4
min

Un accident est si vite arrivé

Image de Muriel Meunier

Muriel Meunier

346 lectures

30

Qualifié

René sursaute.
— Ça y est, ça recommence ! J’en ai ras-le-bol !
Il se lève, furieux. Une nouvelle fois, sa sieste est fichue à cause du type du dessus qui a encore mis sa musique à fond. Lorsqu’il s’est installé ici, après plusieurs déménagements consécutifs, dans cette résidence de seulement six appartements, dans ce quartier calme, René croyait pouvoir profiter d’une retraite heureuse et paisible. Eh bien, il s’est trompé ! Il enrage. Depuis deux semaines, il supporte cette musique qui envahit tout l’immeuble chaque après-midi. Du métal, ils appellent ça, les jeunes ! Ah, ça lui va bien, au locataire du premier, avec ses airs de loubard ! Et bon à rien, en plus, sans doute chômeur puisqu’il passe ses journées chez lui... Trop, c’est trop !
René s’était plaint à la concierge :
— C’est insupportable, cette musique !
Elle avait fait un vague geste de la main signifiant que ce n’était pas son problème et l’avait envoyé promener, affirmant que cela ne dérangeait personne d’autre que lui et qu’il n’avait qu’à se débrouiller tout seul et se plaindre directement à la personne concernée. Mais René sentait bien qu’il ne pourrait jamais faire entendre raison au « végétatif », comme il le surnommait, que c’était inutile de lui demander de baisser le son. Et la gardienne avait raison : qui d’autre que lui aurait pu se plaindre du tapage ? Personne ! Madame Germain, la voisine directe du « musicien », est sourde comme un pot. Au second, les appartements sont occupés par un couple qui travaille toute la journée et ne rentre qu’après dix-neuf heures, et par un représentant toujours en déplacement. Ceux-là, au moins, ne sont pas importunés par la musique. Quant au rez-de-chaussée, il est le seul occupant, mis à part la concierge, qui a l’air de se ficher de tout.
Excédé, René marmonne : « Un accident est si vite arrivé...» C’est qu’une idée vient de surgir dans sa tête : retraité d’une entreprise d’électricité, il était un excellent technicien, et l’est encore. Alors, il va tout bonnement électrocuter le végétatif, ça lui apprendra le savoir-vivre !
Chaque fin d’après-midi, le locataire en question disparaît de son appartement, sans doute pour aller faire la fête. Ce genre de chômeur qui ne fait rien de la journée va sûrement flamber ses allocations la nuit ! René va donc profiter de ce moment pour mettre son projet à exécution. Il a du temps devant lui, plus qu’il ne lui en faut... Sans le moindre état d’âme, il enfile ses gants, des gants isolants, crochète la serrure et s’introduit dans l’appartement du jeune homme, à la recherche de sa chaîne hi-fi. Il la découvre dans la chambre ; c’est une petite, il s’attendait à mieux mais il est vrai que, maintenant, l’électronique fait des miracles de miniaturisation... Il sort les outils qu’il a amenés avec lui et commence son « bricolage » : un simple fil de cuivre qu’il relie du châssis de l’appareil à la prise de courant. Le végétatif va ainsi prendre une bonne décharge, et il va se mettre à danser pour de bon dès qu’il voudra mettre en marche son engin. Il ne s’en remettra pas, terminés les concerts ! Au bout de dix minutes à peine, René vide les lieux, son méfait accompli. Ni vu ni connu. Il n’y a plus qu’à attendre.
Le lendemain, très tôt, les lumières et tous les appareils électriques s’éteignent d’un coup, René jubile : « Mon plan a marché ! Je vais enfin être tranquille ! » Il se précipite chez la concierge.
— C’est sans doute le disjoncteur général. Il faudrait que vous alliez le réenclencher !
Elle n’est pas chaude pour faire le boulot, la gardienne, surtout qu’elle n’aime pas être tirée du lit aussi tôt. Elle tente d’argumenter que lui, en tant qu’ancien électricien, est quand même plus qualifié, qu’il pourrait bien faire ça. Le retraité refuse tout net, et puis, d’abord, il ne sait même pas où il est ce disjoncteur, sans compter qu’il est bien content d’obliger cette fainéante à se bouger. Et puis surtout, surtout, il a besoin que le terrain soit libre pour aller effacer les preuves de son passage chez le voisin.
Sur le palier, une bougie à la main, madame Germain lui demande ce qui se passe. Comme elle est sourde, il hurle :
— Ne vous inquiétez pas ! C’est le disjoncteur qui a sauté, ça ne va pas être long à revenir. On s’en occupe ! Ne restez pas dans les courants d’air, rentrez chez vous !
Il la pousse à l’intérieur, referme sa porte derrière elle. Puis, il patiente quelques secondes. Comme elle ne ressort pas et que le couple du dessus ne se manifeste pas non plus, il pénètre de nouveau chez sa victime, jette un rapide coup d’œil au corps du jeune locataire étendu à terre, et fait disparaître son montage criminel. Personne ne saura jamais ce qui lui est arrivé.
Dans la matinée, René rôde dans le hall d’entrée, l’air de rien, quand les pompiers arrivent. Vaguement inquiet, tout de même, il a l’intention de les suivre, mais il se fait happer, au passage, par une madame Germain qui semble toute remuée.
— C’est moi qui l’ai trouvé... Pauvre garçon, articule-t-elle d’une voix blanche, il était si gentil, si dévoué dans son métier d’infirmier de nuit...
Comment ? Le végétatif était infirmier de nuit, et pas chômeur ? Ne laissant rien paraître de sa stupéfaction, René approuve.
— Entrez, je vous invite à prendre un petit porto, ça va nous remonter le moral...
René la suit dans son appartement cossu. Pendant qu’elle sort deux verres et la bouteille, il jette un coup d’œil autour de lui.
Et soudain, il sursaute, murmurant :
— Mon Dieu !
Un sourire éclaire le visage de madame Germain.
— Un bijou, n’est-ce pas ? Une petite folie que je me suis offerte à Noël dernier. Il faut bien se gâter un peu.
Le hochement de tête de René peut passer pour un signe d’acquiescement, mais il porte tout l’accablement du monde. Le retraité contemple avec horreur la chaîne hi-fi dernier cri qui est devant lui, avec ses énormes enceintes qui semblent le narguer.
— C’était donc vous ! souffle-t-il.
Oui, c’est elle qui fait brailler sa musique, et d’autant plus fort qu’elle est dure d’oreille. Du métal, pour une vieille !
Le cerveau en ébullition, René gamberge. Tout de suite, il pense à une chute dans l’escalier à cause d’une panne d’ascenseur. Les marches sont tellement glissantes pour une personne âgée...

