Un huissier, ça cause énormément

il y a
3 min
33
lectures
3

Je tends à privilégier les histoires bizarres et cocasses, un peu à l'image de la vie. Et puis il faut bien donner quelque plaisir à ceux et celles qui sont assez curieux pour me lire...Pour les ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Un huissier frais émoulu en mission se trouve face à une porte éraflée au huitième étage d'un HLM vétuste. Il actionne une de ces anciennes sonnettes à tourner, dont la vis lui reste en main. Le son éraillé attire le locataire qui ouvre la porte prudemment. C'est un Antillais souriant, vêtu d'un uniforme fripé de l'Armée du salut. L'huissier impressionné croit qu'il est de mise de saluer militairement.
- Mon commandant, je vous salue, c'est pour moi un honneur et un privilège de vous rencontrer. Sachez que ma chère mère et moi-même avons eu la chance, dans le passé, de voler avec Air France. Maman avait gagné deux aller-retour d'un jour à une tombola paroissiale. Ce fut une expérience inoubliable. Les petits crackers salés étaient de toute première qualité. Birmingham nous a beaucoup plu, surtout les usines. Mais étrangement, personne ne voulait accepter nos euros. Un restaurateur indien a bien voulu nous servir, et il a accepté très généreusement d'échanger notre argent pour des roupies, à un taux que j'ai estimé des plus avantageux. Les billets étaient si jolis que je les ai faits encadrer à notre retour. Vous rappelez-vous si vous étiez le pilote ce jour-là ? Ce devait être il y a trois ans, probablement en avril.
- Je ne sais pas ce que vous voulez, et je suis en retard pour une réunion. Vous pouvez parler à ma femme si vous le désirez, elle écoute très bien.
- Pardonnez-moi, mon commandant, ma démarche sera aussi brève qu'empreinte de compréhension. Je me présente : Maître Ballard. Vous pouvez m'appeler Raymond, puisque nous avons sans doute déjà voyagé ensemble.
- Qu'est-ce que vous dites ?
- C'est trois fois rien. Je suis envoyé par l'Association des Bibliothèques Municipales d'Ile de France, car figurez-vous que je suis huissier, en plus d'être fidèle client et admirateur d'Air France.
- Ah bon... Mais qu'ai-je à voir avec Air France ? Vous avez bien dû reconnaître mon uniforme d'officier de l'Armée du Salut... D'ailleurs j'en profite pour vous suggérer de faire un don en faveur de l'agrandissement d'une imprimerie de saintes bibles que notre organisation projette au Burkina Faso.
- Vraiment ? Maman serait si heureuse si vous me laissiez participer à cette belle œuvre.
- Ce serait avec le plus grand plaisir. Mais qu'est-ce qui vous amène ici en premier lieu ?
- Ah oui, j'oubliais... J'ose à peine le mentionner, surtout au vu de vos immenses mérites, même si Air France n'y est pour rien pour le moment, mais mon petit doigt me dit que ça ne saurait tarder...
- Quoi ?
- Il paraîtrait que, sans doute accaparé par vos efforts pour relever le sens moral d'une partie de l'Afrique, vous auriez négligé, par inadvertance fort compréhensible, de restituer à un petit nombre de bibliothèques publiques, dont les inventaires sont toujours sujets à caution, quarante-deux livres d'art. Je suppose qu'ils étaient en si mauvais état que madame votre épouse les a pris pour des débris indignes d'être conservés.
- Pas du tout, ils sont comme neufs, mais je n'ai pas encore eu le temps de les feuilleter. Vous comprenez, avec toutes ces campagnes de levées de fond qui m'occupent quasi en permanence, je n'ai guère de loisirs. D'ailleurs, je ne m'étais rendu dans ces endroits que pour m'abriter de la pluie.
- Je me doutais bien que quelqu'un de votre qualité ne pouvait avoir que d'excellentes raisons. Allons, je vais faire parvenir à ces gens-là un rapport des plus favorables, et leur suggérer par la même occasion de participer généreusement à votre collecte de fonds, ainsi qu'à toutes celles qui suivront. Et inscrivez-moi pour cinquante euros. Voici un chèque que je me permets de postdater, car je m'attends à des rentrées conséquentes dans les prochains jours, surtout après dimanche à Chantilly.
- Je m'en vais, sans hésitation, vous inclure dans notre registre d'éminents bienfaiteurs. Vous recevrez de nos nouvelles régulièrement. Et pour valoriser votre déplacement, je vous invite à revenir dès demain. Mon épouse confectionnera huit paquets avec les ouvrages réclamés, et elle y joindra des formulaires d'adhésion.
- Nul doute que je serai accueilli à bras ouverts. Je savais que vous agiriez pour le mieux. Grâce à vous, je serai en mesure de visiter ces temples de la culture qui font la grandeur de la France. Je vous suis des plus reconnaissants, mon cher commandant, et lorsqu'avec maman, nous volerons encore avec Air France, ce qui ne saurait tarder au vu des bonnes fortunes qui m'attendent, j'ose espérer que vous serez encore aux commandes de l'aéronef.
- Mais...mais...je vous ai dit...enfin soit...euh...si vous vouliez bien signer ce chèque...
3

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
De l’humour absurde, chacun dans sa bulle mais tout le monde finit par s’entendre et les ouvrages par être restitués. Une écriture fluide, deux personnages hauts en couleur. Un excellent texte, pour moi !
Image de Paul V. Camal
Paul V. Camal · il y a
merci, et Air France m'en doit une...
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
une histoire loufoque, un huissier sérieusement fantaisiste, qui parie aux courses et vivant dans les jupons de sa mère. j'ai apprécié. bon dimanche !
Image de Paul V. Camal
Paul V. Camal · il y a
merci, vous saviez sans doute déjà qu'il faut éviter Birmingham...
Image de Paul V. Camal
Paul V. Camal · il y a
Merci à vous. C'est en effet tiré d'une comédie que j'ai écrite il y a longtemps, où un huissier s'arrange pour débourser lui-même de l'argent à chaque démarche.
Image de JAC B
JAC B · il y a
Une scène de théâtre vraiment cocasse avec des dialogues loufoques qui prêtent à sourire. Original. Merci Paul.