Tout le monde aime Euclide Wallas

il y a
7 min
762
lectures
76
Qualifié

Hello les lecteur-z-et-auteurs de Short ! Me revoilou. Fini hhl, bienvenue à Bruno :-). Pour ceux qui me "rencontrent" pour la première fois, inutile de venir mendier des votes. Non mais  [+]

Image de Eté 2016
Je n’ai jamais bien compris pourquoi, mais tout le monde aime Euclide Wallas.
Les femmes l’aiment parce qu’il correspond à l’homme qu’elles n’ont jamais rencontré et auquel elles rêvent en secret. Prenons la fameuse « ménagère de moins de cinquante ans », par exemple. Elle est là, dans sa cuisine, à préparer le bouillon pour un connard fini qui la traite comme une moins que rien. Mais qu’importe, puisque Euclide est là, tout près d’elle, pour lui remonter le moral. Ses grands bras musclés autour de sa taille, et sa voix chaude et rocailleuse. L’instant est fugace, mais pendant quelques secondes, cette madame tout le monde, avec ses traits tirés, son pyjama Snoopy et ses rêves envolés, devient l’héroïne la plus sexy du monde.
Les adolescentes l’aiment. Elles sont certaines qu’elles le rencontreront un jour, lui ou un lointain cousin, au hasard d’une péripétie fantastique. Oui, même les filles perdues au fin fond de la zone industrielle des Aubrais-Orléans. Un psy a sorti, dans une prestigieuse revue, qu’Euclide était un Don Juan cérébral. Je ne sais pas trop ce qu’il entendait par là, mais je trouve que l’idée est bien trouvée.
Attention, il n’y a pas que les femmes. Les hommes aussi, l’aiment, même s’ils ne l’avouent pas toujours. Pourquoi, me direz-vous ? Peut-être parce qu’Euclide est ce qui subsiste de meilleur et de plus noble en eux. Pour certains, certes, ça ne fait pas beaucoup, mais c’est toujours ça.
Enfin, bref, tout le monde aime Euclide Wallas. Tout le monde, sauf moi. Pour tout vous dire, je le hais. Je le maudis. Je l’exècre. Je sais, ça fait beaucoup de synonymes, certes, mais j’ai d’excellentes raisons. Si, si. Plus précisément, je peux dire que je le déteste, certainement comme Dieu déteste l’Homme, à certains moments. Je suis son créateur. N’allez pas croire que je me prenne pour une quelconque divinité, ou bien un gourou à la mode. Euclide est simplement le héros de tous mes livres depuis bientôt dix ans. Oui, je suis écrivain, et chaque fois que je tape le moindre mot sur mon ordinateur, c’est pour me farcir sa gueule de playboy, son air détaché, sa prestance ahurissante et son aura de sculpture grecque. Non, je ne crache pas dans la soupe. Si j’essaie d’être honnête deux minutes, j’étais même plutôt un auteur raté, quand j’ai sorti le premier tome des « aventures extraordinaires d’Euclide, héros malgré lui ». Oui, je sais, vous pouvez rire, on fait pas plus tarte comme titre. Mais faut me comprendre. Avant ce bouquin, j’avais pondu des merveilles, d’un niveau bien supérieur. Dans un style fabuleux, empli des références des plus grands. Mais bon, des merveilles que personne n’a jamais pu lire, vu que tous mes manuscrits m’avaient été vomis à la gueule. Gallimard, Flammarion, même les plus obscures maisons d’édition, aucune n’était touchée par mes mots. Allez savoir pourquoi.
Tout a commencé un soir de déprime. Après m’être descendu la dernière bouteille de Gin cachée sous mon vaisselier, pour trouver un peu d’inspiration (quoi, vous saviez pas que ça boit, un écrivain ?), je m’étais rabattu, en désespoir de cause, sur un pack de Champomy Framboise tiède qui était resté de l’anniversaire d’un de mes fils. Une horreur à boire. Je sais, c’est pathétique, mais bon, j’allais quand même pas attaquer le Synthol non plus. Au fur et à mesure que je vidais les bouteilles, Euclide naissait. À la première, j’avais mon héros bien en tête. Moitié Indiana Jones, moitié n’importe quoi. À la deuxième, ses ennemis jurés fomentaient leurs premières menaces d’éradiquer l’espèce humaine en ricanant bêtement. À la troisième, il avait écumé tous les poncifs du pire « buddy movie » possible, avec son comparse noir homo (ben ouais, j’avais chargé la barque, quand même). À la quatrième, il se tapait la secrétaire de la bibliothèque de l’Université, timorée, « mais-top-sexy-dans-l’âme-qui-finalement-a-un-sourire-ravageur-et-des-seins-de-folie-sous-son pull-orange-trop-large-en-mohair ». Et à la cinquième, il sauvait le monde, les mains dans les poches, la clope au bec, en racontant des blagues tellement nulles que j’en rougissais de honte en les écrivant. La dernière bouteille ? Je l’ai sirotée en regardant le soleil se lever négligemment sur la campagne endormie. Non, je déconne, je l’ai sifflée cul-sec sur mon canapé et j’ai balancé le plus incroyable rot libérateur de l’histoire des buveurs de merde sans alcool. D’ailleurs, à partir du tome deux, roter est devenu le gimmick d’Euclide, après une bagarre. Vous imaginez si j’avais lâché une caisse ?
Voilà. J’avais écrit en un seul jet, dans la nuit du 5 au 6 février 2006, la plus abracadabrante histoire de héros à la noix du monde de l’édition. Trois-cent-quatre-vingt-six pages de connerie pure. D’invraisemblances. De péripéties tellement niaises et décalées, que je m’étais foutu moi-même de ma gueule en écrivant. Juste le temps de prendre une douche, puis mon courage à deux mains, et j’étais allé photocopier ma bouse en dix exemplaires. Hop ! Direction tous les éditeurs connus.
Six jours. Il m’avait juste fallu six jours pour avoir une réponse. Alors que dans ma tête, ma carrière d’écrivain était morte dans l’œuf. Je me résignais à reprendre une vie normale. J’étais d’ailleurs en train d’éplucher les petites annonces de gardien de nuit quand le premier coup de fil tomba. Je dis le premier, parce que tous les éditeurs à qui j’avais écrit m’avaient rappelé. Tous. Le gars de chez Gallimard parlait d’un « nouveau souffle romanesque inattendu ». Une fille sûrement très cultivée avait été émue aux larmes par le « charme suranné et à la fois moderne d’un héros qui donne de l’espoir en jouant avec ses poings ». Et au Cherche Midi, un homme à la voix de canard louait « mon incroyable style, véritable pied-de-nez à la littérature moderne ».
J’avais d’abord cru à une blague. Vous pensez bien. Mon Rhétorique de la rupture, une merveille, que j’avais mis six mois à écrire, avait été rejeté sans ménagement par Gallimard. Mon fantastique « Les ablutions de Paul », ouvrage subversif s’il en est, m’avait été renvoyé par « Le Cherche Midi », avec une note : « essayez la peinture ». Et j’écris une broutille en une nuit et elle émerveille le monde de l’Edition. La vie est mal faite.
Trois mois après, mon bouquin sortait. Moi, j’étais déjà super content. C’était même inespéré. J’avais touché une avance considérable sur mes ventes. Mon éditeur avait tiré cent mille exemplaires. Le con. Les critiques étaient dithyrambiques. Télérama, Le magazine Lire, les plus illustres émissions de télévision. La radio. Euclide était parti pour faire un carton interplanétaire. Moi, au milieu de tout ce tumulte, j’attendais, serein, mon petit désastre littéraire. Mon Titanic à moi. J’y croyais autant qu’une lueur d’intelligence chez un chroniqueur d’une émission de télé-réalité. Foutu d’avance, l’Euclide. Mais que dalle, oui ! Le succès fut immédiat. Brutal. Dévastateur. C’est terrible le succès. Surtout quand on n’est pas préparé.
Le jour de sa sortie, mon livre se trouvait partout. Et il s’était tout de suite vendu comme des petits pains. Le plus grand succès des dix dernières années. Au bout de cinquante-mille exemplaires vendus en seulement dix petits jours, mon éditeur faisait des bonds, ma femme me regardait de nouveau comme un copulateur potentiel, et les télés s’arrachaient ma présence. Voilà.

