Théa la voleuse

il y a
7 min
13
lectures
1



1, LA RENTRÉE DES CLASSES

La nuit commençait à tomber ; Théo dans son lit, n'arrivait pas à s'endormir. Il ne savait pas s'il devait être triste ou se réjouir. Demain ce serait la rentrée ; d'un côté les vacances étaient finies, de l'autre il allait retrouver ses copains et surtout recommencer les entraînements de foot. Alors il retournait dans sa tête les beaux souvenirs de cet été mais aussi des projets de jeux avec ses camarades.

Le matin, Théo et ses meilleurs copains, Jules et Arthur, apprirent avec joie que cette année, ils auraient comme maître Monsieur Thomas. Ils espéraient tant être dans sa classe ! C'est un instituteur très sportif ; il transmet sa passion du Handball à ses élèves. Tous les jours après la cantine il les entraîne pendant une demi-heure et les motive pour bien maitriser cette discipline.

Comme il y avait des nouveaux dans la classe, Monsieur Thomas fit les présentations :
- Pour faire connaissance, je vais vous appeler par ordre alphabétique de vos prénoms et vous vous lèverez ; ainsi vous connaîtrez rapidement vos camarades. Donc, voici Anais.
Une fille rousse se leva et fit un petit signe de la main à toute la classe.
- Et voici Arthur.
Théo le connaissait depuis la crèche, il est très très bon en sport. Jules commenta :
- C'est un costaud !
Arthur plia son bras pour montrer ses biceps. Monsieur Thomas poursuivit :
- Et voici Brenda, c'est une nouvelle, elle est anglaise. Elle ne parle pas encore parfaitement le français, mais elle l'améliorera certainement avec nous.
Jules lui adressa :
- Hello !
Brenda ébaucha un grand sourire :
- Hello !
Tous les enfants répondirent à sa salutation :
- Hello ! Hello ! Hello !
Le maître continua les présentations ; Ellie, Enzo, Isia et ainsi de suite, souvent accompagnées des commentaires de Jules. Puis il désigna encore une nouvelle, une jolie brune, aux grands yeux noirs, au visage doux.
- Et voici Théa. Elle est roumaine et comme Brenda, elle ne parle pas encore bien le français, mais elle l'apprendra certainement vite grâce à nous.
Jules pouffa de rire :
- Théa et Théo, de futurs amoureux !
Saren, une grande fille, se tournant vers Théo, renchérit avec un air moqueur :
- Ils vont sûrement se marier ensemble.
Théo leurs décocha un regard exprimant sa surprise. Il ne comprenait pas ; il aime ses parents, sa sœur, ses copains, ses grands-parents. Pourquoi devrait-il aimer cette fille et se marier avec elle ? Alors il chuchota :
- Non, je ne l'aime pas et je ne me marierai certainement pas avec elle !
Monsieur Thomas présenta ensuite Théo et termina par Valentin.


2, THÉA EST-ELLE UNE VOLEUSE ?

Le lendemain matin, Jules attendit Théo devant son immeuble. Il voulait absolument lui parler. Sur le chemin de l'école, il lui confia :
- Tu sais, Théa est une roumaine donc une romanichelle, il faut prévenir tous les copains.
- C'est quoi une romanichelle ?
Jules expliqua :
- Ce sont les gens qui habitent dans une caravane, se déplacent d'un endroit à l'autre et ils volent ! Tu sais bien, ils en parlent souvent dans les journaux et à la télé.
Alors, dans le hall, en attendant l'ouverture des portes des classes, Jules et Théo mirent en garde tous les enfants :
- Il faut bien faire attention à nos objets personnels et prévenir Monsieur Thomas, si vous vous apercevez qu'il vous manque une affaire. Méfiez-vous bien de Théa !

Au cours de la journée, le Maître flaira rapidement qu'il y avait quelque chose qui clochait. Malgré ses efforts pour faire participer Théa, il s'aperçût vite qu'aucun enfant ne voulait l'accepter ni s'assoir à côté d'elle. Brenda, elle, était la vedette. Avec son sourire et ses « Hello », elle suscitait énormément d’intérêt, tous les garçons s’agglutinaient autour d'elle.
Le jour suivant à l'heure du goûter, le conflit éclata. Ellie alla voir le maître pour se plaindre :
- Théa a volé mes biscuits !
- Et moi, elle m'a volé mon pull, annonça Arthur.
Isia, furieuse, déclara :
- J'ai perdu ma trousse, c'est sûrement Théa qui me l'a prise.

