Tant qu'il y aura des mégalithes

il y a
6 min
30
lectures
1

Rêveuse d'aventures, en quête d'un battement précipité de mon coeur : il y a la lecture, il y a la vie, il y a l'écriture. Quand la science et le merveilleux se lient, des étincelles argentées  [+]

- Attends avant d’ouvrir ta portière, Ethan !
- Je veux sortir !
- Tu attends !
Laurent coupa le moteur et actionna le frein à main. Il se retourna en direction de la plage arrière et jaugea son fils.
- Tu peux y aller maintenant. Mais ne traîne pas sur la route.
- Ouais !
La porte arrière de la Scenic s’ouvrit en grand. Ethan se glissa dehors avec ferveur et courut immédiatement entre les grosses pierres qu’ils étaient venus voir.
- C’est pas possible, nom de... ! Ethan ! T’éloigne pas !
- Papa ! Je veux sortir moi aussi.
- Oui, Manon.
La dernière de 4 ans était coincée dans son rehausseur et ses mains menues qui se démenaient avec la ceinture, luttaient en vain contre le cran de sécurité.
- Hop-là la puce ! