6
min

Toc Toc Docteur.

14 lectures

0

- 'trez !
- Bonjour Docteur.
- Qu'est-ce qui vous amène ?
- Et bien voilà, pas grand chose en fait, trois fois rien même, mais j'ai préféré venir au plus tôt, comme qui dirait avant que ça n'empire. Ce que j'ai c'est que je flatule. Je flatule en abondance même parfois, et c'est incommodant, vous en conviendrez. Alors la plupart du temps c'est inodore hein, heureusement d'ailleurs, mais par contre c'est relativement bruyant, ce qui gène quand même, en société. Oh ce n'est pas que je sorte ou que je fréquente, m'enfin même dans le bus on a sa dignité, n'est-ce pas ?
- Hmmm, 'seyez-vous.
- Oui merci, alors voilà j'ai des gaz en somme. Et pas des gaz rares ! Oh vous savez Docteur il faut bien rire un peu, la vie est si dure. C'est la crise, peut-être même pour vous Docteur ? Alors c'est pour ça que je mange surtout des légumes, la viande est si chère !
- Moui, moui, je vois, je vois, déshabillez-vous.

Le médecin n'avait pas encore levé les yeux de son bureau où il semblait happé par des feuillets qui passaient et repassaient entre ses doigts. Il offrait à voir une très belle calvitie ouvrant sur un front aux grandes rides régulières, et on devinait au bout de son nez franc une paire de lunettes à la limite de l'équilibre.

- Comme je vous disais, j'ai presque arrêté la viande, et c'est depuis lors que je flatule, disons, à outrance. Ça volcanise et ça érupte. Alors bon, je me dis comme ça qu'il y a peut-être un lien entre les végétaux et ces gaz, parce que faut bien dire que les légumes en hiver c'est surtout des choux quoi.
- Hmm, Hmm, 'longez-vous, vais ausculter.
- Ah oui très bien, je vous attends Docteur.

Le patient était allongé sur le lit qui était en réalité une table d'examen. Il n'avait gardé que son slip, et commençait à trouver la température de la pièce un peu fraîche. Il espérait que l'examen ne durerait pas trop. Le médecin se leva sans redresser la tête, se dirigea vers le patient et lui tâta les amygdales, lui ausculta les oreilles et finit par prendre sa tension sans lui adresser un regard, ce qui dénotait d'ailleurs une très certaine dextérité.