Le maître, ennuyé, s'accroupit à côté de Théa, et s'adressa à elle d'une voix ferme :
- Ce n'est pas bien de prendre le goûter de ta camarade, je te demande de me le rendre ! dit-il en tendant la main.
Théa, visiblement n'a rien compris, elle le laissa lui confisquer ses galettes.
- Tiens Ellie, voici tes biscuits !
- Mais ce ne sont pas les miens !

Interloqué, Monsieur Thomas s'est rendu compte de son erreur et décida rapidement d'organiser une recherche des objets « volés ».
On trouva le petit sac contenant le goûter d'Ellie devant la classe sur un banc, le pull d'Arthur dans le bac prévu pour les vêtements perdus et la trousse sous la chaise d'Isia.

Alors Monsieur Thomas demanda aux enfants pourquoi ils avaient accusé Théa de vol.
La réponse ne se fit pas attendre ! 
- C'est une Romanichelle et les Romanichels sont des gens qui volent !
Jules chuchota à l'oreille de Théo :
- Bon, elle n'a rien volé, mais je te conseille de te méfier d'elle. Elle va sûrement nous réserver quelques surprises.
- Je le pense aussi, confirma Théo.



3, LEÇON DE MONSIEUR THOMAS

A la suite de cet incident, le maître fit une leçon sur le pays de Théa. Les enfants apprirent que la Roumanie est un état d'Europe de l'Est ; elle a intégré l'Union Européenne en janvier 2007, et sa langue est d’origine latine comme le français. Le maître précisa :
- Quant à Théa, elle est roumaine et ses parents sont des ingénieurs, en mission temporaire en France.
Et monsieur Thomas continua à expliquer :
- Les Roms ou Romanichels sont un peuple européen d'origine indienne. Ils vivent dans tous les pays d'Europe, pas seulement en Roumanie, où ils sont nombreux mais minoritaires. En France on a adopté l'expression « les gens du voyage », qui englobe aussi les tziganes, bohémiens, romanichels, manouches ou gitans ; une appellation d'après leur appartenance ethnique et souvent inexacte. Comme leurs modes de vie ainsi que leurs traditions sont différents des nôtres, ils inspirent la crainte, nourrie de préjugés ; par exemple beaucoup de personnes pensent que ce sont des voleurs. Certains Français volent aussi, pourtant on ne dit pas que tous les Français sont des voleurs. Il est possible que parmi les gens du voyage, il y en ait qui volent, mais ils ne sont pas en majorité des voleurs et beaucoup de Roms sont français.


4, NOUVEAU VOISIN

Théo oublia vite l’incident et Théa ; il ne pensa qu'à ses entraînements qui allaient bientôt commencer. Comme il est passionné de foot, il ne ratait jamais, seul ou avec ses parents, les matchs de l'équipe des « Bleus » à la télé. L'autre jour, quand la France a marqué enfin son premier but en match qualificatif de l'Euro, Maman et Papa ont hurlé de joie et Théo et sa grande sœur se sont mis à sautiller au salon. Francis, le nouveau voisin du dessous, a sonné à la porte ; il était très en colère.
- Vous ne pouvez pas faire un peu moins bruit, je rentre du travail et j'ai besoin de me reposer !
Papa souriant lui a annoncé :
- Mais vous ne vous rendez pas compte, la France est en train de gagner ! Tenez, prenez une bière, et venez regarder avec nous.
Papa a posé son bras sur l'épaule de Francis et l'a emmené devant l'écran. Le nouveau voisin est alors resté. Il a même appelé sa femme et leurs enfants tous se sont installés sur le canapé pour suivre le match. Depuis, Francis et Papa sont devenus amis, ils regardent souvent les matchs ensemble.



5, THÉA SE REVÈLE

Mercredi après-midi, enfin, eut lieu le premier entraînement. Théo, Jules et Arthur se retrouvèrent sur le terrain. Mais il y avait une nouvelle dans leur équipe, c’était Théa.
- Qu'est-ce qu'elle fait là celle-là, s'exclama Jules, je savais qu'il faut se méfier d'elle !
- A cause d'elle nous allons certainement être mal classés dans le championnat, de tels joueurs ne font pas gagner l'équipe, ajouta Arthur.
Au début de l'entraînement, pendant l’échauffement, les trois garçons ne firent pas attention à Théa. Mais dès qu'ils commencèrent à jouer, ils furent surpris. Ils s’exclamèrent :
- C'est pas vrai ! Elle n'est pas si nulle que ça !
Arthur, rarement admiratif, car il a l'habitude de se considérer toujours comme le plus fort, siffla entre ses dents :
- Elle joue mieux que beaucoup de nos copains !
Effectivement, Théa se défendait bien, elle maitrisait bien les passes, les reprises, même ses tirs au but étonnaient. L'entraîneur se félicita de l'avoir acceptée dans le groupe, et il l'a dit, ce qui a vexé Arthur.

