5
min

Un cheval au galot

56 lectures

6

Les enfants étaient prêts, longues robes noires, et coiffes de sorcières, ongles acérés et noircis les avaient métamorphosés.

Bientôt, ils franchiraient le seuil pour se rendre dans les rues de la petite ville côtière, quémander les bonbons d'halloween, selon les vieilles traditions du nord.

Les parents étaient réunis entr 'eux, invitant les voisins autour des plus petits , grimés en sorciers, en petits squelettes, en animaux fantastiques.
La fête battait son plein autour de la traditionnelle soupe à la citrouille.
Dans la maisonnée, ornée de toiles d 'araignées et de bougies fichées dans des betteraves , des yeux taillés dans leur chair lançaient des ombres dansantes sur les murs, où, des portraits d 'anciens marins pêcheurs disparus en mer, semblaient soudain reprendre vie.

Tout le monde dansait , applaudissait tel ou tel déguisement .
Les yeux noircis et les longues chevelures blanches ou aile de corbeau, rivalisaient avec des Frankenstein ensanglantés, des momies dont les yeux seuls étaient visibles donnant la chair de poule aux plus jeunes.

Une vieille très vieille femme, assise dans un coin de la pièce attendait qu 'un enfant lui porta un bol de soupe, mais, tous pris dans la sarabande infernale, semblaient avoir oublié la vieille femme dans son coin.

Les jeunes chantaient, criaient et se déhanchaient sur les notes appuyées d 'un vieil homme jouant du violon.

La vieille tapait du pied la mesure.

Un autre se saisi d'un accordéon pour accompagner le violoniste dans les airs d 'autrefois, quand soudain une porte s'ouvrit d 'un coup laissant apercevoir le fort en mer, au loin, avant de se refermer si brutalement que deux pots, accrochés au mur s'écrasèrent au sol dans un fracas épouvantable.

Mais la fête reprit de plus belle avec une distribution de friandises aux bambins, qui se calmèrent et reprirent leurs danses endiablées, tandis qu' une jeune femme présentait, les parts d' un fameux gâteau orné de succulentes araignées en sucre.puis a l 'étage un cri retentît, c 'était un jeune enfant qui criait être enfermé la haut...derrière la porte...qui refusait de s 'ouvrir.

La vieille femme s 'agitait sur son fauteuil et , marmonnant des choses incompréhensibles dans le patois local , ses mains décharnées dessinaient dans l 'air des symboles mystérieux.

Un jeune père de famille monta l 'escalier quatre a quatre, et d ' un coup d'épaule enfonça la porte et délivra le petit diablotin en pleurs.

Vers minuit les plus petits s 'endormirent sur les genoux de leurs mères et les plus anciens se mirent a raconter des histoires...celles qui sont réservées aux longs soirs d 'hiver.
Tous sirotaient une goutte de fabrication artisanale, sortie d'un vieux bahut, et qui mettait le feu aux joues des jeunes mamans.
Les messieurs allumèrent leurs pipes, tout en s'esclaffant et, battant les cartes d' un tarot usé sorti d 'on ne sais où.
Quand les yeux finirent par se brouiller par la fatigue générale, alors une voix s 'éleva.

"Les jeunes ne sont pas encore rentrés"!.

Ils avaient eu la permission jusqu'à minuit d'arpenter les ruelles, mais là...il se faisait tard , ils n 'étaient toujours pas rentrés...l'inquiétude s'amplifia, lorsque le cadran de l 'horloge indiqua une heure du matin, certains regardaient à la fenêtre cherchant à dissimuler leur anxiété grandissante, mais la joyeuse bande n 'arrivait pas au bout de la rue, donnant sur la plage avec vue directe sur un vieux fort bâti sous Napoléon.

La mer elle même était étrange ce soir d 'halloween, un reflet verdâtre semblait donner aux flôts une sorte de fluorescence qui filait la chair de poule.

Quand tout a coup, une nouvelle fois la porte d'entrée s'ouvrit a la volée faisant de nouveau crier deux petits enfants , qui ne trouvaient pas le sommeil malgrès les bras maternels.