Et ça fait donc presque dix ans que ça dure. Dix putains d’années. Et autant de tomes avec Euclide en titre. Qu’est-ce que c’est long ! Et qu’il est con cet Euclide. Notez, en dix ans, on lui aura tout fait. Tout. Déjà, dès le deuxième volet, il est passé par la case cinéma. Normal, me direz-vous. C’est Luc Besson qui s’est chargé de l’adaptation. Avec Jason Statham dans le rôle d’Euclide. Un nanar incroyable, mais un carton au box-office. Une véritable énigme, que voulez-vous que je vous dise. Attendez, il y a eu également la BD, le dessin animé. Et tout un tas de produits dérivés : des stylos, des tasses, des t-shirts, même (j’en serai toujours étonné) un synthétiseur de rots estampillé « Euclide style » très prisé parait-il dans les cours d’école. Mais le plus incroyable, c’est quand même le Champomy framboise Wallas, « le Champomy des héros ».
Vous n’avez pas l’air de bien comprendre ma situation, mais pour un auteur, être le prisonnier d’un seul et même personnage, ça devient usant, surtout quand on ne l’a jamais vraiment porté dans son cœur. Je sais plus quoi lui faire vivre, ou même dire, à mon héros. Il n’y a pas trente-six solutions. Comme mon éditeur ne veut rien entendre de mes autres projets, et que j’en ai un peu assez d’écrire de la merde que tout le monde, à part moi, déguste comme si c’était du chocolat, j’ai décidé d’employer les grands moyens. Ne le répétez pas, mais dans le dernier tome que je suis en train d’écrire, Euclide va avoir un terrible accident. En deux mots, après avoir sauvé le monde encore une fois, sorti dix-huit rots phénoménaux, s’être tapé une hôtesse de l’air, deux bibliothécaires de l’art antique et bu une bonne bière d’une marque que je ne connais pas encore (le placement de produit ne connait plus de limites, je sais), Euclide va être piqué par une raie, dans la scène finale, en nageant dans un lagon paradisiaque. Que voulez-vous, ce sont toujours les meilleurs qui partent les premiers.
Soyons clairs, je ne pouvais pas annoncer la nouvelle telle quelle sans risquer des émeutes. Vous imaginez ? Alors j’ai fait ce qu’une personne censée aurait fait à ma place. J’ai embelli la vérité. Et j’ai surtout réussi à convaincre mon éditeur, en lui faisant miroiter qu’il n’était pas impossible, en fait, qu’Euclide n’ait pas fait un petit, avec tout ce qu’il avait emballé pendant dix tomes, et que ce petit pourrait, pourquoi pas, prendre la relève après avoir grandi. Je sais, c’est encore plus capillotracté qu’un épisode des Feux de l’amour, mais j’avais pas le choix. Nous avons donc organisé, en guise de cérémonie d’adieu, un teasing digne d’une sortie de Blockbuster américain. Pour les critiques et le public, Euclide face à son destin (ouais, bon, vous moquez pas du titre, c’est mon éditeur qui l’a choisi) clôturait juste la saga « de manière magistrale ». Une grande campagne de communication avait été enclenchée deux mois avant la sortie, histoire de rentabiliser un max, une dernière fois le « plus grand héros de la littérature moderne » (quand je pense que ces mots ont été écrits dans Télérama, je pouffe).
Bref, jusqu’au jour de sa sortie, mon livre n’avait été montré à personne. Les correcteurs, imprimeurs, relieurs, tous avaient signé une charte de confidentialité, stipulant qu’ils ne devaient rien dévoiler. Même chez Ruquier, trois jours avant, j’avais réussi à tenir ma langue. Le public avait juste eu droit à un « vous verrez, ça va être énorme, je peux pas en dire plus ». Nous avions poussé le vice jusqu’à mettre le livre sous blister, avec la note « Venez découvrir le dernier secret d’Euclide, et surtout gardez-le bien pour vous ».

Sans grande surprise, le livre a été un succès dès le premier jour. Une folie furieuse. Des files d’attente interminables, des fans qui prenaient des photos avec leur livre fièrement brandi, devant une reproduction d’Euclide grandeur nature, des caisses dédiées dans toutes les Fnac de France, un verre de Champomy offert pour chaque livre acheté, et surtout, plus un exemplaire disponible à dix-huit heures, nulle part. Exactement sept-cent-cinquante-mille copies ont trouvé preneur en moins d’une journée. Du jamais vu. Le soir-même, les grandes chaînes de télévision ont connu une baisse significative d’audience. Des lectures ont eu lieu sur de grandes places, un peu partout en France, pour ceux qui n’avaient pas pu acheter le livre.
J’ai dormi comme un bébé, cette nuit-là. Libéré.
En me réveillant, j’ai voulu aller humer l’air de la ville, loin de mon ordinateur, pour la première fois depuis dix ans. J’ai pris mon manteau, histoire d’aller marcher un peu, et prendre un petit café.
Ça s’est passé à neuf heures quinze. Je tournais lentement la cuillère dans ma tasse, quand le coup de feu a retenti. J’ai mis une minute à réaliser qu’on m’avait tiré dessus.

Là, je me vide lentement de mon sang. Une jeune femme d’une vingtaine d’années se tient debout, son arme pointée sur moi. J’entends des cris un peu partout. Le café est désert. Il n’y a plus qu’elle et moi. « Mais pourquoi vous l’avez tué ? Pourquoi ? Euclide ne pouvait pas mourir. Vous n’aviez pas le droit. Vous êtes un monstre ! ». Ben dis-donc. J’avais tout imaginé, sauf ça. Une fan hystérique et désespérée avec un flingue. Purée, ça fait mal. Elle m’a tiré dans la poitrine, cette conne. J’essaie de balbutier quelques mots, en guise de justification, mais tout ce qui sort de ma gorge, c’est du sang plein de bulles. J’en n’ai plus pour très longtemps. J’ai froid, merde. Notez, c’est mon éditeur qui va être content. Je convertis ma mort en exemplaires posthumes. Le salaud. Le pognon qu’il va ramasser.
Je convulse. Elle balbutie quelques mots : « Sans lui, c’est plus la peine ». J’ai juste le temps d’entendre la dernière détonation. Mon assassin s’est tiré une balle dans la tête.
Tout le monde aime Euclide Wallas, je disais, non ? Elle, plus que les autres, apparemment.
Il ne me reste plus beaucoup de temps. Je respire à peine. Dans mes derniers instants, moi qui suis un athée convaincu, je pense soudain à Dieu. S'il existe, j’espère juste qu’il n’a pas lu le livre. On ne sait jamais.

76
76

Un petit mot pour l'auteur ? 174 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jon Ho
Jon Ho · il y a
Un peu tard peut-être mais mon vote quand même
Parce qu'il y a des textes qui méritent d'aller loin, au delà d'un prix Short Editions...
Au plaisir,

Image de Sourisha Nô
Sourisha Nô · il y a
merde, tu n'as pas pu déjouer le plan euclidien avant la fin....-)
t'as un talent de fou pour raconter les histoires et d'après ce qu'on m'a dit (ouais j'ai enquêté, moi, quand un inconnu me lance des fleurs dans la rue,je me méfie.nan je rigole.) tu es un merveilleux assembleur et jongleur de mots..j'aime quand ce qu'on lit coule comme de l'eau, en musique.et y'a du rythme, c'est drôle et en même temps si terriblement désespéré, c'est ironique, auto-dérisoire, cynique.c'est maagnifique.

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Merci ma chère, d'être passée.
Je n'étais pas venu te lire dans l'optique d'un échange de vote (mode opératoire ultra couru ici), mais ça me fait bien plaisir.

En plus, tu es passée lire Euclide :-). Un de mes textes chouchous, bien qu'il n'ait pas passé les portes de la finale.
Sinon, oui, jongleur de mots, merveilleux, je sais pas, mais je suis passé par là case "poésie déjantée " pendant près de 25 ans avant de tenter d'écrire des histoires. Donnez moi 10 mots, un thème, je mixe le tout et vous vous retrouvez avec une pièce en alexandrins, ma bonne dame (lol).

En tout cas, ni Patrick, ni moi ne nous sommes trompés en partageant ton fabuleux texte, tu as été adoubée par la fine fleur de Short. Rien qu'un compliment de Michel Drean, certains courent encore après :-).

Bonne fin de journée mimi (ben oui, mi souris, mi chat).

Image de Sourisha Nô
Sourisha Nô · il y a
ah...j'allais oublier..Michel Dréan est un type d'un talent fou, pour commencer, qui m'a lui aussi aiguillée sur de remarquable textes.en plus, je ne lis pas assez, et je vais récupérer de la distance..lui et moi on a un amour de la littérature américaine en commun, et je suis assez scotchée de sa bienveillance.
Image de Sourisha Nô
Sourisha Nô · il y a
j'te jure, j'ai vraiment aimé....!!!
je suis pas trop con...et j'ai bien capté le jeu de l'auto-congratulation et des fleurs en plastoc, des egos boursouflés et tout et tout...c'est Patrick qui m'a, d'autorité, pris par le cou (miarrgll...) pour venir me jeter ici...-)
mon mode opératoire, il est super égoiste.je vais lire si je veux, quand je veux, et si possible avant je vais quérir conseil chez mon papa...^^.....qui m'a d'ailleurs narrée ta fabuleuse capacité à faire feu de tout bois.
le coup d'épée sur la tronche, pour l'adoubement,a été un peu violent, je ne m'attendais pas à un accueil pareil.
je suis une geisha de gouttière qui a tendance à se faire les griffes chez les aristos....;-) et t'inquiètes, je n'ai pas ressenti un seul instant l'intention putassière,j'ai d'ailleurs vu que certains faisaient le tapin à côté des boîtes aux lettres^^^....
et si tout le monde aime Euclide Wallas,moi je l'adore.. comme un fou comme un soldat etc....;-)
bien que j'aie un max de lecture chez toi, ça me désolerait de ne pas te recroiser.
bonne fin de journée, Bruno...

Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Qu'Euclide soit un jour tué par son auteur, c'était mathématique et que son auteur pisse le sang comme une fontaine "Wallas" crache l'eau c'était inévitable.
Tout aussi inévitable était que ce texte soit superbement construit, degré par degré jusqu'à l'exposition complète de la situation finale. Et que l'humour noir baigne ce texte. C'est du HHL après tout.

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
"Du hhl, après tout". Comment me faire un compliment plus flatteur :-) ?

Merci merci

Image de Rat, houle des boas
Rat, houle des boas · il y a
Heureusement, j'ai gardé tous mes Wallas, ça fait bien avec les SAS et les San Antonio sur mes rayonnages !
Image de Chaz'
Chaz' · il y a
Je ne comprends pas pourquoi tes textes n'ont pas plus de succès. Pardon de remuer le couteau, je pourrais trouver là un réconfort à mes bides, mais ce que je ressens là, c'est de l'injustice à ton égard. J'espère que tu continues dans ton coin, je te souhaite un bel été et un retour en Septembre en plein forme.
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Il n'y a rien à comprendre ;-). Short est un site communautaire, et je ne peux obliger personne à voter pour moi (lol). D'autant que je vote très très peu.
Je te remercie pour ton commentaire, en tout cas.

Alors oui, je continue dans mon coin. J'ai une dizaine d'histoires en cours, mais pas trop le temps d'écrire. Et j'ai arrêté (pour l'instant, et depuis quelques mois) Short. Je ne me reconnais plus dans les choix éditoriaux. Alors, plutôt que de râler, je préfère m'éloigner.
Sinon, j'écris des chroniques sur Linkedin, relayées via facebook. Sous mon vrai nom, bien sûr :-). Envoie-moi un message si tu veux garder contact par ce biais.

Amicalement.
Bruno

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est féroce, cynique, c'est un tourbillon fou, c'est à hurler de rire et ça fait du bien !!!
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Il m'est incompréhensible que votre nouvelle ne soit pas en finale. Le jury n'a pas l'air d'apprécier le bel humour de votre texte, pourtant un régal de lecture. A bientôt, Bruno, pour d'autre texte du même bois !
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Je revote ! +1 Mon train a encore besoin de votre re soutien et merci!
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Mes remerciements à ceux qui ont lu et soutenu. Navré de ne pas être plus présent pour répondre individuellement.
Peut-être rendez-vous en finale. On ne sait jamais :-)

Image de Richard
Richard · il y a
Dieu existe, il viens de me faire lire un texte...
mon vote!
invitation ;-)

Image de Marie Guzman
Marie Guzman · il y a
et voilà celui-là aussi je l'aime de texte ...dis donc Euclide tu ne l'aimes pas beaucoup ^^ ça me rappelle Belmondo qui fait vivre des tas de mésaventures à son héros ... et qui le ridiculise ... de bien joyeux moments dans cette lecture .. joli week end à toi un peu en avance de quelques heures ^^
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Ben moi ... comment dire ... je ne connais pas Euclide Wallas ! Mais j'aime bien l'histoire de son auteur ...
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un texte décapant et une chute aussi spectaculaire que les ventes ...
Image de Bertrand Pigeon
Bertrand Pigeon · il y a
une satire bien corrosive
du roman de gare et du monde de l'édition^^+1

Image de Naliyan
Naliyan · il y a
Un texte vif et humouristique. Une critique joyeuse bien écrite. Bravo !
Image de Bruno Scozzaro
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Euclide Wallas m'attendait sans se douter de rien ! Je veux un coup de théâtre et la résurrection de l'auteur ! Que le personnage ne prenne pas son père en otage. Attention garde un postulat de libre pour un rebondissement... Bravo en attendant.
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Merci fred. Navré pour le retard de ma réponse, je ne suis plus beaucoup sur Short. Des bises du week-end. Bruno
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Les jours n'ont que 24 heures, je comprends ! Excellent week-end à toi aussi !
Image de Morgalex
Morgalex · il y a
Du grand Hhl !!! Me voilà "à bout de souffle"après cette lecture percutante... dans tous les sens du terme... et ô combien j'aime ce genre d'uppercut, moââââ... celui vous file un délicieux bleu à l'âme... bisouxxxxx
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Bonjour filleule scripturale :-). Content de te croiser sur mon délire. Et surtout, content que tu y souscrives.
Tu ne vas pas me croire, je suis en déplacement du côté de tes vertes contrées. Si si. Le Bruno s'exporte hors de sa Provence ;-).

Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
Excellent !!! J'ai adoré cette histoire qui rappelle (un peu) "Le magnifique" avec Jean-Paul Belmondo. Le thème due l'auteur prisonnier de sa création littéraire est très bien menée jusqu'à son terme logique finalement. Mon vote bien sûr !
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Bonjour Thierry.
Merci pour la comparaison, même si je ne pense pas avoir déjà vu ce film (ou alors très petit). Faut que je rattrape ça, alors ;-).

Image de Élise
Élise · il y a
Ah mais c'est excellent ça. Et marrant.
Comme je suis éditrice, j'attends...
Non je rigole, suis pas éditrice. Mais c'est fort bien quand même.

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Purée, la fausse joie ;-).
Merci d'être passée.

Image de Marika
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Content que ça t'ait plu
Image de Archeperdue
Archeperdue · il y a
P'tit frère, je reviens errer par ici et quel bonheur!!!...tu ne changes pas, toujours le même talent (sans langue de bois, tu me connais!)
Tendresse à toi...

Image de Bruno Scozzaro
Image de Krystian Proksa
Krystian Proksa · il y a
J aime HHL autant que je deteste BHL....ha ha ha
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
C'est vrai que nous ne sommes pas vraiment dans la même cour (lol). Merci du passage.
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Attention HHL !!! même ici, Euclide peut avoir des fans
alors soignez-le bien... pour votre bien.

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Écoutez, apparemment, les lecteurs de Short le soignent plutôt bien :-).
Merci

Image de Claire de Brume
Claire de Brume · il y a
Une lointaine parenté avec ma dédicace...
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Faut dire quand on oublie de voter, Bruno ! Qu'est-ce que je peux être étourdi ! Je répare... et je relis encore pour le fun et le massage des zigomatiques !
Image de Bruno Teyrac
Bruno Teyrac · il y a
Déjà, Euclide, comme prénom... j'adore. Et puis, le Champomy framboise, les rôts... Il n'y a que Hhl pour ces trouvailles inimitables. Bien déjanté ! Mon vote.
Image de Denis Lepine
Denis Lepine · il y a
belle découverte, belle histoire, j'ai voté, je vous invite à découvrir mon texte de chanson: 'dans mon cahier', sur: http://short-edition.com/oeuvre/poetik/dans-mon-cahier
Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
moi qui pensait que Frédéric Dard venait de se réincarner... c'est loupé! :-(
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Salut Chiro. J'ai pas compris ton commentaire. Merci d'être passé quand même.
Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
oui, c'est un peu vaseux, je le reconnais: j'étais donc content en te lisant, car je croyais avoir retrouvé, caché derrière ta plume, San Antonio en pleine forme (désolé, il me manque) et PAF, tu me le refais mourir à la fin de ton histoire! mais j'y ai cru pendant 8 minutes... pas si mal quand même...
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Salut Chiro. J'ai bien fait de te demander. Je n'ai jamais lu Frédéric Dard (et donc jamais San Antonio non plus).
Tu peux développer en quoi les personnages se ressemblent ? Un peu de culture en ce sens ne me ferait pas de mal, et me donnerait, pourquoi pas, envie de lire l'auteur.
Bien à toi

Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
le commissaire San Antonio, tombeur de ces dames et flic hors du commun à qui tout réussit, secondé par son copain Bérurier, dit l'Hénaurme, le Mahousse, grand bouffeur de flageolets et champion de flatulences toutes catégories...
Frédéric Dard a eu ce don d'inventer des personnages qui l'ont principalement autorisé à faire ce qu'il voulait de la langue française! Faut que tu lises au moins un de ses bouquins pour comprendre ce que tu as raté. mais il en a écrit tellement, que je suis infoutu de t'en conseiller un seul! va donc faire un tour sur ses citations les plus célèbres qui émaillent ses romans. en voici une:
"Il n'existe pratiquement aucune différence entre un Anglais en état d'érection et un Italien impuissant. " et surtout, fais le tour de ses titres! rien que pour eux, ça mérite le voyage: "remets ton slip, gondolier", "mets ton doigt où j'ai mon doigt", "remouille moi la compresse"...allez, amuse toi bien! :=))

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Ah propos de Frédéric Dard, un type qui devait aimer les abeilles probablement ;) Des citations : "Ce n'est pas le poids de son cerveau qui risque de fausser un pèse-lettre !" "Le meilleur moyen de ne pas se cogner sur les doigts en enfonçant un clou, c'est de tenir le manche du marteau à deux mains." "Elle a grossi de vingt ans." "Elle reste sur la réserve comme un chef indien." "Alexandre Dumas, le romancier qui a fait mieux qu'Agatha Cristie, grâce à dix petits nègres."
Désolé Hhl de m'être immiscée dans tes coms ! Comme quoi, Chironimo pourra remarquer que je le lis ..... A + < ceci n'est pas un groupe sanguin, ni un rhésus ;)

Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
bonjour Chan Tal.
Si avec de tels commentaires Bruno ne se met pas à San-Antonio, c'est à désespérer!
O + (ceci est mon groupe sanguin!)

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bonjour Chironimo,
Si il souhaite se mettre à cette lecture. Moi j'ai rien à lui recommander. Non mais, il doit savoir ce qu'il a à faire.
Pour le groupe, il y a bataille !
Tiens de Dard on passe à Jean Yanne "Contrairement à ce qu'on pourrait croire, l'épître n'est pas la femme de l'apôtre."

Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
celle-ci est assez géniale! merci de m'ouvrir les yeux!
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
ben voyons:)
merci Chironimo!

Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Magnifique ! Non, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Ce que je veux dire c'est que ce texte me fait penser au film "Le magnifique" avec Bébel ! Autrement, je n'ai pas de mot plus fort que magnifique pour qualifier ce texte alors je m'abstiens de le qualifier sous peine de le disqualifer, ce que je ne veux, mon neveu. Bravo, Hhl, pour cette satire de la "grande" édition. Sur ce point, nous risquons d'être en concurrence car j'ai soumis une nouvelle à Short dans laquelle je règle mes comptes avec Gallimard et Flammarion. Je croise les doigts pour que le jury la mette en concours. Salut l'artiste ! +1
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
C'est une belle histoire, un écrivain comblé et envahit par son personnage ! bravo !
Image de Bruno Scozzaro
Image de Christiane Willemse
Christiane Willemse · il y a
Un auteur à succès débordé par sa création. J'aime beaucoup ... Et quelle chute!
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Merci Christiane :-). Content que la lecture vous ait plu
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Il y a une ambiance du tonnerre sur ta page \o/
Image de Bruno Scozzaro
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Yes :-)
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une excellente histoire écrite avec beaucoup de passion! Histoire pleine de péripéties où l'auteur arrive à avoir le succès, mais une réussite dont il arrive difficilement à jouir. Il a créé un monstre, SON monstre qu'il doit tuer, mais en ce faisant, il devient un criminel aux yeux de tous ces lecteurs obnubilés par leur personnage favori! C'est alors qu'Euclide devient son némésis! Quelle tragédie! Mon vote! Mes deux œuvres, ÉTÉ EN FLAMMES et BAL POPULAIRE, sont en lice
pour le Grand Prix Été 2016. Je vous invite à venir les soutenir si le cœur
vous en dit, merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est étonnant que vous trouviez cela tragique ^^ sans rien y voir de ce que cet écrit a de salvateur ; mister Keith ^^ Le personnage lui m'a parût "jouir" de son état :-) - "exhulter" est peut être le terme plus juste et le mieux approprié à la situation !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mais, en fin de compte, l'auteur est victime de sa propre création puisque sa vie est maintenant en danger parce qu'il a tué son personnage tant adulé par le public!
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Donc vous voulez dire : "qu'écrire et lire peux tuer !" c'est pourtant une respiration d'écrire et de lire. En fait, la vie, est elle même, le conducteur vers une mort programmée. Peut-être qu'Hhl pourrait vous répondre, je pense que la réponse lui appartient ; après tout c'est lui l'auteur de cette histoire.
Bonne journée Keith

Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup d'avoir partagé vos sentiments sur ce sujet, Chan Tal! Bonne journée!
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une excellente histoire écrite avec beaucoup de passion et de désirs, pleine d'imbroglios et de pérépéties! L'auteur prie et écrit pour atteindre le succès et quand la réussite arrive, il est pris au dépourvu, incapable d'en jouir! Quelle situation paradoxale! L'auteur arrive à créer un monstre, SON monstre, et en le tuant, il devient un criminel dans le vrai sens du mot, car il tue le personage favori de ses lecteurs. Euclide devient donc son némésis! Quelle tragédie! Une morale ici? Il faut faire attention à ce qu'on demande? On risque d'avoir ce qu'on demande? Il faut être prêt à toutes éventualités! Mon vote!
Mes deux œuvres, ÉTÉ EN FLAMMES et BAL POPULAIRE, sont en lice
pour le Grand Prix Été 2016. Je vous invite à venir les soutenir si le cœur
vous en dit, merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire

Image de Bruno Scozzaro
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Excellente histoire! Il nous en faut davantage!
Image de prijgany prijgany
prijgany prijgany · il y a
Excellemment déjanté Hhl. Excellent exercice de jonglage. Il va rennaître Euclide Wallas, comme Jésus.
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Salut Prijgany. Je sais pas si Euclide va renaître, mais en tout cas, cette nouvelle connaît, ma foi, une belle naissance :-).
Image de Gail
Gail · il y a
Fallait pas tuer Euclide Wallas ! Je vote quand même :-)
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
C'est clair, j'ai déclenché un tsunami, là ;-)
Image de Chatsometimes
Chatsometimes · il y a
Pas le courage de lire tous les commentaires à cette heure donc je risque de "copier" quelqu'un : j'aime beaucoup, c'est juste jouissif cet humour :-) Merci;
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Euh, moi non plus, ça fuse depuis hier, c'est incroyable ! Merci d'être passé, et merci aux auteurs du site de faire de cette page un moment de franche rigolade.
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Ouais mais Jojo et moi on attend toujours notre caisse de Champomy (une grosse caisse, bien sûr ! ;o) )
Image de Emma A
Emma A · il y a
Suis jalouse. Faut que j'écrive un texte qui provoque autant de réactions ! Je déteste Euclide !
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Écoute, je dois avouer que je maîtrise plus rien, là (lol).
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Oui moi aussi je suis jaloux! Il y a des textes comme ça qui vous emporte! Franchement celui-là en fait partie, bravo l'artiste!
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Tu as toutes tes chances maintenant qu'il est mort. Écris tes propres aventures, à mon avis ça suffira largement ! ;o)
Image de Emma A
Emma A · il y a
Aie ( :) ). Faut trouver une héroïne à la hauteur...
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Hormis toi, je ne vois pas.
Imagine le titre de ton best-seller "Les génialissimes aventures d'Emma, super nana parce qu'elle le vaut bien !"
T'en pense quoi ?

