrateur (un simple intermédiaire) mais elle qui a deux visages et peut-être beaucoup plus.

Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci pour cette critique qui est presqu'une oeuvre en elle-même...Votre retour est très intéressant.
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Texte fort qui me fait penser à certaines nouvelles d'auteurs américains, par l'ambiance et la chute...
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup. Vous pensez à un auteur en particulier?
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Oui peut être Raymond Carver...
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Vous écrivez très bien, j'ai été happé par cette histoire mais alors la chute... pour tout vous dire, elle m'a déçu en fait. C'est dommage (pour moi) mais sans doute était-ce cette chute justement qui vous tenait à cœur. Ou peut-être ai-je mal compris...
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci de votre critique. Je préfère mille fois que vous me disiez cela plutôt que de m'inviter par un lien à aller vous soutenir (ce que je ferai peut-être, d'ailleurs !). Cette fin ne me tenait pas particulièrement à coeur, mais sans elle, pas d'histoire. En tous cas, pas cette histoire.
Quel genre de fin auriez-vous aimé ?

Image de Christian CUSSET
Christian CUSSET · il y a
On croit partir sur une banale histoire de femme libre ou d'amour passé impossible et on est comme assommé par cet épilogue tragique. Très belle œuvre !
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup de votre retour.
Image de François B.
François B. · il y a
Un récit dérangeant qui décrit très subtilement comment un lourd passé peut s'inviter de façon implacable. Bravo
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci pour votre commentaire, qui traduit bien ce que j'avais en tête...
Image de Laurène
Laurène · il y a
Un récit évocateur et mystérieux… Emotion et suspens… J'ai aimé!
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci pour votre retour...
Image de Isa D
Isa D · il y a
Vraiment très bien écrit. La fin est par contre déroutante, on aimerait en savoir beaucoup plus sur la photo et le pourquoi de cette scène qui jette un grand froid alors qu'on ne s'y attend pas du tout. On se sent happé par quelque chose qui, hélas, nous reste étranger. J'ai comme eu l'impression que vous aviez l'intention d'aller plus loin. Y aurait-il un peu d'espoir ? :)
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci pour votre commentaire. Non, pas d'intention d'aller plus loin ici. Si j'étais romancier, j'aurais fait partir mon narrateur sur les lieux de la photo. Mais je ne suis pas romancier, et lui n'est qu'un type normal. Il devra vivre avec ce mystère. Et moi aussi !
Image de Isa D
Isa D · il y a
Ah, tant pis... Laissons parler notre imaginaire alors...
Image de Fladelan Dupont
Fladelan Dupont · il y a
Troublant et très bien écrit. Je reste intriguée. Je vote ,)
Image de Huggun X
Huggun X · il y a
Merci beaucoup!
Image de Eric diokel Ngom
Eric diokel Ngom · il y a
C'est juste magnifique .unbon moment de détente tu a les voix. Pour me soutenir voici le lienhttps://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/au-commencement-etait-lamour-2
Image de Oka N'guessan
Oka N'guessan · il y a
Très belle plume, bravo vous avez mes voix , je vous invite aussi a aller me découvrir et de voter pour moi au passage https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-lumiere-10 merci
Image de Elysé GODO
Elysé GODO · il y a
Le texte est écrit dans un style particulier. Ce qui le débarquera sans doute des autres œuvres en compétition..
Je vote. N'oubliez pas de faire un tour sur mon œuvre en cliquant ce lien.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/morte-par-amour-1 ''

Image de Boubacar Diallo
Boubacar Diallo · il y a
Un beau texte. Je vous ai lu avec joie car vous avez un style épatant. Votre histoire est captivante et votre style magnifique.
J'adore.....
Je vous invite aussi à lire mon histoire https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/de-l-amour-au-trepas-une-mere-morte-1
Et à voter pour me soutenir!!

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Palmers song

Gérard Aigle

En Arles où sont les Alyscamps,
Quand le soir est rouge sous les roses,
Et clair le temps,
Prends garde à la douceur des choses.
P.J. Toulet
— Va chercher Wang.
— Il est encore très... [+]