Alors apparu une toute jeune fille blanche comme une morte , son déguisement déchiré, sali, fît s 'équarquiller les yeux de son père et de sa mère.

"Mais que se passe t-il Chloé ?.....où sont tes cousins et tes cousines...que c 'est t-il passé?"

Alors la petite en pleurs, expliqua que la bande était allée sur la plage et, comme la marée était basse, ils avaient décidés de finir la soirée d'Halloween sur le fort, et qu 'ils avaient trouvé à l 'arrière du vieux fort de Napoléon une vieille porte toute vermoulue autrefois scellée sous un rocher , mais qui c 'etait effondré lors de la dernière tempête.

Après avoir jeté dessus des pierres, la porte c 'était entrouverte, et toute la bande c 'était engouffrée dans les entrailles du vieux fort.

Tous, un par un , mais quand vînt le tour de Chloé , au moment où la jeune fille allait suivre ses cousins et cousines , ses voisins , la porte recouverte d 'algues et de mollusques c'était violemment refermée, l 'empêchant de rejoindre ses amis.

Les hommes, dont le sang ne fît qu 'un tour lâchèrent leurs pipes! ..les cartes du tarot s ' envolèrent quand un violent coup de poing s 'abbatit sur la table de la salle à manger.

Alors ils comprirent instantanément que leurs enfants étaient en danger de mort.

Il fallait faire très vite, aller sur ce fort si ancien , si glissant de jour, alors de nuit!!!.

L 'impensable s'imprima dans leurs esprits .

"La marée!!!...la marée!!!".

Un cheval au galop !!!
disaient les anciens , alors se tournant vers la vieille femme seule dans son coin, ils comprirent que celle-çi, bien qu 'aveugle, reproduisait dans l 'air de ses doigts osseux le galop d ' un cheval imaginaire.

Les hommes embrassèrent et serrèrent très fort leurs femmes en pleurs.

"Retrouvez les enfants vite!".
Dis Marie-Pierre a son mari
"La marée monte très vite!".
Les hommes appelèrent les secours côtiers, tandis qu'ils fonçèrent vers la plage , sachant que l heure indiquait aussi que la marée a ait déjà recouvert une grosse partie des énormes rochers entourant le vieux fort,mais aussi les hommes, pêcheurs de père en fils , connaissaient parfaitement les terribles courants marins entourant ce fort.
Mais rien ne saurait arrêter ses pères dans la tourmente, leurs enfants dans leur inconscience, avaient mis leur vie en danger et aucun père au monde ne songerait a une issue tragique .
Mais il fallait faire vite ! très vite!.
Les pères aguerris par des années de pêche en mer du Nord, avaient prévus de se rendre a la nage sur les lieux du drame, car aucune embarcation ne saurait approcher les rochers sans être déchiquetée.
Tous très bons nageurs, et ayant sillonnés les mers froides pour pêcher les cabillauds, leur endurance était a toute épreuve.Seules les cordes entourées autour de leurs corps, pourraient les ramener sains et saufs,d'autres marins pêcheurs de positionneraient avant les récifs dans leurs embarcations, munis d énormes bouées de sauvetage, pour récuperer les pères et leurs enfants, qui devaient être transis de froid, enfermés dans l 'ancien fort.

Des lampes éclairèrent la mer et l 'on vît du rivage partir ces fougueux marins, prêts a arracher aux flots mugissants leur précieuse progéniture.

Après une âpre bataille au corps a corps a ec les flots tourbillonnants et d 'énormes deferlantes, un père parvint a se hisser sur les derniers rochers encore visibles a l 'oeil nu, suivi d'un second, puis d un troisième et encore d 'autres.

Arrivés face a la porte déjà immergée de moitié, il fallût une force herculéenne pour la faire s'entrouvrir.

Alors un père muni d 'une hache glissée dans son froc, parvint à y créer une brêche qui s 'elargissait sous les assauts des vagues.

Ils entendirent les enfants hurler d 'effroi, un par un chaque père se glissa dans l 'étroite ouverture, puis la porte céda laissant entrer une vague énorme.

