553 lectures

124

Qualifié

Sur le coup, je n’ai pas compris. Je l’avais abordée sans conviction, par habitude, presque par réflexe. Quand je suis entré, elle était assise au bar. Grande, brune, sexy, moulée dans sa petite jupe noire lamée, elle avait quelque chose d’incongru dans ce décor minable. Je me suis assis à côté d’elle. Joe m’a servi mon habituel whisky (ce devait être le dixième de la soirée...) et j’ai commencé la procédure d’approche classique. J’ai sorti mon paquet de cigarettes et je lui en ai offert une. Elle a tourné lentement la tête vers moi. Elle avait des yeux verts, incroyablement perçants. Des yeux de chat. Un regard presque insoutenable. Du coup, je l’ai observée plus en détail : un décolleté profond, une taille d’une remarquable finesse et de longues jambes fuselées à damner un saint. Un véritable chef-d’œuvre ! Elle a dû lire mon désir dans mes yeux. Elle a souri, découvrant une rangée de dents pointues impeccablement alignées et d’une blancheur inouïe. J’ai eu envie de me mettre à hurler. Au lieu de ça, je lui ai offert un verre. Mes mains tremblaient légèrement quand je lui ai tendu le sien. Qu’est ce qu’une beauté comme elle fichait dans un pareil taudis ? On a commencé à causer.

Elle avait une voix grave et chaude, très sensuelle. J’en avais des frissons dans la nuque et le cœur qui battait la breloque ! Je sais plus trop ce que je lui ai raconté (ni ce qu’elle m’a répondu d’ailleurs) mais au bout d’une demi-heure, elle m’a proposé d’aller prendre un peu l’air. J’aurais juré illico de ne plus jamais boire pour l’entendre dire ça ! Dehors, il pleuvait. Une petite pluie mesquine et tenace, balayée par un vent glacé. J’ai refermé le col de mon imperméable. Curieusement, elle semblait ne pas ressentir le froid dans sa petite robe légère qui se soulevait par intervalles, découvrant des cuisses dans lesquelles j’avais envie de mordre.
Je lui ai proposé un petit tour en voiture. Elle a souri. J’ai pris ça pour un oui et on est monté dans ma vieille Jaguar, dernier vestige d’un temps où l’argent coulait à flots. Avant que je me mette à avoir un penchant un peu trop sérieux pour l’alcool...
On a fait quelques kilomètres sans dire un mot puis elle m’a lancé de but en blanc qu’on pourrait aller chez elle. J’ai fait un brusque écart sur le côté et j’ai failli emboutir la voiture qui roulait sur la file de gauche. En même temps, j’ai entendu comme un grondement sourd et rauque. Instinctivement, J’ai tourné la tête. Elle me fixait avec ses yeux de chat et il m’a semblé que ses pupilles avaient un aspect étrange que je n’avais pas remarqué auparavant. Je me suis dit que j’avais trop picolé. Comme d’habitude. On est arrivé chez elle juste après. Un immeuble grand standing, genre tour de verre, avec une entrée en marbre blanc et un ascenseur capable d’embarquer un trente tonnes. Elle a appuyé sur le dix-septième et on est monté en silence. Là, j’ai eu une autre vision. Elle était de profil et j’ai vu soudain son menton s’allonger et son nez s’aplatir et s’évaser. J’ai entendu de nouveau le grognement rauque, plus fort que dans la voiture. Il semblait sortir de sa gorge. Juste à ce moment-là, elle s’est rapprochée de moi et a posé doucement sa tête sur mon épaule. J’ai senti son parfum, fort et musqué, envoûtant, et j’ai enfoui ma tête dans ses cheveux noirs et épais. Je me suis promis de ne plus toucher un verre de la soirée. L’ascenseur donnait directement dans son appartement. Une succession de pièces immenses avec des murs blancs, meublées sobrement et avec goût, sans luxe tapageur. Presque aucune décoration. Juste un immense tableau, dans ce qui devait être le salon, représentant une forêt tropicale ou un truc dans le genre.