A l'école plus personne ne se méfiait de Théa, elle n'était pas voleuse. Elle avait aussi amélioré son français ; elle le parlait presque couramment.
Elle avait très vite appris aussi à jouer au handball enseigné par Monsieur Thomas et a bien renforcé l'équipe. C'est grâce à elle que la classe a gagné le tournoi organisé entre les écoles. C'est elle qui a marqué le plus de buts. Après le match, elle a même été félicitée par tous les parents et les garçons l'ont portée sur leurs épaules en faisant le tour du terrain. Plus personne n'admirait les sourires de Brenda, qui n'était pas du tout sportive, et on ne se souciait plus de ses « Hello ».
Théo constata :
- Finalement, tu avais raison Jules, Théa est quand même une voleuse.
- Pourquoi tu dis cela ? s’étonnèrent Jules et Arthur.
- Elle a volé la vedette à Brenda, répondit en riant Théo.



6, LA SOIRÉE CHEZ FRANCIS

Un samedi, la famille de Théo fut invitée chez leur voisin Françis pour regarder un match très important à la télévision et surtout aussi pour dîner. Francis leur présenta les autres convives :
- J'ai depuis 5 mois un nouveau collègue de bureau ; nous travaillons sur le même projet. Il est venu ce soir avec sa famille. Il est aussi un fan de foot comme vous, très sympa, vous verrez !
Quelle surprise pour Théo ! Le collaborateur de Francis, n'était autre que le papa de Théa.
Ils ont tous passé une excellente soirée et les parents de Théa et de Théo sont devenus amis. Depuis ils s'invitent réciproquement pour dîner ou pour regarder les matchs, et parfois ils font aussi des balades ensemble le week-end. Et Théo et Théa ont pris l'habitude de se voir même en dehors de l'école. Ils s'entendaient bien, ils partageaient les mêmes intérêts.

Le jour où la France et la Roumanie ont joué un match qualificatif, ils étaient nombreux à être invités chez Théa, y compris Francis ; une vingtaine de personnes tassées devant la télévision au salon. C'était une vraie fête ! Chacun a apporté quelques plats pour le buffet, et ce sont les parents de Théa qui se sont chargés des desserts ; les placintas, les baclavas et les alivencis, la pâtisserie traditionnelle de Roumanie.


7, LA MISSION DES PARENTS DE THÉA SE TERMINE

Un jour le papa et la maman de Théa ont annoncé aux parents de Théo que leur mission allait se terminer à la fin de l'année scolaire ; ils devaient retourner en Roumanie. Donc Théa ne serait pas scolarisée en France l'année prochaine.
Théo était interloqué, car depuis quelque temps, Théa faisait partie de ses meilleurs amis. Heureusement, Théo a entendu les parents se promettre de rester en contact ; l'été prochain la famille de Théo ira les voir, ils passeront quelques jours ensemble au bord de la Mer Noire. Et ensuite, en hiver, c'est la famille de Théa qui viendra en France pour faire du ski.

Le samedi du départ, tous les copains et copines de Théa ainsi que les amis de ses parents étaient là. Il y avait beaucoup de cadeaux.
Théo en a aussi apporté un :
- Tiens, Théa, c'est pour toi.
Théa défit le paquet et s'écria :
- Super ! Et elle a montré à l'assistance le ballon de l'équipe de France.
Quand leur voiture a démarré et se mit lentement en marche, toutes les mains s'agitèrent pour leur dire « Adieu ». Théa baissa la vitre et souffla un baiser sur sa main. Théo a compris, que c'est à lui qu'elle s'adressait. Une minuscule larme s'est mise à couler sur sa joue. Jules, à qui rien n'échappe, la vit, alors il lui demanda :
- Tu l'aimes bien ?
Saren entendit la question, et elle renchérit avec un air moqueur :
- Alors, vous allez vous mari..... 
Théo ne la laissa pas terminer :
- Oui, je l'aime, et je me marierai peut-être bien avec elle.
Jules s'exclama : J'avais raison. Cette Roumaine est quand même une voleuse !
Théo qui d'habitude n'est pas bagarreur, très en colère, sauta sur son copain, le renversa prêt à lui asséner des coups.
- Mais non, arrête, tu n'as pas compris ! Tu vois bien qu'elle t'a volé ton cœur, ricana Jules.
Théo le relâcha, l'aida à se relever  et lui tapa dans le dos :
- Tu as raison, comme presque toujours d'ailleurs. Pardonne-moi, tu es vraiment mon meilleur pote ! Théa est une sacrée voleuse !

1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !