Un huissier, ça gaffe énormément

il y a
5 min
17
lectures
2

Je tends à privilégier les histoires bizarres et cocasses, un peu à l'image de la vie. Et puis il faut bien donner quelque plaisir à ceux et celles qui sont assez curieux pour me lire...Pour les ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Voyons ce dossier...Aïe que je n'aime pas ça... Constat de...d'adultère. Ça n'a pas ma préférence, loin de là. J'ai eu le grand désavantage de rencontrer la plaignante. Une femme du monde, pourtant... Comment peut-on exposer ainsi son infortune ? Papa lui aussi était quelque peu dissipé en son temps, mais Maman ne s'est jamais plainte. Elle a régulièrement trouvé refuge et consolation dans la religion. Monsieur le curé lui disait toujours que mieux valait cela que de subir les affres de la chair contre son gré. Bien que je sois d'origines que l'on peut qualifier de modestes, j'ai été éduqué chez les Jésuites. Sans eux, je n'aurais jamais atteint cette position que j'occupe dans la société. Et je dois tant à Maman... Mais me voici devant la porte coupable. Mon Dieu, faites que tout le monde soit habillé, c'était si embarrassant la dernière fois... 
Il sonne. Un couple de petits vieux échevelés, en pyjama et en chemise de nuit, vient à la porte. Une même couverture recouvre leurs épaules.
 -  Bonjour, cher monsieur, vous collectez pour les bonnes œuvres ? 
- Pas exactement... C'est une visite...enfin...disons...que je voudrais de courtoisie...bien que... 
- Nous ne vous faisons pas entrer, vu le désordre.
 - Je n'entre jamais. En général, je prends place sur mon siège pliant, et mes interlocuteurs apportent une chaise sur le trottoir.
 - Cela me parait une excellente idée. Chère amie, je vous laisse à votre toilette, je n'en aurai pas pour longtemps avec... Monsieur... ?  
- Je suis Monsieur...enfin...Maître Ballard...huissier de justice de profession...en mission afin de... 
- Et vous employez votre temps libre à collecter pour les missions. Quel bel exemple pour une population hébétée qui ne s'intéresse plus à rien. Je lisais justement dans un magazine que typiquement, les Français passent en moyenne 5 ½ heures par jour devant leur télévision. Je peux vous dire d'emblée que ce n'est pas mon cas. D'ailleurs, vous avez sans doute deviné à quoi  j'employais mon temps ce matin...et même tous les matins depuis trois semaines. Croiriez-vous, à mon âge, combien de fois... 
- Oui, c'est très aimable à vous de me donner l'occasion de rebondir sur le véritable objet de ma visite. 
- Et en faveur de quelles sortes de missions, êtes-vous venu me solliciter ? 
- Eh bien, à vrai dire, c'est une mission d'intérêt général, ou plutôt, privé. Oui, je suis envoyé, indirectement bien sûr, car la chose a dû passer par les canaux ad hoc, par l'avocat de votre épouse, Maître de la Plante, qui m'a fourni l'adresse de ce pied-à-terre. 
- Ah ! Si vous saviez comme cet endroit m'a bien servi, au fil des années. J'y ai vécu des moments véritablement délicieux. C'est d'ailleurs comme cela que j'ai appris à connaître mes épouses. Dans la mesure du possible, je les amène ici, avant de décider si elles méritent d'être transférées officiellement à mon domicile. 
- Vous essayez de me confier que vous avez été marié plusieurs fois ? 
- Marlène est la cinquième. Mais je m'en suis fatigué plus rapidement qu'avec les autres. Elle a beau avoir vingt-huit ans de moins, j'ai fini par me sentir plus jeune qu'elle. 
- Je...je vois... Cependant, il ne m'est pas permis de prendre en compte des considérations...euh...comment dirais-je... 
- Subjectives ? 
- Oui, c'est cela...subjectives. 
- Ainsi, vous êtes venu...pour constater... Moi qui vous prenais pour un homme de bien. 
- Mais...mais...je suis un homme de bien. C'est moi qui fais passer le plateau de la collecte à l'église le dimanche. Et je complète toujours lorsque monsieur le curé n'est pas satisfait du produit de la quête. 
- Oui, rien de tel que Notre Mère la Sainte Eglise pour garder nos pas dans le droit chemin. Enfant de chœur, j'étais toujours le préféré des grandes communiantes. Ce sont des expériences qui m'ont beaucoup servi. 
- Maman ne m'aurait jamais permis... 
-  Quand on veut, on peut ! 
- Ainsi donc, vous reconnaissez le délit constaté par mes soins en ma capacité de... 
- Mais pas du tout, vous n'avez rien constaté de visu, et si je vous laissais faire, vous ne reconnaitriez sans doute pas ce qui se passerait devant vos yeux. 
- Je me dois de protester, la loi ne m'oblige pas de reconnaître le délit dans sa totalité, ni d'ailleurs dans...euh... 
- Sa matérialité ? 
- Matérialité, oui, c'est cela même. Il suffit de la présence d'une personne de l'autre sexe pour... 
- Donc, si je m'étais trouvé en compagnie d'un homme, ça ne compterait pas ? 
- Euh... Mes instructions ne mentionnent pas cette...cette...
- Eventualité ? 
- Oui, c'est cela, éventualité. 
- Dès lors, rien ne vous empêche, dans votre rapport, de mentionner que j'étais tout simplement en train de prendre le café avec un ami. 
- Mais c'est trop tard, puisque j'ai vu le corps du délit. 
- Oh...si peu...et si elle n'était pas si curieuse, vous n'auriez rien vu du tout. Et vous n'allez pas me dire que vous auriez inspecté mes draps de lit, votre maman vous a trop bien élevé pour cela. 
- Non, en principe, je ne pénètre jamais dans la chambre. Et d'ailleurs, depuis que j'exerce, je n'ai jamais réussi à pénétrer dans un logis quelconque.
 - Je vous prierai donc d'en tenir compte, et de faire preuve d'un fair-play de bon aloi. Après tout, nous sommes entre gentlemen. 
La dame réapparait, pomponnée, boa, chapeau cloche, hauts talons.
- Mon chou, je n'ai pas d'argent pour le taxi. 
- Comme vous pouvez le constater, ma chère, je n'ai rien sur moi, à part cette couverture. Mais vous pouvez faire une collecte auprès de ce monsieur. En plus de lever des fonds pour des bonnes œuvres, il est huissier. C'est dans ses attributions de transporter des sommes d'argent, dans l'une et l'autre capacité. Une légère altération de sa comptabilité passera comme lettre à la poste. 
Elle plonge la main dans une poche du manteau de l'huissier, et en retire un billet de vingt euros. 
- Merci, cher monsieur, vous êtes trop aimable. Aimé vous les rendra lors de votre prochaine visite, car nous comptons bien que vous reviendrez à une autre occasion. Il y a tellement d'épidémies, de typhons, et de tremblements de terre depuis quelques temps. 
- Vous voyez comme elle a un grand cœur ? C'était mon amour de jeunesse, puis la vie sauvage nous a séparés, et nous nous sommes retrouvés récemment à la veille du crépuscule de nos existences, la passion vivace comme au premier jour. 
- Comme c'est beau ! Je me réjouis d'avoir votre âge...
- Elle est restée si espiègle et touchante. Déjà à l'époque, elle n'avait jamais d'argent pour le taxi. Et en même temps si altruiste. Toujours à penser aux plus défavorisés de ce monde. 
- Oui, on ne rencontre plus guère de personnes aussi désintéressées. Un peu comme ma chère Maman. 
- Vous voyez ? Vous le dites vous-même. Concluez donc, cher ami, car en plus d'avoir froid, je vous vois de plus en plus, au fil de cette fascinante rencontre, signe du destin s'il en est, comme un ami. Oui, la chose est claire, un noble et véritable ami, sur lequel on peut se reposer. (il lui sert les mains avec effusion)
- Mais...mais...pour le constat ? Comment vais-je faire ? 
- Voyons, nouvel et fidèle ami, vous ne pouvez décemment appeler corps du délit une grande âme qui vous rappelle votre chère maman, comme vous l'avez exprimé si spontanément, et, j'ose le dire, si éloquemment.
- Vous me faites voir le jour, je dois vous en remercier. Encore une fois, grâce aux précieux enseignements de Maman, j'arrive à finaliser une mission délicate de la plus heureuse des façons. Monsieur, je suis votre débiteur. 
- Je savais que nous pourrions nous entendre. Tout en vous respire la modernité et l'ouverture d'esprit. 
- Merci, et grâce à vous, j'ai pris une leçon de civilité. 
Le petit vieux l'embrasse solennellement sur les deux joues et disparait.
Me voici tout ragaillardi, je me sens si léger. Ce que c'est d'accomplir de bonnes actions. Je suis prêt à passer au prochain défi. On va voir ce qu'on va voir, car aujourd'hui, j'ai l'impression de pouvoir soulever des montagnes. Heureusement, Maman m'avait permis un second oeuf à la coque ce matin. 
 
2

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un huissier bien, sous tout rapport ...
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
:-) après avoir causé, l'huissier gaffe. Une histoire qui donne le sourire et une envie d'œuf à la coque.