4
min

Un nombre d’or révélateur…

Image de jusyfa ***

jusyfa ***

737 lectures

515 voix

En compétition

Le barman du Chattam revient avec la bouteille pour la seconde fois :
— Double whisky sec ?
Je devrais arrêter là, mais j’acquiesce d’un signe de la tête.
Célia était encore en crise ce soir et j’avais préféré partir, la laisser seule avec ses sempiternels reproches. J’en étais venu à craindre mes fins de journée, subir chaque soir ses scènes était devenu insupportable.
Directeur d’une société de mannequinat et toujours en contact avec des top models, je comprends la jalousie de Célia. Elle n’a pas tout à fait tort quand elle dit que je dois être submergé de propositions « généreuses », mais je l’aime avant tout et accepter une avance graveleuse équivaudrait à signer ma révocation immédiate.
— La même chose ! Dis-je au serveur qui semble s’ennuyer.
Le manque d’habitude se fait sentir, mes gestes deviennent moins précis. Quand je dis que Célia est invivable, c’est peu dire, nous faisons maintenant chambre à part et depuis peu, elle me tanne pour divorcer. Parfois, il m’arrive d’avoir des doutes quant à sa fidélité et je me demande si sa jalousie n’est pas feinte ?
Tandis que je ressasse mes problèmes de couple, une super-nana vient s’installer à mes côtés. Ma vue vacille un peu, mais en connaisseur, je remarque immédiatement la beauté et la classe de ma voisine.
— Je vous sers quoi ? Lui demande le fabricant de cocktails.
— La même chose que monsieur, répond-elle en posant la main sur mon bras.
Le contact de ses doigts me fait sursauter. Après mes trois doubles whiskies, j’ai le cerveau embué et je me demande pourquoi cette beauté vient m’accoster.
— C’est gentil de vouloir me tenir compagnie, dis-je, mais je pense que j’ai suffisamment bu… Et j’ai tendance à croire que votre démarche n’a pas pour but de picoler avec moi… N’est-ce pas ? Alors, dites-moi en quoi je puis vous être utile.
— Mon nom est Camilla, je vous connais grâce à la littérature de mode et j’aimerais vous parler, mais ce soir vous semblez… « Fatigué ». Peut-être accepterez-vous de me rencontrer un autre jour ? Laissez-moi votre carte et je vous appellerai…
Fabriquée comme elle l’est elle peut devenir un mannequin de grande classe et je lui donne ma carte sans hésiter. Elle me balance un sourire XXL et disparaît aussi vite qu’elle était apparue…
Quand je rentre Célia, n’est pas couchée. Elle m’en veut d’avoir esquivé notre dispute et s’aperçoit que j’ai bu, aussitôt, elle s’engouffre dans la brèche pour m’agresser. Sans plus m’occuper d’elle, je
la laisse à ses délires pour aller prendre une douche.

Quelques jours plus tard, ma secrétaire m’annonce que la galerie Eisenstein demande une hôtesse d’accueil pour un vernissage. L’exposition a lieu le soir même et dans mon courrier, je trouve une invitation privée dont l’en-tête me laisse perplexe :
« Madame Camilla, artiste-peintre, vous prie de… »
Serait-elle la Camilla du Chattam ? Poussé par la curiosité, je décide d’aller voir s’il s’agit de la même personne. Je passe le costume que je garde au bureau et me rends dans le 9e, là où l’événement a lieu. L’auteure des toiles exposées est bien la femme qui m’a accosté au bar.
En attendant de la rencontrer, j’ai le temps d’apprécier la qualité de ses œuvres. L’une d’entre elles attire particulièrement mon attention, loin d’être spécialiste, je dirai qu’elle représente peut-être la métaphore picturale d’un acte sexuel. Ce tableau suggère un mélange de deux corps qui s’enlacent amoureusement sans qu’on puisse deviner leur sexe.
Une chose m’intrigue, sur le nombre d’or du format apparaît une tache, sa couleur plus vive se distingue de l’œuvre et attire l’œil de l’observateur. Sur le dessin, ce grain se situe sur ce qui pourrait être une chute de reins ou le haut d’une fesse…
— Vous semblez subjugué, m’aborde Camilla, mes toiles vous inspireraient-elles ?
— Très ! J’avoue être admiratif… Sur celle-ci, peut-être, insinuez-vous un acte homosexuel et laissez à l’observateur la charge d’imaginer, selon ses propres pulsions, la scène et le sexe du couple ?
— Merci ! C’est un peu cela.
— Permettez-moi une question s’il vous plaît, que représente cette tache qu’on voit sur le nombre d’or de cette œuvre ? Dis-je en montrant du doigt sur la toile l’objet de ma question.
— Je vous laisse là aussi le soin d’imaginer la réponse… Mais venez prendre un verre, sourit-elle.
— J’attendais votre coup de fil, mentis-je, si demain vous êtes libre je peux vous recevoir à l’heure qui vous conviendra le mieux, ajoutai-je…

Le lendemain, quand je lui propose d’intégrer le monde des mannequins, Camilla sourit.
— C’est flatteur, mais vous vous méprenez !
— De quoi s’agit-il alors ?
— J’aurais besoin de deux hôtesses en permanence pour assurer l’accueil et la vente de tableaux dans la galerie d’expositions que je vais ouvrir. Je voudrais si possible que vous changiez ces personnes chaque semaine : des femmes d’une beauté différente et renouvelées souvent pourraient être un atout commercial et attirer la clientèle, qu’en pensez-vous Marc ?
En m’appelant Marc, Camilla avait mis le feu à mon ego. Incontestablement, cette femme magnifique cherchait à me plaire alors que Célia, continuait de se refuser à moi…
— C’est une idée extra, dis-je, je prépare le contrat et si cela vous convient, je peux vous l’apporter demain à la galerie ?

