41 lectures

11

Je me réveille en sursaut persuadée que quelque chose ne va pas. Hélas j’ai raison. Il est 00h00 au réveil, l’I Phone est déchargé, il y a certainement eu une panne de courant cette nuit. Le temps de fouiller le tiroir de la table de nuit pour trouver la montre que je ne porte quasiment plus (quel intérêt quand on a un smartphone ?) je découvre qu’il est 08h26. Donc que je suis très en retard. Tant pis.

08h32

Benjamin refuse de se lever : « J’ai mal au ventre ! » Je soupçonne que ces douleurs abdominales viennent du devoir qu’il n’a pas réussi à finir hier soir (et moi non plus, ces histoires d’ensembles et sous ensembles me dépassent). Je préfère donc les ignorer et persuader mon fils que de toute façon, ce n’est pas grave, d’ailleurs il n’a pas de fièvre. « Allez, tu t’habilles vite, maman est très en retard ! »

8h46

Benjamin a renversé son bol de cacao (froid, pas le temps de le faire chauffer) sur mon chemisier. Je n’ai plus qu’à en changer. Tant pis.

8h55

La voiture refuse de démarrer. Normal, elle non plus ne s’est pas rechargée. J’insulte intérieurement et les constructeurs et EDF. Il va falloir prendre le bus. Il pleut. Et Benjamin ne veut pas échanger ses super sandalettes toutes neuves contre ses « vieilles baskets moisies » (où a-t-il apprit ce mot-là ? mystère). Retour dans la chambre, attraper des chaussettes (enfin 2 chaussettes au hasard qui ne sont pas exactement de la même couleur) et négocier avec le petit un dîner au Mac Do contre le port des baskets « moisies ».

9h12

Benjamin monte dans le bus à destination de l’école. Moi je dois changer de trottoir pour attraper l’autre bus qui part en sens inverse. Juste avant d’arriver à l’arrêt mon talon se coince dans une plaque d’égouts. Evidemment il casse. Je trottine péniblement jusqu’à la maison, il ne s’agirait pas que je me torde la cheville, la journée est bien assez « moisie » comme ça.

Re-chambre, re-tiroir, re-chaussettes dépareillées (est-ce que la machine les mange ?) enfiler ma propre paire de baskets. Je suis en jupe, ça ne va pas avec, tant pis.

10h00

Enfin au boulot !

10h05

Je viens de croiser mon boss qui me demande où sont les plaquettes que je devais aller chercher à l’imprimerie. Comme elles y sont toujours, je baisse la tête dans mes dossiers, en murmurant « Mais où est-ce que je les ai mises ? ». Il soupire, regarde mes baskets et mes chaussettes (une bleue, une verte) de travers, puis me tourne le dos, blasé. Dès qu’il a regagné son bureau j’appelle l’imprimeur pour qu’on me les fasse livrer. Ce n’est pas donné mais je n’ai pas le choix : aller à l’autre bout de la ville et en revenir me prendrait le reste de la matinée.

10h27

L’institutrice de Benjamin me houspille au téléphone. « Non seulement votre fils est arrivé en retard mais en plus il est malade ! Il a vomi sur un de ses camarades. Nous l’avons mis à l’infirmerie, venez le chercher ! ». Je commence à me sentir vaguement nauséeuse aussi. Tant pis.

11h12

Le livreur en scooter n’a pas été très discret. Je me suis fait prendre la main dans le sac. Mon boss fait un « Tss tss » de très mauvais augure. J’en profite pour lui annoncer que je m’en vais sur le champ récupérer mon fils pour l’emmener chez le médecin. « Ah il est malade ?» Je réprime difficilement l’envie de lui répondre « Non, couillon, il va très bien c’est pour ça qu’on va aller chez le toubib ! ». A la place je lui fait mon sourire le plus contraint : « Je vous envoie le certificat médical par mail. ». Il a la bonne idée de ne pas en rajouter « Ça ira comme ça. » Je veux, que ça ira !

12h07

Je me fait sermonner par l’infirmière scolaire.

12h08

Je regarde fixement la porte de l’infirmerie. Je ne vais pas tarder à vomir aussi. J’essaye de toutes mes forces d’éviter de le faire sur ses crocs. Je n’y parviens pas. Tant pis.

12h55

Le cabinet médical est fermé.

12h15

Benjamin veut aller au Mac Do. « Tu m’avais promis ! » J’imagine déjà le désastre : mon fils qui vomit dans la piscine de ballons. Donc je lui dit « Non. » Il boude. Tant pis.

Nous nous installons au café du coin, avec deux vittel-menthe. Je calcule mentalement le temps qu’il me faudrait pour atteindre les toilettes en cas d’urgence.

12h20

Mon calcul était juste, mais les toilettes hélas bouchées. Le cafetier m’insulte. Je ne me donne pas la peine de lui répondre qu’au minimum un panneau « hors service » était de mise. Nous sortons de son boui-boui sous les rires goguenards des quelques clients qui eux savaient que c’était bouché.

13h30

Il y a déjà 14 personnes chez le médecin. Comment ont-ils fait pour être là avant nous ? mystère. Quand j’entends les gargouillis gênés et leurs commentaires, je me dis que je ne vais pas être la seule maman en arrêt cette semaine...

17h15

Nous sortons de chez le médecin. La pharmacie est en rupture de stock de lopéramide. « Vous comprenez, il y a une épidémie de gastroentérite ». Ah bon, je n’avais pas remarqué...

17h50

Devant la maison je m’aperçois en cherchant les clés dans mon sac qu’elles n’y sont pas. Je vois très bien où je les ai laissées : dans le vide-poches dans l’entrée. Je ne peux même pas appeler un serrurier. Alors je tourne autour de la maison pour trouver une fenêtre que je puisse casser.

18h05

La police me demande ce que je fais avec une pioche à la main devant ma porte d’entrée. C’est la voisine qui les a appelés. Nous sommes brouillées à cause d’une histoire de déjections canines. Son chien Pamplemousse (quel nom pour un chien !) adore se soulager sur ma pelouse, le problème c’est qu’elle ne ramasse jamais. Alors un matin elle a retrouvé les « petits cadeaux » de son cocker étalés dans ses rosiers. Depuis elle m’en veut. Et jusque-là je m’en fichais.



18h07

J’explique la situation aux deux pandores que ça a l’air d’amuser. L’un d’eux a la bonté d’appeler son beau-frère, qui est serrurier. La police municipale fait un bond dans mon estime.

18h35

« Maman caca ! ».

18h43

Le serrurier arrive enfin.

18h47

« Maman trop tard ! »

19h30

Après avoir lavé-couché-bordé Benjamin et fourré les vêtements souillés dans la machine à laver je consulte mon répondeur. 8 messages. De mon ex. Il est furieux, il était passé prendre Benjamin à l’école pour l’emmener goûter chez sa mamie, mais à la sortie, pas de Benjamin. Il n’a visiblement pas jugé utile d’aller se renseigner auprès de l’institutrice. La mort dans l’âme je le rappelle. « Est-ce que tu peux m’expliquer ce que c’est que ce bordel ?! » Oui je peux. D’ailleurs je le fais. « Ah, il est malade ? » Là encore j’ai des envies d’insulter. Je n’ajoute pas que moi aussi, je suis malade, je sais très bien qu’il s’en fiche, voire que ça va l’amuser.

20h15

Je vais me coucher. Comme je suis très fatiguée, j’oublie de brancher mon I Phone. La voiture aussi. Je n’ai pas non plus envoyé la copie de l’arrêt maladie à mon boss...Tant pis.
11

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
https://www.youtube.com/watch?v=zGyThu7EAHQ
On ajoute en exposant une maman célibataire

·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Exactement !
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Un bel échantillonnage d'une JDM , avec beaucoup d'humour et d'auto-dérision... bravo !
·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Merci beaucoup. Bonne journée à vous.
·
Image de Mod
Mod · il y a
Ouh là là ! N'y avait-il pas une grand-mère dans le coin ? (j'en suis une...)
·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Justement, il devait aller goûter chez sa mère-grand. Mais il n'a pas pu. Il ne s'agirait pas de lui refiler sa gastroentérite... Merci d'être passée et bonne soirée.
·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
A l'occasion, pensez à faire une petite sœur à Benjamin.
😉

·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Heureusement pour moi tout ceci est une fiction, jamais mariée, pas d'enfants...
·
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
D'où votre talent d'écrivain !!!
·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Merci beaucoup beaucoup, ça fait plaisir !
·
Image de Lou-Anne
Lou-Anne · il y a
tranches de vie quotidienne sublimées par la rythmique saccadée du tic tac d'une implacable horloge: un petit chef d'oeuvre plein d'humour...
·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Merci à vous ;-)
·
Image de Lou-Anne
Lou-Anne · il y a
merci à vous de m'avoir involontairement invitée sur votre page... Une fort belle découverte ( Je garde par devers moi vos récits d'héroïc fantasy pour ma soirée solitaire. Mais je m'en vais butiner les petits trésors que vous m'avez trop longtemps cachés...
·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Je vous en prie faites, vous êtes la bienvenue !
·
Image de Lou-Anne
Lou-Anne · il y a
merci infiniment, votre gentillesse me touche...
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Un style métonymique percutant qui nous enchaîne au temps qui passe, inexorablement, et nous entraîne dans un burn out et nu surmenage ! Une journée comme celle-là mérite un an de repos ! J'aime beaucoup ! Puis-je vous inviter sous mon ciel qui se noie ?
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-ciel-se-noie

·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Merci Félix, je viens de passer, j'ai laissé un petit mot, et mes voix :-)
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Merci beaucoup Alraune !
·
Image de Alex CROW
Alex CROW · il y a
Mince alors !
Retraité sans enfant et de santé solide, je compatis.
Une "belle" histoire très bien écrite.
JDM parfois ça va encore, VDM tous les jours ...

·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Point trop n'en faut ! Une journée comme ça de temps en temps, ça suffit amplement (PS : c'est une fiction, heureusement pour moi !)
·
Image de Alex CROW
Alex CROW · il y a
Fiction ouf ! Point d'affliction donc.
:-)

·
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Ouf ! Quelle vie stressante ! Faudrait peut-être décompresser ! Et en plus, c'est tout à fait réaliste !
·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Disons que c'est un condensé, ce qui donne une "vraie" JDM.
·
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Ce texte sur les contingences du quotidien qui n en finissent pas est très bien construit... on s y croirait...
·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Merci ;)
·
Image de alberto
alberto · il y a
Alraune, vous lire c'est un grand plaisir. Cette chronique d'une journée NON, vécue par une mère+seule+fils est d'une beauté tragi-comique. Bravissimo!
·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Merci beaucoup, contente que cela vous ai plu :)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Le grand saule est tombé cette nuit, terrassé par la foudre. J’aime à croire que ce n’est pas un hasard. Adolescente c’est dans son ombre que je me faisais rêver. Les pieds dans...

Du même thème