Tjukurrpa

il y a
4 min
155
lectures
62
Qualifié

Parfois, quelques mots, quelques lignes vous accompagnent, vous encouragent une vie entière. J'espère que la petite musique de mes mots, elle, vous transportera quelques minutes.

Image de Portez haut les couleurs ! - 2022
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Peter est assis dans la tribune officielle américaine. La délégation australienne l'ignorait toujours. Son excommunication de la communauté sportive, 32 ans plus tôt, restait totale. Pourtant, les performances passées de l'athlète qu'il avait été, les qualités de l'homme avaient construit un modèle. Peter Norman habitait encore les souvenirs. Beaucoup de jeunes sportifs s'en réclamaient. C'est à la faveur de l'un de ses admirateurs, un sprinter américain, qu'il devait sa présence ici, aux côtés des officiels.
Les poings noirs gantés, brandis avec colère et résolution par Carlos et Smith, le badge de l'Olympic Project for Human Right épinglé sur la poitrine de Peter, inscrivirent les chapitres d'une mythologie moderne. L'Olympe bannissait cependant ses héros. Comment oublier l'affront de 1968 à Mexico?
Peter regarde la piste et les observe toutes. Chacune est en place pour la finale du 400 mètres.
Il se concentre sur Cathy. Un coup de théâtre survenu quelques jours avant a changé la donne. L'adversaire la plus à craindre pour Cathy, Marie-José Perec, a craqué. Sa fuite agrémente la presse sportive de cette pincée de scandale propre aux revues de salle d'attente. Cathy secoue ses jambes, ses bras au rythme de ses inspirations et expirations. La cohérence cardiaque s'installe. Moulée, de la tête aux pieds, dans sa combinaison blanche et verte, elle s'isole comme le ferait le chevalier dans son armure, avant son fatal combat.
La clameur du Stadium Australia, qui transpire de la moiteur des 110 000 spectateurs, vrombit, gronde. On scande son prénom dans une frénésie populaire.
Cathy balance sa tête, de droite à gauche. Sa bouche s'assèche. Elle réajuste sa tenue, couvre ses oreilles.
Le sang frappe ses tempes et son cœur, sa poitrine. Tout à coup, le silence se fait, solennel. Seuls les déclencheurs des appareils photo crépitent comme des milliers de brindilles que l'on casse.
Les encouragements donnés par Peter, la veille, au téléphone, lui reviennent dans une fulgurance en même temps que la détonation du départ.
«Ils t'ont choisi TOI. TOI, pour allumer la flamme. TOI, l'aborigène! La noire! Tu es leur symbole! Leur caution politique. La reconnaissance de ton histoire, la réconciliation avec tout un peuple, ce sera ça TA victoire! Tu t'es construite dans un monde blanc, pour les blancs et tu vas gagner pour ouvrir une nouvelle ère!
Cette flamme que tu as allumée, c'est le cœur des aborigènes! C'est ton cœur!
Si tu ne gagnes pas, le symbole sera englouti, oublié. Comme toi, je me suis battu. J'en ai payé le prix. La victoire est là! Demain, tu auras l'or autour du cou.»

10 secondes au chrono...
La clameur l'assourdit. Elle accorde le balancement de ses bras, allège le poids de ses jambes. Les pointes de ses chaussures griffent la piste. L'impulsion est donnée.

20 secondes...
Elle n'entend plus rien. Tout est en tension et relâché à la fois. Dans l'amplitude de chaque mouvement, elle absorbe le temps, l'espace. Son corps devient mille corps. Elle ne court plus seule. Ils sont tous là. Son sang coule dans mille veines, celles d'un peuple sacrifié. Elle s'unit aux esprits ancestraux, aux forces du pays au sable rouge et brûlant que jamais la pluie ne bénit. Elle s'unit à sa grand-mère encore enfant, enlevée à sa famille. Elle hait ces gouvernements australiens qui des siècles durant, ont tout anéanti. Elle pleure la douleur toutes ces «générations volées», des femmes violées, des hommes humiliés. Elle pleure les terres sacrées outragées et spoliées. La rage infuse en elle.

40 secondes...
Tjukurrpa... Cathy foule sa terre australe, le pays des origines aux territoires et communautés ensanglantés, anémiés. Elle parle pour elle. Elle court pour elle. Pour la fierté aborigène. Elle y met toute sa vie. Elle est la femme invaincue. Elle sera bientôt la femme victorieuse.

45 secondes...
Cathy accélère encore. La jamaïcaine, Lorraine Graham est dépassée.

49 secondes...
Cathy va franchir la ligne, son corps tendu, cou en avant. Elle ne voit plus rien, s'effondre sans souffle. Elle dégage sa tête de la combinaison, en abaisse la fermeture. Elle passe sa langue sur ses lèvres asséchées, exsangues. Un vent sec s'engouffre dans ses cheveux.
Elle est abasourdie par l'acclamation tonitruante du stade, vibrante comme le son des didgeridoos. Elle reste comme en apnée, n' y croit pas encore totalement. Elle l'a fait. Elle jette un coup d'œil vers la tribune américaine. Elle l'aperçoit debout, bras levés. «Peter, je suis la reine de Sydney ce soir!».
Le rêve n'est pas seulement pour elle, il est pour tout le monde. Pour ceux du stade qui crient son nom, pour ceux que l'on a dépouillé de leur dignité d'être humain.
Alors, elle ôte ses chaussures, se relève et avec un immense sourire, libérée de sa sidération, elle entame le tour du stade.
Des bras l'arrachent à la piste, l'étreignent. Elle embrasse des visages noyés de larmes. La joie est partout. Et l'espoir aussi.
Elle saisit un drapeau australien, puis quelques mètres plus loin, attrape, comme elle l'avait fait des années plus tôt, avec insoumission au protocole, le drapeau aborigène.
C'est ainsi que ces bannières devraient se conjuguer, sans lutte.
Elle se battrait pour cela. Ce 25 septembre 2000, elle se fait une promesse inaliénable: moi, Cathy Freeman, médaillée d'or, je ne lâcherai rien de ma détermination. Loin des pistes d'athlétisme, je lutterai pour les droits humains de toutes les minorités négligées de mon pays et cette course là, je ne l'abandonnerai jamais !
Assurément, un jour, un homme, une femme, un gouvernement s'excuserait de tout le mal enduré, de l'inacceptable «atteinte à la dignité et l'humiliation infligées à un peuple fier de lui-même et de sa culture, aux pères, aux mères, frères, sœurs pour avoir été séparés de leurs familles.» (1)
Oui, viendrait le temps du pardon.

(1) Extrait du discours de Kevin Rudd, premier ministre australien, le 13 février 2008.
62

Un petit mot pour l'auteur ? 24 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Viktor O
Viktor O · il y a
Bien vu, on s'y croirait !
Image de Emmanuelle Favereau
Emmanuelle Favereau · il y a
Très émouvant ce texte ! On y est !
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci Emmanuelle !
Image de Maria Angelle
Maria Angelle · il y a
Magnifique description de ce moment unique.
Image de Florence Charo
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un joli récit qui prône la force de la volonté !
Image de Florence Charo
Image de Florence Charo
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Merci pour ce beau récit relatant le parcours incroyable de cette merveilleuse athlète.
Image de Flor Ever
Flor Ever · il y a
Aujourd'hui encore, on parle de Cathy Freeman! Bravo pour votre texte.
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci beaucoup! Oui, Cathy Freeman s'investit beaucoup pour la communauté aborigène notamment l'éducation par le biais de sa fondation.
Image de nico saubade
nico saubade · il y a
Super Flo des bizz de la Pizza Basque
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci Nicky !!!!!
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un bel exemple de détermination . Le mérite individuel mis à l'honneur.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Une belle façon d'honorer des sportifs combattant pour la dignité humaine, dont certains l'ont payé très cher. Merci à vous de mettre ces athlètes à l'honneur, quelques footballeurs feraient bien d'en prendre de la graine.
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci beaucoup pour vos impressions, Joël!
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
J'étais devant la télévision en 68 lorsque j'ai vu ce podium de légende. A l'heure des suprémacistes blancs, des racistes de tous crins, votre texte fait du bien, c'est pourquoi je le soutiens.
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci Patrick ! Je me réjouis que ce texte vous ai fait du bien. Incroyable! Vous avez vécu en direct ce moment inoubliable de l'histoire du sport! C'est en partie à Peter Norman que nous le devons.