The forgotten prince, ou LE SURFEUR de Ehukai Beach Park

il y a
2 min
38
lectures
9
La plage déserte est barrée sur sa gauche comme sur sa droite, par des rochers infranchissables.
Pourtant un humain, si grand et si beau que l’on pourrait le confondre avec un dieu, est là !
Il est nu, il court vers des vagues géantes de plus de trente mètres, sous son bras une planche Olo.
Le voilà maintenant couché à plat ventre sur le bois pour gagner le Line up.
Malgré le bruit du vent, le fracas des vagues, une musique divine ou céleste semble immerger des flots.
Il est à présent debout au sommet du Nazaré, du Nelscott Reef, ou du Shipstern Bluff , je ne sais pas, mais s’il n’est pas dieu c’est un fils de roi.
Le voilà au creux de la vague il avance avec elle, elle l’enveloppe, elle l’enlace, le prend et l’emmène avec elle.
Tout est subitement calme, plus de vent, l’eau ondule à peine, même la lumière est plus douce, l’air est caressant.
L’incroyable bouleversement est même accompagné d’une mélodie, non je ne me trompe pas, l’océan chante.
Fabuleux ! Cela vient de se produire devant moi sur mon écran connecté à Galileo, je viens d’assister au plus extraordinaire spot du monde.

J’ai les coordonnées gps d’où proviennent mes images, c’est un point break de l’île de Hawoi (Ehukai Beach Park) : 21°39'19.63"N 150°03'49.65"O,

Je n’ai pas d’autre choix, l’extraordinaire exhibition va prendre fin.
Je promène désespéré ma souris sur mon écran. L’océan atlantique est subitement bien calme. Seul un bateau avance en une spirale sans fin.
Je zoome pour le voir au plus près, c’est un bateau scientifique, son nom est bien visible sur mon écran, c’est (L’EXPLORATEUR II) en deux clics, son appellation est enregistrée, je n’ai plus qu’à ouvrir un moteur de recherche pour tout savoir !

PUBLICATION DU SCIENTIFIQUE JOURNAL
Il y a environ 20 000 ans, pendant la dernière glaciation le niveau de la mer était plus bas de 150 mètres.
Des recherches sont actuellement en cours au large de (Ehukai Beach Park) les vestiges d’une importante cité engloutie y ont été découverts. L’EXPLORATEUR II est actuellement sur site et publie régulièrement ses dernières découvertes :
Une métropole vraisemblablement plus évoluée que celle de la Rome antique, de 40 km² ,dans un état de conservation exceptionnel a été découverte. Une statuaire étrange décore les édifices de la ville.
Des squelettes proches des hydropithèques, dont on peut voir les fossiles en France au musée de Digne, ont été découverts dans une nécropole !
Actuellement un Sikorsky MH-60 Jayhawk de us navy est en vol afin de récupérer les ossements pour permettre une autopsie.

Pour lire la totalité de l’article, je dois m’abonner à la revue scientifique, ce sera pour une autre fois !

Je clique à nouveau sur ma page connectée à Galileo, peut être une nouvelle vague géante et un nouveau surfeur de talent ?
Non L’EXPLORATEUR II , tourne toujours en rond !
Tant pis ce sera pour une prochaine fois !
Je viens d’enregistrer le lien qui me permettra de retrouver ma plage de rêve, une prochaine fois, puis-je m’apprête à fermer mon PC.
L’inimaginable se déroule devant mes yeux, un tourbillon géant comme un lavabo qui se vide aspire le bateau de recherche et l’engloutit en quelques instants.
Incroyable, l’océan est à nouveau serein ! Il ondule sagement.
Je reste de longues minutes à attendre devant mon écran où il ne se passe plus rien. Le soleil vient d’entrer dans ma chambre, je me suis endormi devant mon PC qui lui s’est mis en veille.
Un bourdonnement, un chant divin s’échappe de mon ordinateur, j’effleure l’écran, je suis toujours à (Ehukai Beach Park) : 21°39'19.63"N 150°03'49.65"O.
Un nuage en forme de poire tourbillonne au-dessus de l’eau, ou plutôt un essaim, oui c’est bien une grappe d’innombrables insectes, ou de papillons qui, tournoient autour de leur noyau. Non, ce sont des fish girl, oui maintenant je les vois nettement ce sont bien des Women fish, un autre groupe vient d’immerger et s’approche en attente à côté du premier essaim.
Les premières butineuses viennent de libérer leur seigneur, c’est l’homme divin, l’adonis, le maître de l’immense vague qui a vaincu le spot de 35 mètres.
Celui qui a captivé mon attention toute la nuit.
9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

L'aiguille

Gérard Jacquemin

Juillet, les marcheurs sont nombreux sur le chemin qui mène au refuge. D’un creuset de verdure, le vallon s’élance vers les arêtes de granit ocre encore parsemées de névés. Du glacie... [+]