Un père fût emporté par la puissance des flots, mais il fût aussitôt stoppé par un rocher qui lui entama sérieusement la cuisse gauche laissant s 'echapper un filet de sang.Courageusement le marin repris d assaut le rocher pour rentrer a la suite dans le fort, où, grâce a dieu les enfants fûrent retrouvés tremblants de peur et de froid,trempés jusqu'aux os, mais bien vivants.Tous se tenaient au plus haut d' un vieil escalier de pierre là où se trouvait autrefois la réserve de munitions.

Pleurant et se blotissant dans les bras de leurs pères, chacuns se serrèrent pour retrouver le chemin de la sortie, tous bons nageurs et attachés a la corde, ils sortirent tous deux par deux, déjà les flots allaient recouvrir la moitié du fort, les barques des pêcheurs et les lampes allumées offraient un rempart protecteur visible dans la nuit, malgrès la distance, elles s'étaient rapprochées au plus près, il fallût se jeter a l 'eau et nager de toutes ses forces vers elles.

Mais les remous étaient si forts que la lutte semblait inégale, alors dans la nuit a peine éclairée d 'une lune blafarde, un bourdonnement d hélicoptère se fît entendre et juste au dessus des marins et de leurs enfants, des cordes fûrent lancées et les pères pûrent hisser leurs enfants dans un filet de sauvetage, qui ramena sur le rivage les six enfants arrachés a une mort certaine, tandis que leurs pères regagnaient les embarcations en laissant échapper leurs sanglots.
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Ouf, ça finit bien ! Une belle histoire, bien menée.
Image de Bernadette Lefebvre
Bernadette Lefebvre · il y a
C était le lieu de mes vacances étant enfant le fort existe bel et bien ...l imagination a fait le reste merci rac de votre visite
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Une histoire trépidante et bourrée d'action . C'est une aventure qui se termine bien heureusement .
Image de Bernadette Lefebvre
Bernadette Lefebvre · il y a
Oui elle se termine bien merci ginette de votre visite a très bientôt
Image de JACB
JACB · il y a
Eh! Bien ils s'en souviendront , parents et enfants. Heureusement Halloween n'a pas rempli son office en cueillant leurs âmes. J'ai lu les autres commentaires, en effet c'est bien dommage que cette histoire n'ait pas concouru.(galoP pour le titre...une meilleure porte d'entrée pour vous lire Bernadette, ce que je viens de faire avec grand plaisir,) merci
Image de Bernadette Lefebvre
Bernadette Lefebvre · il y a
Tant pis pour le concours mais la meilleure des récompenses est d être lue malgrés l avatar et de découvrir a chaque fois de nouveaux auteurs bourrés de talent
Image de Flore
Flore · il y a
Je trouve ce matin ce conte d'Halloween seulement, à la suite d'un de vos commentaires... C'est dommage qu'il n'ait pu être transmis...dérangement d'internet. Un soir, qui pour les enfants, leurs parents, a été une soirée où ils "se sont fait peur", et s'en souviendront....
Image de Bernadette Lefebvre
Bernadette Lefebvre · il y a
Oui un fameux dérangement qui a même nécessité une réparation sur le branchement externe et voilà ce fût une soirée mémorable en tout point puisque le challenge cette fois imposait un laps de temps restreint une certaine réactivité mais cette nuit d halloween il peut se produire des choses étranges j en ai eu la confirmation merci flore de votre lecture je songe a la prochaine fois et ce qu elle va me réserver
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Face aux éléments déchaînés, un merveilleux sauvetage ! Un bien belle histoire ! Merci pour cette belle lecture !
Image de Bernadette Lefebvre
Bernadette Lefebvre · il y a
Merci Félix oui l endroit existe c est sur la plage du portel près de Boulogne sur mer dans le nord de la France que j' ai voulu poser cette histoire de sauvetage en ayant une pensée émue pour quatre jeunes filles assassinées dans leurs costumes de carnaval retrouvées dans un linceul de sable elles n ont pas eu cette chance d être sauvées
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Sacrée soirée ☺☺☺ !
Image de Bernadette Lefebvre
Bernadette Lefebvre · il y a
En effet ! merci de votre visite miraje, ça fait chaud au coeur d autant que la connexion était en dérangement pour ce fameux soir où ce texte était sensé concourir, hélas impossible .