Des tableaux, emballés posés à même le sol, attendent d’être accrochés. Camilla, encore plus jolie que la veille, m’accueille. Elle est seule et m’invite à la suivre dans un petit salon attenant à la galerie. Une bouteille de champagne et deux verres patientent devant un mobilier propice à la détente.
— Un accord commercial ça se fête n’est-ce pas ? lance-t-elle en m’indiquant le canapé.
Deux coupes et sa beauté ont vite fait de briser mes scrupules sur la fidélité conjugale. Le feu qui me brûle ne se calme qu’après l’acte d’amour que vient de m’offrir Camilla…
J’ai pour principe de toujours assumer mes actes et quitte à passer pour un goujat, je les exprime.
— Ce que je vais te dire n’est pas très fair-play, je veux que tu saches que mon attirance pour toi est exclusivement charnelle, ne t’attends pas à ce qu’il y ait une suite sentimentale à l’agréable moment que tu viens de m’accorder, j’aime ma femme.
— Nous sommes deux à être dans le même état d’esprit et c’est bien, rétorque-t-elle. Je te remercie pour ta franchise, tu veux rester fidèle à ta femme et je comprends, car j’ai moi aussi un amour auquel je tiens beaucoup, disons que nous avons « paraphé le contrat » à notre manière et restons en là.

Le soir, quand je rentre, Célia est rayonnante. J’aimerais savoir pourquoi, mais je bute contre un mur de silence. Alors qu’elle me laisse pour aller prendre un bain, je me sens soudain mal à l’aise : sur la table du salon, quelques photos sont posées en évidence… Elles sont une preuve d’adultère incontestable !
Célia est parvenue à ses fins, je me suis fait avoir et je rage, grâce à ce piège, elle va obtenir ce divorce tant espéré. Ne pas connaître la raison qui la pousse à vouloir cette séparation me met hors de moi, un autre homme, je suppose ? Espérant une réponse, je pars la retrouver dans la salle de bains.
Célia est nue et de dos.... J’avais oublié son magnifique grain de beauté posé à la chute de ses reins, juste sur le haut de sa fesse droite… Exactement comme sur le tableau de Camilla !
Ce que je devine me fait soudain l’effet d’une douche glacée…

PRIX

Image de Hiver 2020

En compétition

515 VOIX

CLASSEMENT Nouvelles

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de jusyfa ***
jusyfa ***  Commentaire de l'auteur · il y a
Pour plus d'information sur le nombre d'or :
https://www.monatelierdepeintre.com/le-nombre-d-or
Amicalement.
Julien.

·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Je suis obligé (mais avec plaisir) de vous donnez les 5 votes. Je ne m'attendais pas à ce que cette rencontre soit un piège et j'ai trouvé la chute excellente !
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Merci pour cette visite inattendue et ce commentaire sympathique, bonne soirée Ode.
Julien.

·
Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
C'est joli!
Je m'abonne
Je n'oublie pas mes points.
Pour ce qui est du nombre d'or hé bien c'est bien le nombre d'or.
Quant à la chute pas besoin de parachute.
JUSYFA, Je suis au :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/digoinaises-corps-et-ame

·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Merci Mohamed Julien.
·
Image de Haïtam
Haïtam · il y a
Une belle chute... de reins?
Toujours aussi agréable à lire. Bravo !

·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Merci mon ami, à bientôt.
Julien.

·
Image de Robert Lee Pime
Robert Lee Pime · il y a
Une sulfureuse histoire de manipulation. C'est très bien écrit et très efficace.
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Un merci tardif ! désolé Robert.
Julien.

·
Image de Philippe Larue
Philippe Larue · il y a
Un Rimbeau & le nombre d'or fut. Mon vote
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Excellent jeux de mots, bravo et merci !
Julien.

·
Image de Philippe Huart
Philippe Huart · il y a
Un bon moment de lecture donc mon vote.
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Merci Philippe, à bientôt.
Julien

·
Image de Aude Lamme
Aude Lamme · il y a
Une intrigue très bien menée et une chute inattendue : j'ai beaucoup aimé !
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
J'en suis ravi, merci Aude.
Julien.

·
Image de Chantane
Chantane · il y a
Un bon moment de lecture
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Merci Chantane.
·
Image de Napoléon Turc
Napoléon Turc · il y a
Une jolie chute...de reins ! Bravo !
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

NOUVELLES

Ah, ils sont en émoi ! Ils causent, ils causent ! Enfin un événement inattendu pour les sortir de leur monotonie, un peu de piment dans leurs vies de minables ! Un cadavre dans l’étang du ...