Image de Emma A
Emma A · il y a
Ben... Claudia elle a vécu ? Non ? Faut trouver autre chose...
Image de Isabelle Lambin
Image de Emma A
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Euh, je suis perdue... Tu veux dire que Claudia Schiffer et mon Euclide... Non ! Je ne peux croire une chose pareille ! :'(
Image de Emma A
Emma A · il y a
Tu crois ? Mais elle aime l'ail alors ? Mais Hhl l'a-t'il confirmé ? Euclide et Claudia ?
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
J'espère qu'elle aime l'ail. Pour Claudia c'est toi qui en a parlé plus haut...
Image de Emma A
Emma A · il y a
Mais non, c'est toi !
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Mais non, tu as écris : "Ben... Claudia elle a vécu ? Non ? Faut trouver autre chose..."
Image de Emma A
Emma A · il y a
Oui oui mais c'est ton slogan "parce qu'elle le vaut bien" qui est à Claudia non ?
Bon, rien à faire, je reste jalouse !

Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Oh, tu sais moi et la pub, ça fait deux, au moins.
Tu vas pas être jalouse d'un mort quand même ! ;o)

Image de André Page
André Page · il y a
Ah ah tu m'avais annoncé quelque chose d'encore plus déjanté et tu avais raison! Un vrai morceau d'anthologie! Avec bien sûr une logique poussée au bout du bout du bout pour ce qui est de la célébrité des aventures d'Euclide, oui tu peux être sûr que Dieu a lu le livre! Un grand bravo donc et un grand merci Hhl!
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Merci d'être passé. Je suis heureux de ne pas t'avoir survendu mon histoire :-).
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Alors là et bien ton texte est tout simplement excellent! Je n'ai pas décroché une seule seconde, c'est divinement écrit avec, ce qui gâche rien, une vraie réflexion sur certains succès qui échappent à l'entendement. Je voterai dix fois si je pouvais!
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Bon, je vais chausser des baskets taille 48 et je reviens :-). Merci pour ton enthousiasme
Image de Emma A
Emma A · il y a
Oui jai plaisanté sur les rots aillés, mais oublié de dire que cette lecture est un délice littéraire...
Image de Emma A
Emma A · il y a
Moi je me demande juste si Euclide mange souvent de l'ail. Parce que, les rots parfumés, je peux pas...
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Quel intérêt de roter sinon, Emma, je te le demande. Il mangeait également du camembert et des oignons crus, Brubru en parle dès le tome 2. Ah t'es pas une fan de la première heure toi ! ;o)
Image de Emma A
Emma A · il y a
Les oignons et le camembert pinard, je peux. L'ail... c'est rédhibitoire...
Image de Mirgar Garrigos
Mirgar Garrigos · il y a
Quelquefois, c'est vrai, on s'interroge sur ces succès de librairie, ces tirages exceptionnels, toute cette médiatisation, cette commercialisation parallèle qui vont dans le sens du poil,pas toujours haut placé..En tous c
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
J'étais pas allé jusque là, en terme d'analyse, mais effectivement, tu as raison
Image de Mirgar Garrigos
Mirgar Garrigos · il y a
(un bug...désolée)en tous cas, voilà une très bonne analyse du système fric dans lequel certaines maisons d'édition trempent...Tout cela bien emballé d'humour comme d'habitude...Bravo ...
Image de de l air
de l air · il y a
Moi je vote si et seulement si Euclide, avant de mourir, a fait un petit qui reprendra le flambeau et qui sauvera, par ses aventures extraordinaires,
la planète d'une troisième guerre mondiale...! Parfois désopilant !

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Qui sait ;-) ? Merci d'être passé(e)
Image de Laroche
Laroche · il y a
Bonjour Hhl. La fascination qu'exerce sur celles et ceux qui ont une écriture "digne" toute écriture putassière demeurera probablement aussi longtemps que l'écriture elle-même, et le mystère de sa réussite tourmentera toujours les auteurs intègres. Comme dans la chanson "Qui a tué Davy Moore ?" ce n'est probablement la faute exclusive de personne et globalement la faute de tous. Mais aussi, pourquoi envoyer un manuscrit chez un éditeur dont la raison sociale est de chercher midi à quatorze heures ?
Amitiés.
Marc

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Fichtre ! Laroche sur une de mes histoires. Je suis tout pantois :-). Et surtout ravi.

Je sais que vous ne courez pas après les commentaires, par ici, mais je suis obligé de mettre le lien vers votre dernier sonnet.

http://short-edition.com/oeuvre/poetik/jouer-la-montre

Allez le lire, c'est du velours.
Merci de votre passage.

Image de Erick Ngongo
Erick Ngongo · il y a
Je pense bien que tu vas le connaitre comme moi départ cette magnifique œuvre c'est Euclide Wallas. Mon vote
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Bonsoir Erick. Je n'ai rien compris au sens de ton commentaire (ça sent le correcteur d'orthographe d'iphone, je me trompe ;-) ? ).
En tout cas, merci pour ton sympathique commentaire

Image de Erick Ngongo
Erick Ngongo · il y a
Rirrrrrrrrrrrrre!!!!!!!
Non, vous avez raison
Sinon c'est un très jolie texte

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Merci pour votre humour. Bien le bonsoir. Et merci
Image de Anna Hoser
Anna Hoser · il y a
du second degré qui sent le vieux rêve... ;-)
en tous cas ça se dévore et ça déchaîne les filles (du site ;-) )

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Ouaip ! Déchaînées, Isa et Joëlle, effectivement (lol). C'est le Champomy ;-). Merci d'avoir dévoré
Image de Chaz'
Chaz' · il y a
Obligé de reprendre mon clavier pour te dire que j'adore. La poésie, ça va deux minutes, là je te retrouve. Du sexe, de la violence, du cynisme, de la boisson sans alcool, presque tout ce que j'aime. Merci!
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Comment, la poésie, c'est pas bien ;-) ?
C'est vrai que je me demande parfois comment j'ai fait pour me passer d'écrire des histoires.
Celle-ci, au risque de passer pour un pédant, purée j'y crois dur comme fer. Je pense que, malgré ses imperfections, c'est ma meilleure nouvelle à ce jour.
Merci d'être passé me lire. De nouveaux textes, de ton côté?