Elle m’a dit de me mettre à l’aise et elle s’est éclipsée. J’ai ôté ma veste et je me suis vautré dans le canapé. Ça s’annonçait bien. Pourtant, j’avais une sensation bizarre, comme une sorte d’appréhension que je n’arrivais pas bien à définir. J’ai fermé un instant les yeux pour tenter de faire le vide dans mon esprit. Ce n’est pas dans mes habitudes d’avoir des états d’âme dans ce genre de situation. Je serais plutôt du genre fonceur. En général, je réfléchis après. Le grognement a retenti soudain, très fort, tout proche. J’ai fait un bond dans le canapé et j’ai senti mes cheveux se dresser sur ma tête.
Dans l’entrée de la pièce, il y avait un tigre qui m’observait. Une bête énorme, colossale. Il a lancé un long rugissement en retroussant les babines, découvrant des crocs formidables. J’ai senti ma vessie qui menaçait de lâcher. Je me suis levé doucement et j’ai commencé à me diriger vers l’ascenseur. Le tigre s’est avancé et est venu se placer de façon à me couper la retraite. J’ai remarqué la taille de ses griffes et je les ai imaginées me lacérant le visage. J’ai senti mes jambes qui flageolaient dangereusement. Il s’est dirigé vers moi. Ses muscles roulaient majestueusement sous sa fourrure. J’ai fait un pas en arrière, puis deux, puis trois, incapable de réfléchir et d’ordonner mes pensées. L’animal avançait toujours et j’ai continué à reculer en lui faisant face.

Je me suis d’abord retrouvé dans un long couloir sombre et étroit puis, au bout d’un moment, il y a eu un petit bruit métallique derrière moi, comme un glissement. Toujours guidé par l’animal, je suis entré dans une petite pièce faiblement éclairée. J’ai senti une odeur épouvantable m’entourer et j’ai marché sur quelque chose de flasque et visqueux. J’ai baissé les yeux et j’ai eu le temps de distinguer une main déchiquetée et sanglante ! J’ai cru que j’allais vomir. Le tigre a fait un bond dans ma direction. Toujours de dos, j’ai pénétré dans une sorte de cage en acier à peine plus haute que moi. Sans me quitter des yeux, l’animal a poussé la porte d’un coup de patte. Elle s’est refermée avec un claquement sec tandis que la lumière froide d’un néon s’allumait au plafond. Il y a eu un petit déclic et le pêne du verrou a coulissé sur lui-même. J’ai su immédiatement que ce serait inutile d’essayer de le forcer. Au moins, j’étais en sécurité. J’ai regardé autour de moi, à travers les barreaux. Il y avait des taches de sang partout. Le sol était jonché d’os de toutes sortes et de morceaux de tissu et de chaussures lacérées. Dans le fond de la pièce, il y avait plusieurs crânes humains. Sur l’un d’entre eux pendaient encore quelques lambeaux de chair putréfiée. L’odeur était pestilentielle.

Quand mon attention s’est reportée vers l’entrée, le tigre avait disparu et la porte, un panneau d’acier lisse et probablement blindé, s’était refermée. Sur le sol, juste devant, dans une mare de sang écarlate, il y avait les restes récents de ce qui avait dû être une cage thoracique, une jambe presque intacte et la main sur laquelle j’avais marché. Je me suis mis à pleurer comme un gosse. Je suis resté comme ça, prostré, pendant un temps interminable, avec l’impression de patauger dans un cauchemar épouvantable et terrifiant. Puis la porte s’est effacée et elle est entrée, moulée dans sa petite robe sexy. Je me suis agrippé aux barreaux et je lui ai expliqué tant bien que mal ce qui venait de se passer. Mais elle ne semblait pas m’entendre. J’ai senti la panique me gagner. Je n’arrivais plus à trouver mes mots. J’ai commencé à hurler et à la supplier de m’ouvrir. Je devais avoir l’air d’un dément. Et puis elle a semblé enfin s’apercevoir de ma présence. Elle m’a regardé longuement. Ses pupilles ont pris une étrange luminosité. Elles ont rétréci progressivement jusqu’à ne plus être que deux petites fentes. Je me suis tu instantanément. Elle a ouvert la bouche et a émis un long grognement sourd, bestial. J’ai senti la terreur s’infiltrer dans mes veines. Ses yeux se sont arrêtés un instant sur la carcasse par terre, juste à ses pieds. Sa langue est passée plusieurs fois sur ses lèvres puis elle m’a souri. J’étais tétanisé. Ce n’est que quand elle a quitté la pièce que j’ai retrouvé toute ma lucidité. J’ai revu le bar. Je me suis souvenu avec quelle facilité j’avais pu l’aborder.
Et j’ai compris...

PRIX

Image de Été 2019
124

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Alsy
Alsy · il y a
Une très jolie nouvelle ! Pas radine en formulation en "de/dans" par contre...
On ne lui a pas appris à ne pas suivre les inconnus !
Mon vote :)

·
Image de V. H. Scorp
V. H. Scorp · il y a
Un grand merci à vous! Je note votre critique pour mes prochains textes. Bonne journée!
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Une belle construction, votre plume a du talent, bravo ! +5***** avec palisir.
Si je ne l'ai pas encore fait, Je vous propose une nouvelle (policier/ thriller) :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sofia-4
à bientôt peut-être.
julien.

·
Image de V. H. Scorp
V. H. Scorp · il y a
Mes voix pour vous.
Merci beaucoup et belle journée!

·
Image de Carine Lejeail
Carine Lejeail · il y a
Un texte extrêmement bien construit et qui fonctionne très bien. Bravo et mes voix.
Je vous invite à découvrir mon univers et à me porter plus loin si le cœur vous en dit:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/journal-de-guerre

·
Image de V. H. Scorp
V. H. Scorp · il y a
Superbe texte! Vous avez mes voix.
Très bonne journée.

·
Image de De margotin
De margotin · il y a
J'aime
Mes voix
Je vous invite à lire Ô amour
ET à la belle étoile

·
Image de V. H. Scorp
V. H. Scorp · il y a
Mes voix pour vous.
Merci beaucoup et bonne journée!

·
Image de De margotin
De margotin · il y a
Merci beaucoup
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Un polar bien noir où la femme est la vedette, mes voix !
En lice Poésie avec ' Vagues à l'âtre ' et ' Sur fond azuré'...

·
Image de V. H. Scorp
V. H. Scorp · il y a
Mes voix pour vous.
Merci beaucoup et bonne soirée!

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Moi, je n'ai jamais donné ma langue au chat ☺☺☺
·
Image de V. H. Scorp
V. H. Scorp · il y a
Pertinent!
Merci et bonne soirée!

·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Une belle allégorie sur la bestialité et la part animale qu'il y a en chacun de nous ! Mes 4 voix pour votre récit et une invitation à découvrir mes textes en lice !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/taxi-3
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/la-mineur-la-majeur
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-ciel-se-noie
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/clair-de-terre-1

·
Image de V. H. Scorp
V. H. Scorp · il y a
Mes voix pour vous.
Bonne soirée!

·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Merci à vous V.H Scorp ! Bonne soirée également !
·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Houlala!!! faut se méfier des jolies dames. En fait, "jolies" est superflu, hi hi...
·
Image de V. H. Scorp
V. H. Scorp · il y a
Merci à vous et bonne soirée!
·
Image de Sandrine Michel
Sandrine Michel · il y a
Des frissons dans le dos ! Récit bien construit
·
Image de V. H. Scorp
V. H. Scorp · il y a
Un grand merci à vous!
Bonne soirée!

·
Image de Samia.mbodong
Samia.mbodong · il y a
Une bonne ambiance avec de belles images et une histoire captivante.
Cette femme tigresse était partie à la chasse, pardon faire ses courses.
 
Bravo et merci je soutiens.

·
Image de V. H. Scorp
V. H. Scorp · il y a
Un grand merci pour votre soutien, c'est très gentil.
Bon dimanche!

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

NOUVELLES

Près de vingt années s’étaient écoulées mais chacune de ses cellules s’en souvenait : elle n’avait pas oublié. Les chaussures de randonnées prêtes à être enfilées sur le seuil, ...