Un sage (d'après Maupassant)

il y a
1 min
19
lectures
7

Charles Dubruel grand-père, passionné de littérature et particulièrement de Maupassant  [+]

UN SAGE

Mon ami d’enfance, Jacques Ferrier,
Vient de m’annoncer : « Je vais me marier.
Je suis très amoureux. »
-Félicitations. J’en suis très heureux !

Je ne l’avais pas revu depuis un an
Quand il m’invita un soir au restaurant.
-Tu n’as pas l’air bien portant.
Lui dis-je. As-tu consulté ?
-Non, je suis seulement un peu fatigué.
-Aurais-tu eu quelque grand malheur ?
Une peine de cœur ?
-Non, j’aime ma femme plus que jamais.
-Dis-moi ce qui s’est passé, ou je m’en vais.
-Eh bien,...c’est stupide. Je,...je suis foutu.
Ma femme me tue !
-Elle te rend malheureux ?
-Mais non, Pierre, je l’aime trop.
Je demeure interdit devant cet aveu :
-Tu pourrais l’aimer... moins, cher Jacquot. »
-J’ai souvent eu envie de m’en aller
Mais je ne suis pas arrivé à la quitter.
-Tu as surement entendu dire :
‘‘ Elle en est à son troisième mari ’’.
Cela te fait sourire ?
-La mienne est une Messaline !
La nature l’a faite ainsi.
Ses caresses m’usent. Elles vont me tuer.
Dis à un fumeur que la nicotine
Tue, et tu verras s’il renonce à fumer.
À ses désirs ardents, je succombe
Toujours. J’ai déjà un pied dans la tombe.
Je lui lance brutalement : « Mon vieux,
Donne-lui des amants, sacrebleu ! »
Furieux, il me dit au revoir.

Six mois après dans la rue, un soir,
Quelqu’un me tape sur l’épaule. C’est Jacques.
Je lui rends sa claque.
Il est rose, épanoui de bonheur.
Il me tend les deux mains amicalement
Et dit : -« Te voilà donc, espèce de lâcheur ! »
-Tu as bien changé. Mes compliments.
Alors, tu es guéri ?
Il devient rouge cramoisi :
-Oui, veux-tu venir dîner à la maison ?
J’accepte son invitation.
Il demande à sa femme en arrivant :
-Il n’est pas encore arrivé, Armand ?
-Non, tu sais, il est toujours en retard
Le timbre de la porte résonna
Dix minutes plus tard.
Apparait une sorte d’hercule mondain.
Il prend la femme de Jacques dans ses bras
Et lui, lui serre la main.
Pendant le dîner,
Jacques ne cesse de discuter avec moi
Cordialement comme autrefois.
Tandis qu’Armand n’arrête pas de lutiner
La femme de Jacques. Au dessert, celui-ci
Déclare : « J’enlève Pierre, mon amie,
Nous allons marcher sur le boulevard.
Je te laisse avec Armand. Ne m’attends pas.
Je rentrerai sûrement très tard.

À peine étions-nous sortis, que Jacques me dit :
-Ne crois-tu pas
Que j’étais un abruti
De me laisser crever comme ça
Depuis des mois. Je ne réponds pas.
Et nous causons d’autre chose.
Soudain Jacques me propose :
-Et si nous allions
Voir les filles, hein ?
-Je veux bien.
Allons !
7

Un petit mot pour l'auteur ? 10 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
...il y a des femmes , comme cà ....mais finalement c' est le changement qu'il voulait ! ah ces hommes !!! toujours aussi croustillantes vos histoires , Charles
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
merci, chère Zouzou
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Oh le voilà en manque finalement !
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
oui, comme vous dites. Merci Dolotarasse pour vos fidèles lectures
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Jacques est tenté par le proxénétisme, cela semble évoqué par la proposition finale, non ?
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
je crois qu'il "compense", venant de laisser sa femme avec son amant
Image de Duje
Duje · il y a
Le changement donne du muscle !
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
autrement dit , mais vulgairement : un biceps dans le robinet
Image de Marie Dauvers
Marie Dauvers · il y a
Excellent !
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
merci, merci, Marie

Vous aimerez aussi !