- Alors Docteur ? C'est grave ?
- Vous ne croyez pas si bien dire !
- Ce n'est pas qu'une question de légumes ?
- Mais mon pauvre ami ! Comment les légumes pourraient-ils vous nuire ? Les légumes c'est bon pour la santé ! C'est comme la viande ! C'est comme le lait !
- Justement comme je vous disais, je ne mange plus de viande.
- Comment ?! Plus de viande ?! Mais grand dieu quelle est cette lubie ? Plus de viande vous êtes sûr ?
- Ah oui, c'est moi qui ne mange pas alors je suis sûr !
- Plus du tout ?
- Ah bin quand même ça peut arriver, tenez l'autre jour en mâchant ma salade je me suis mordu la langue, j'ai saigné, on peut presque dire que j'ai mangé de la viande non ?
- Anthropophage ? Mais c'est gravissime pauvre bougre ! Il est résolument interdit de manger de la chair humaine, même la sienne ! Pas étonnant que vous souffriez le martyr !
- Non mais je ne souffre pas tant que ça, voyez, enfin là j'ai un peu froid, sauf votre respect bien sûr, mais sinon ce sont surtout des flatulences, ça picote un peu quand ça sort en trombe mais de là à souffrir, quand même...
- Allons, allons ! Ne faites donc pas le valeureux, le fier à gaz, pardon, le fier à bras, je comprends votre souffrance, et n'ayez crainte, je suis là pour vous soulager. Mais d'abord il va falloir être raisonnable et manger de la viande.
- Je veux bien Docteur, mais c'est qui qui paye ? Parce que moi niveau finance, c'est la crise !
- Oui, oui, bien sûr, aux cèpes ou aux morilles, après ça dépend de votre goût personnel, mais ça n'influe pas sur le traitement.
- Ah j'ai un traitement alors ? Donc je suis malade ?
- Et pardi que vous êtes malade ! Il me demande s'il est malade ! Mais vous êtes devenu cannibale Monsieur, et c'est très grave ! Seul la déontologie du secret professionnel vous garde encore de la maréchaussée, mais vous n'êtes pas loin du cachot si vous vous entêtez à manger vos semblables.
- Ah mais non, je crois qu'on s'est mal compris...
- Tout à fait et je ne dis pas autre chose d'ailleurs. Bon, et du lait vous en buvez ? De vache hein, bien entendu ! Il va me dire qu'il boit du lait de femme si je laisse faire !
- Ah non le lait je suis allergique, je le digère mal, très mal, alors là ce ne sont plus des gaz inodores, au contraire, mais moins sonores en contrepartie. D'ailleurs vous avez remarqué, Docteur, comment souvent les pets silencieux sont pestilentiels ?
- Voui, voui, je vois, faites A ?
- Aaaaahhhh.
- C'est cela oui, alors donc combien de lait vous buvez en moyenne, disons par semaine ?
- Oh bin je dirais qu'en moyenne je n'en bois pas une goutte, d'ailleurs je ne mange pas de fromage ni de yaourt, pareil, ça me file des aigreurs, et alors vous verriez l'odeur...!
- Je vois, je vois, nous disions donc pas de viande et pas de lait... pas de lait ?! Mais êtes-vous bien sérieux Monsieur ? Pas de produits laitiers ? Hmm... êtes-vous français Monsieur ?
- Ah oui ! Et de génération en génération même.
- Donc vous n'avez même pas l'excuse d'être de culture subalterne. Alors bon, mon vieux, il faut vous reprendre, soyez raisonnable. Alimentez-vous convenablement. C'est quand même pas compliqué de manger un steak et du fromage, si ?
- Compliqué non, mais onéreux pardi ! Et je le trouve où l'argent ?
- Vous avez tout compris, il va falloir garder la chambre !
- Mais qu'est-ce que j'ai au juste Docteur ?
- Exactement ! Et c'est assez grave je ne vous le cache pas. Vous buvez ?
- Oh à peine, comme tout le monde, une goutte pour les fêtes pour faire passer la cuisine de ma Tata. Je l'aime bien Tatie mais elle n'a jamais vraiment su cuisiner, je crois qu'elle réfute le temps de cuisson parce qu'elle le confond avec le droit de cuissage, alors vous voyez hein ? Je profiterais bien des fêtes pour manger un peu de protéines mais la pintade crue, même avec des marrons c'est coton !
- De la pintade au thon ? Elle ne sucre pas un peu les fraises votre mamie ? Et d'ailleurs le poisson, vous le mangez le poisson ?
- C'est Tatie, Docteur, mais ça ne fait rien, pour le poisson c'est pareil, je n'ai rien contre, ce n'est pas idéologique, c'est plus comme qui dirait mon banquier qui m'a déconseillé tous ces produits. C'est du luxe de manger aujourd'hui ! Surtout si on ne veux pas avaler trop de saloperies. Vous savez moi les protéines je veux bien, mais avec tout ce qu'ils rajoutent dedans qu'on sait même pas ce que c'est, moi je dis toujours : méfie ! Méfie de tout ! Parce que vous vous allez me donner des antibiotiques pour me soigner que je mange pas de viande, mais que si j'avais mangé de la viande j'aurais déjà eu les antibiotiques, alors j'aurais peut-être été déjà soigné, mais peut-être aussi que je deviendrais résistant au remède, alors allez savoir ce qu'il faut faire ? C'est comme dans le vin, vous avez vu ce qu'ils y mettent dans le vin ? Moi boire je voudrais bien, mais si c'est pour avoir mal à la tête en plus du ventre on ne s'en sort plus !
- Tout à fait, donc je note buveur régulier.
- Mais non pas du tout !
- C'est cela oui. Bien ! Récapitulons ! Vous êtes malade Monsieur, et je ne vous cache pas que ce soit sérieux, mais vous m'avez l'air d'un gaillard, et de bonne volonté en plus. Alors voici ce que vous allez faire : vous allez manger de la viande, j'ai bien compris que vous n'aimiez pas ça mais forcez vous un peu, variez les recettes, un jour la pintade, un jour les marrons, et puis il y a la charcuterie aussi, faites un effort, il y a bien de la pistache dans la mortadelle, alors ? Ils n'en font pas des efforts les charcutiers ? Allez demander à votre Mamie, elle a bien du courage de supporter vos fantaisies cette brave dame. Et arrêtez de grelotter c'est très inconvenant.
- Pardon, Docteur.
- Ensuite, les jours où vous ne mangez pas de viande vous pouvez manger du poisson, un bon Tilapia chinois, ce n'est pas cher et vous avez les antibiotiques pour le même prix, comme ça je ne les mets pas sur l'ordonnance, vous n'ignorez pas le trou de la Sécurité Sociale ? Vous n'avez pas envie de le creuser ? N'êtes pas un mauvais bougre ? Bon et puis le matin il faut boire du lait, c'est très important ça ! Ou alors mangez du fromage au moins ! Il faut penser à nos éleveurs, si on ne leur achète rien comment vivront-ils ? Et moins ils vendent, plus ils vendent cher, pensez-y ! Quant à votre maladie je vais devoir vous faire passer une batterie de test. Alors vous irez d'abord voir le psychiatre de ma part, parce qu'à mon avis c'est dans votre tête tout ça. Et puis l'ophtalmo aussi, si ça se trouve vous n'y voyez pas clair et vous ne savez pas vraiment ce que vous mangez ! Ensuite on fera un bilan sanguin, et si on trouve un autre groupe sanguin que le votre... vous risquez d'être coffré pour anthropophagie, alors calmez un peu vos lubies que diable ! Regardez-vous, mais vous avez une mine épouvantable en fait ! Vous tremblotez et vous êtes tout congestionné !
- Mais, Docteur, moi je venais pour des flatulences, des gaz, des pets, des...

PROUUUUTTTTTTTTTTTTT !!!

- Quel est ce barouf de tous les diables ? Vous avez entendu ? Je reconnaîtrais ce bruit entre mille, c'est une attaque aérienne ! La guerre recommence mon vieux ! Tous aux abris !

Le médecin plongea sous son bureau, il braillait dans son stéthoscope au moyen duquel il tentait d'entrer en contact radio avec l'arrière-garde pour recevoir les consignes du commandement, malheureusement la communication était très mauvaise.
Le patient se rhabilla en claquant des dents, laissa un peu de monnaie et sortit du cabinet. Il se sentait mieux après cette visite chez le médecin, et pourtant il était très malade !
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,