Image de Chaz'
Chaz' · il y a
Je suis d'accord avec toi, excellent texte, un de tes meilleurs, bravo. De mon côté, quelques textes, beaucoup de refus, un peu le ventre mou, là. Juste pour info, reçois tu des notifications quand je publie librement des textes? J'aurais aimé avoir des retours mais je n'ai souvent qu'une dizaine de lecture sur mes textes.
Image de Anthony Degois
Anthony Degois · il y a
Je suis d'accord avec Christian "Pour la chute" d'Euclide Wallas qui se serait cassé gravement la figure dans les escaliers dès le premier tome et n'aurait jamais plus sauvé le monde, ce qui aurait évité tous ces ennuis à l'auteur.
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Écoute, concernant la fin dont tu parles, à savoir Euclide qui meurt à la fin du premier chapitre, j'y avais pensé, mais j'aimais tellement l'idée de ce personnage, que je n'ai pas pu me résoudre à finir aussi vite. Merci en tout cas pour ta venue ;-)
Image de Anthony Degois
Anthony Degois · il y a
Tu as bien raison, il faut bien se faire plaisir et faire plaisir aux lecteurs. Tu le sais peut-être déjà mais on est en concurrence avec nos textes respectifs. Alors bonne chance, voisin.
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Mon vote pour la chute ! Et si Dieu lisait les aventures d'Euclide Wallas ?
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Merci Christian. Heureux que tu sois passé.
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Jojo et moi nous aimerions savoir combien tu paies pour l'animation que l'on met sur ta page, Bruno ;o)
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Haigman a répondu pour moi :-).
Je pensais pas que cette histoire dechainerait les foules comme ça (enfin, Joëlle et toi, surtout -lol-)

Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Ouais mais nous on est un peu barge et c'est foutu, les médecins ont jeté l'éponge. On ne peut plus rien pour nous, enfin surtout pour Joëlle, moi je marche encore à peu près droit.
Image de Haigman
Haigman · il y a
En caisses de champomy ? lollll
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Uniquement si c'est à la framboise ou alors du Synthol. Les négociations vont être rudes ! ;o)
Image de Malice
Malice · il y a
Très belle découverte ! +1
Image de Bruno Scozzaro
Image de Haigman
Haigman · il y a
Ca me rappelle un bouquin de King (non, pas vous ... pas encore) ... Tout ça parce qu'il n'y avait pas de Glenfiddich mais du champomy ....
Ne vous inquietez pas pour dieu, il ne lit plus depuis longtemps ...

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Je suis pas si sûr, pour dieu :-).
Merci du passage

Image de Br'rn
Br'rn · il y a
Merde, moi qui comptait sur le vote de Dieu pour l'ensemble de mon œuvre ! Il ne lit plus ? C'est sûr ?
Image de Haigman
Haigman · il y a
Il vaut peut-être mieux tenter .... le diable ;-)
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
Grandiose ! On dirait un SAS écrit par Guillaume Lévy ou Marc Musso, (je les confonds toujours).
Par contre j'ai peur que ce soit trop intello pour Luc Besson. Ca fait trop de lignes pour un scénar Europa Corp.
Saint Thol, priez pour nous, Bruno est reviendu et il est pas content.
Nous, oui...

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
SAS écrit par Levy (mdr). T'as de ces formules, toi.
Merci pour ta bienveillance.

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Ça a l'air bien inspirant le champomy framboise ;-) j'ai beaucoup aimé ta nouvelle. C'est fluide et rythmé. Me vient la furieuse envie de goûter au champomy maintenant, c'est malin ;-)
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Merci Sandrine ;-). Pour le Champomy, c'est à tes risques et périls (lol)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'ai deux nouvelles, une bonne et une mauvaise : Luc Besson adore, ça c'est la bonne. La mauvaise, c'est que Jason Statham n'a pas eu le rôle et veut te casser la gueule. Va falloir que tu te mettes au Synthol ! ^^
Superbement écrit, même si j'ai un bémol sur la fin un peu prévisible. Sauf s'il s'en sort ? Qui sait. A lire dans le tome II ! ;-)

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Salut la miss. Merci d'être passée. Concernant la fin, j'en ai écrit pas mal avant d'arriver à celle-ci. Je me suis planté dans le copié / collé de mon texte, le début renvoie (normalement) beaucoup plus à la fin. Il manque qu'une toute petite ligne (la deuxième phrase en fait).
Sinon, malgré les imperfections (j'en ai répéré quelques unes -des répétitions, notamment-), je dois avouer que je suis plutôt content du résultat. Et c'est pas vraiment mon genre de faire de l'autosatisfaction primaire, ou alors en second degré ;-). Bonne nuit

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Le déroulé de l'histoire est absolument taillé au cordeau. Mais c'est vrai qu'il est difficile d'oublier Stephen King. ;-)
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Ah merci ! Merci ! Merciiiiii ! Bon sang enfin une nana qui a eu le courage de rendre justice ! Tuer Euclide, quelle honte ! Quelle invraisemblance ! Quelle injustice ! Eucliiiiiiide revient !!! :'((((
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Pfiou. Isabelle déchaînée :-).
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Oui enfin ! J'ai mis du temps à virer ces chaînes mais piou ça fait du bien ! ;o)
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Encore une hystérique : cesse de brailler, Isa, tu me (tu NOUS) casses les oreilles (Et je suis polie !)
;-)

Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Mais grrrrrr !!!! Il faut comprendre aussi !! Punaise 10 ans que je me réveille dans les bras d'Euclide, que je bouffe du pain au Nutella au petit déj car il est dingue de ça, que je m'entraîne à roter aussi fort que lui, que je dessine des petits cœurs avec la phrase "Je t'aime mon Euclide" sur le pq !!! Et là, Brubru fout tout en l'air !! Ah quoi je vais rêver moi maintenant le soir dans mon pyjama rose pilou-pilou ? Hein, t'y as pensé à ça ?! Bah non !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Les petites c... de ton espèce qui n'ont pas le courage de tuer elle-même leur rêve (frelaté) ne manquent jamais de s'en trouver un autre et de nous faire ch... avec leurs râles énamourés. Sors de ton pilou rose (ça fait longtemps que je voulais te dire que le rose c'est pas ta couleur et que le pilou te donne un air mémère ! Et tu sais quoi ? une mémère qui dessine des petits cœurs etc... ça fait rigoler tout le quartier !
N'arrête pas ta lecture avec cette moue de dédain outragé : je n'ai pas fini de te dire ce que j'ai sur le coeur ! Le Nutella te fabrique du bide pendant que ton foie proteste en te collant un teint jaunasse (qui jure, soit dit en passant avec le pilou rose !) Quant à tes rôts qui ébranlent tout notre immeuble, il a été l'objet d'une pétition dont tu vas d'ici peu entendre parler ! Sans compter que tu ne te contentes pas d'évacuer bruyamment par le haut : nous savons tous, même si c'est encore discret par manque d'entrainement, que tu es en train de t'essayer au "lâcher de caisse" comme le dit si élégamment, ton "brubru". Or, les pollutions sonores et olfactives, ON N'EN VEUT PLUS. En bref : redeviens l'Isa discrète et sympa que nous connaissions et appréciions ou bien... DEGAGE !
Non mais !...
;-) ;-) ;-)

Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Dis donc la mamie du 5ème, elle va se calmer sinon son petit chien je vais en faire de la chair à saucisse. Et si tu veux tout savoir, tes odeurs de soupe aux choux on en peut plus ! Si je te dérange tant que ça, reprends tes bigoudis et ton dentier et va voir ailleurs si j'y suis. Il y a du monde qui lorgne sur ton appartement et ça commence un faire un peu long. Et n'oublie pas tes dictionnaires !!!
Ils se croient vraiment tout permis ces p'tits vieux !
:oP ;o)

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Oups... il faut que je me calme... que je me calme... que je respire et je me calme...
Nom de Zeus, J'y arrive pas ! Grrrr... Devine ce qu'elle te dit, la petite vieille : et c'est pas dans ses dictionnaires ! Et ne t'avise pas à toucher à mon petit chien, sinon ton minou va terminer dans un de ces civets dont j'ai le secret !
Je me calme... je me calme... je respire et je me calme...
Et je me sauve avant de...

Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Mamamaouuuuuu ! Laisse mon chat tranquille si tu ne veux pas qu'il t'arrache les yeux ! ...
J'ai fait lire nos échanges à ma fille et elle nous traite de gamines donc il te reste encore de l'espoir. L'espoir c'est déjà bien même si dans ton cas ça ne suffira pas... ;o)
Puis tu as de la chance car au fond, je les aime bien moi les p'tites vieilles.... avec une bonne sauce soubise ça t'émoustille le palais, un régal ! ;o)

Image de Joëlle Brethes
Image de Bruno Scozzaro
Image de Jean Calbrix
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Joëlle c'était mon commentaire ça ! Flûte (de Champomy framboise) il va falloir que je trouve autre chose ! ;o)
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
T'es en forme, à ce que je vois ;-)
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Toujours mais la vraie question reste en forme de quoi ?
Image de Emma A
Emma A · il y a
De bouteille de champomy aux kiwis saveur crème de marron vanillée. Très belle bouteille aux formes harmonieuses et sexy.collector... J'ai lu dans Voici qu'Euclide avait bu dix bouteilles de ce cru juste avant d'être assassiné...
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Oh mais ouiiiiii, tu as raison Emma j'ai lu la même chose ! Je fonce à la supérette du coin m'acheter ces fameuses bouteilles (arf saint patron des bouteilles de Champomy faites qu'il y en ait encore dix !! ) puis zou, la maison, le pyjama rose pilou-pilou (m'en fiche de ce qu'elle peut bien dire la mamie du cinquième à ce sujet) et soirée Champomy avec les dix roman de mon Euclide chéri d'amour ! Tu peux passer si ça te tente Emma mais ramène tes bouteilles :o)
Image de Emma A
Emma A · il y a
Ok mais on garde une bouteille pour la mamie du cinquième hein ?
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Toi au moins t'es une copine, Emma ! :-)
Je me retiens pour ne pas répondre de choses désobligeantes à la mégère du dessous !

Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Pfffffffffff..... bon ok mais tu crois vraiment que le Champomy framboise se marie bien avec de la mamie ? J'avais plutôt penser à un bon gros rouge qui râpe ;o)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Vous devriez reprendre la lecture de JeanXXIII ; bien qu'il soit mort, ça vous ferait le plus grand bien ! Le Champomy n'existait pas à l'époque ; pfffffffffff............... Paix à son âme comme à la vôtre ! Peut-être trinquerez vous un jour avec lui ; qui sait ?!
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Pourquoi Jean XXIII ne prêchait que pour le rouge ? Comme vous le dîtes si bien, c'est qu'il ne connaissait pas le Champomy framboise. Pour ce qui est de trinquer avec lui, je pense avoir grillé toutes mes chances après être tombée amoureuse d'Euclide et de ses somptueux rototos ;o)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Non non, Jean XXIII, est né à l'époque du noir et blanc ; et restera pour vous un mystère, aucun rapport avec le rouge, mais c'est une autre histoire..... ! <]:oD - \o/
Dont acte !
P.S. : vous êtes amoureuse d'Euclide et lui l'est-il de vous ?! Peut-être, qui sait ?!

Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Jean XXIII voyait la vie en noir et blanc ! C'est triste, triste, triste... Il rotait bien au moins ?
Euclide est moooooooort !!! Vilain Hhl ! :'(

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Voilà, vous n'avez pas compris mais ce n'est pas grave... Je trouve la fin de vôtre commentaire et le mot "vilain" très puérils ! Sérieusement, vous ne trouvez pas qu'il y a des choses bien plus graves que le fait de rôter ?! Moi si ; mais moi, ce n'est pas vous ! Oyez oyez bonnes gens !!
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Merci pour l'info, parfois j'ai tendance à l'oublier. Je note ça peut toujours servir.
Image de Br'rn
Br'rn · il y a
Mon Dieu, cette abominable révélation que l'inspiration se trouverait au fond des bouteilles de Champomy Framboise !!! Du coup j'ai hésité à voter, j'aurai préféré des boites de crème de marron, si tu veux bien tout réécrire...
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
J'aime pas la crème de marron ;-). Merci d'être passé
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Nan, pas possible, la crème de marron est réservée à mon ardéchois et à moi sa petite caille plumée ! ;o)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bravo, la fin me fait penser à "Misery" de King.
Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Ah ! J'y ai pensé, à Misery, j'avais même écrit une première fin dans le style, en me rendant compte, après coup, du plagiat éhonté (lol).
Merci pour ton passage

Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Eucliiiiiiide !!!!
Image de Bruno Scozzaro
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Génial, tendre et attachant ; ton Euclide Wallas ! M'étonne pas qu'il se soit fait descendre... Bon Dieu, deux morts pour un héros !
Une parenthèse d'humour sur la question, sur ce qui ce serait passé après les rots ?! J'imagine, peut être bien, UN : "En voiture, s'il vous plaît [...]" :-D)))
Toucher le point sensible, c'est pas donné à tout le monde mais c'est ce qui nous fait être bien vivant et aller de l'avant ;-)
En parallèle et en clin d'œil, tu touches avec "Capillotracté" ; un mot, qui à mon avis appartient, un peu ... beaucoup, à la plage de l'émission du fameux Maître Capelovici ;-)
Trop bon ! Donc, un vote avant commentaire et en premier lieu dans le nourrain ;-)

Image de Bruno Scozzaro
Bruno Scozzaro · il y a
Merci Chantal, pour ce commentaire bien étayé :-)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est clair, puisque j'aime ton texte :-) Merci bien à toi !

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Les lacets rose fluo

Doria Lescure

Lorsqu’elle ouvrait son placard à chaussures, Elisa-Rose avait l’embarras du choix. Escarpins vertigineux, sandales colorées, nu-pieds compensés à lanières bijoux, derbys façon croco, et... [+]