PRIX

Image de Eté 2016
30

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Pradoline
Pradoline · il y a
Que de morts ! Vous avez un talent certain pour le polar ! Bravo, Muriel ! J'ai beaucoup aimé, merci.
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Je me défoule dans l'écriture ! Bon dimanche ensoleillé.
·
Image de Liliane Fainsilber
Liliane Fainsilber · il y a
C'est une vrai hécatombe, d'un texte à l'autre !
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Eh oui, et ce n'est pas terminé !
·
Image de KELM
KELM · il y a
une belle écriture ,je vote , c'est gratuit

je vous invite à venir lire et soutenir mon texte et merci

http://short-edition.com/oeuvre/poetik/monsieur-noir

·
Image de Anne
Anne · il y a
c'est plein d'humour et de clin d oeil caricatural ! "bien ficelé", bravo !
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Merci beaucoup Anne. Ravie de vous avoir réjouie.
·
Image de Betty
Betty · il y a
Bonjour Muriel,

J'adore :-) Écriture fluide. Chute inattendue.je ne l'ai pas lâché du début à la fin ! Bravo ! Je vote !

·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Bonsoir Betty. Votre compliment "je n'ai pas lâché..." me va droit au cœur. Effectivement, dans une nouvelle le principal doit être dans la chute.
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Des idées qui traversent l'esprit plus souvent qu'on le pense.!! J'ai aimé.Je vote.
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Merci. Idées à ne pas mettre en application !
·
Image de Jolana
Jolana · il y a
Eh bien je n'aimerais habiter dans son immeuble à ce retraité!!! Mon vote! Iriez-vous me lire aussi? Cordialement.
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Merci pour votre vote. J'ai lu et apprécié. Bonne soirée.
·
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Une histoire pas aussi rare qu'on le penserait
Moi Même....

·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Vous même... ?
·
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Il m'est arrivé d'avoir des envies de meutre envers des voisins bruyants
·
Image de Choukri Osman
Choukri Osman · il y a
J'ai beaucoup aimé votre nouvelle. Bonne chance .
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Vous participez par votre vote à ma chance. Merci. Bonne journée.
·
Image de Yaakry
Yaakry · il y a
j'ai adoré !!! mince j'aime le métal :-)

si vous avez 5 minutes j'ai 3 poèmes en compétition merci

·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Merci beaucoup. Même conseil que pour Patricia : le casque sur les oreilles, ou encore un hangar désaffecté, pour écouter votre musique... J'ai voté pour "Certitudes".
·