4
min

Thunder

9 lectures

1

Thunder :
Première partie : l’Enfance :
Thunder, alias James Parker, est né le 27 août 1991 à San Francisco, en Californie. Il été enfanté par Poséidon et une humaine banale, Clara Parker. Il mena une vie normale, sans connaître l’existence même des pouvoirs que lui avait légués son père. En effet, il pouvait contrôler l’eau et toutes ses facultés étaient décuplées : à l’âge d’à peine 5 ans, il courait plus vite que n’importe quel collégien. A seulement 9 ans, il possédait un Q.I de 198, et commença à étudier la théorie de la relativité D’Albert Einstein. Il mena une existence comblée jusqu’au jour où il découvrit son pouvoir. Tout se passa dans cette cour de collège huppé. Depuis son arrivée dans cet établissement, une bande de ses camarades, jaloux de ses facultés, ne faisaient que l’humilier publiquement. Ce jour-ci, ce fut le chef de la bande, un dénommé Elliot, un roux obèse au regard belliqueux, qui vint le trouver à la fin des cours. Il l’attira dans une ruelle sombre et crasseuse, et commença à le passer à tabac. Alors, en mettant les bras devant son visage pour se protéger, fou de rage, il fit sauter accidentellement la bouche d’égout, et il s’aperçut qu’il contrôlait l’eau qui sortait en geysers. Ivre de vengeance, il s’en servit pour noyer la bande de morveux qui lui cherchait des noises depuis le début de l’année scolaire, les laissant en piteux état, allongés sur la chaussée. Ce ne fut que quand il entendit les sirènes stridentes répandre leur raffut dans la ville qu’il reprit ses esprits. Pensant être victime d’un mauvais rêve, il se rendit compte qu’en définitive, ce n’était pas une hallucination. Alors, il prit ses jambes à son cou, disparaissant dans le soleil couchant. Le soir même, il informa sa mère de ce qu’il s’était passé. Elle fut prise d’une folle inquiétude, et décida de quitter la ville au plus vite. Ils déménagèrent donc à Phœnix, dans le Nevada.

Deuxième partie : la Destinée :
Il faisait froid, ce matin-là. Comme d’habitude, James Parker se rendait à son travail à pied. Son métier n’était pas passionnant, il n’aimait pas être ingénieur électricien, Il devait réparer constamment une erreur ou un problème dû aux générateurs dont il était responsable. De plus, la compagnie de réseaux électriques dont il était l’employé était une des plus importantes des Etats-Unis. En conséquence, la moindre bavure pouvait le faire licencier car elle pouvait prendre des proportions énormes. A l’accoutumée, il attendit, assis sur un tabouret, un appel signalant un problème technique qu’il devrait résoudre. Cet appel ne venant toujours pas, il commença à s’entraîner à faire apparaître de l’eau. Soudain, une sonnerie provenant de son talkie-walkie le fit sursauter. Alors, il perdit le contrôle qu’il exerçait sur l’eau qui giclât brusquement sur le générateur. L’eau et l’électricité entrèrent en contact et touchèrent le corps de James, l’électrocutant gravement. James sentit des milliers de volts traverser son corps, puis il s’évanouit. Au seuil de la mort, James vit un homme à la musculature impressionnante, aux cheveux clairs, et aux yeux d’un vert profond qui le fixaient intensément. « Tiens, il me ressemble beaucoup », se dit James en contemplant cet inconnu. En effet, James lui ressemblait énormément : il était grand (1,94 m) avec les mêmes yeux que l’étrange personnage et ses cheveux étaient blonds. Dans son rêve, l’individu lui dit : « Mon fils, comme tu as grandi ! Je suis ton père, Poséidon, le Dieu des Océans. En ce moment même, tu es en train d’acquérir un immense pouvoir, plus grand encore que celui que je t’ai légué. Je parle de celui de mon frère, Zeus, qui peut manier la Foudre. Pour pouvoir utiliser cet immense pouvoir, il faut que tu surmontes la souffrance et que tu survives. J’ai foi en toi, mon fils. Je suis désolé de ne t’avoir jamais vu, aidé. Je m’en veux de ne pas m’être conduit en père, mais mes fonctions me l’interdisaient. Je t’aime, mon fils. Ne l’oublie jamais. » Alors que ces paroles le laissaient hébété, l’homme disparut, le laissant seul.
La première chose qu’il vit en se réveillant, ou plutôt sentit, ce fut la douleur. Une douleur immense, parcourant chaque fibre de mon corps, chaque cellule, chaque atome. Cette souffrance le fit presque regretter d’être en vie. Puis, il se souvint des paroles de son père : « Il faut que tu surmontes la douleur et que tu survives. » Alors, la douleur cessa, laissant place à un sentiment de toute-puissance. Il ressentit les modifications apportées à son corps, tout particulièrement à ses mains : sa main droite était bleue et parcourue de minuscules filaments jaunes qui semblaient doués d’une vie propre. Sa main gauche, quant à elle, n’avait pas changé. Mais il savait avec certitude que sa main droite contrôlait l’électricité tandis que sa main opposée contrôlait l’eau. Il trouva à son côté un magnifique trident en argent, sûrement un cadeau de son père. James comprit que son existence ne serait plus jamais comme avant. Il ne pouvait plus vivre dans l’anonymat. Désormais, il serait Thunder. Il serait un héros, acclamé par tous, comme les personnages de comics dont il raffolait quand il était adolescent. Il serait pareil aux héros antiques, maintes fois évoqués et étudiés du temps de son parcours scolaire. Il détruirait le Mal jusqu’à ses tréfonds. Ce jour marqua une nouvelle ère. Celle de Thunder.

Troisième partie : l’ère Thunder :
Il avait vraiment eu des difficultés pour construire ce costume. Evidemment, après l’accident survenu à la centrale électrique, il avait étouffé l’affaire, prétextant une panne de courant, puis il avait démissionné. Une cinquantaine de scientifiques cherchaient toujours la cause de la brusque interruption du courant et l’endroit où se trouvaient les centaines de milliers de volts qui avaient disparu ce matin-là. En fait, Thunder les avait intégralement absorbés, jusqu’au moindre nanovolt, comme une éponge. « Une éponge humaine », Thunder ricana en pensant à l’inutilité de toutes ces recherches. En effet, ils n’étaient pas près de le découvrir. Mais maintenant, les choses sérieuses allaient commencer. Son costume était prêt. C’était une combinaison intégrale bleue et aux rayures or, faite dans un matériau incroyablement résistant dont lui seul connaissait l’alliage et que les balles n’éraflaient même pas. Ce composant extraordinaire lui permettait de rester plus léger qu’une plume. Son emblème était brodé sur les deux épaulières et sur le thorax. Il représentait un cercle rouge, symbolisant le sang de ses ennemis, avec un trident bleu à l’intérieur, signe de sa maîtrise de l’eau ainsi que son ascendance divine. Ce trident était zébré d’un éclair couleur or, représentant son emprise sur la foudre. Alors, il enfila sa combinaison et partit capturer le baron du crime de Los Angeles, un russe du nom de Vladimir Stanov. Vladimir Stanov était un criminel exerçant son pouvoir sur tous les domaines possibles : trafic de drogue, trafic d’êtres humains, trafic d’armes, racket, cambriolages, assassinats, corruption, trafic d’animaux, trafic de cadavres, trafic d’organes, trafic de faux médicaments, trafic d’œuvres d’art... Deux mois s’écoulèrent avant qu’il ne trouva Stanov. Immédiatement, un combat acharné s’engagea. James se trouvait dans un club de strip-tease appartenant au russe, lorsque celui-ci entra. Tant mieux, car il commençait vraiment à s’impatienter. Le mafioso était accompagné de cinq gardes du corps. James assomma rapidement toutes les personnes présentes, y compris Stanov, en utilisant l’eau et l’électricité simultanément. Thunder les emmena ensuite au poste de police le plus proche, laissant les policiers sidérés. Thunder toucha la prime promise de 6 millions. L’ère Thunder avait débuté. Il n’en resterait pas là. D’autres règlements de compte allaient suivre. Et encore d’autres. Jusqu’au jour où il n’y en aurait plus aucun. Mais ce que Thunder ne savait pas encore, c’était qu’il avait un point faible : la chaleur.




Il était Thunder.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,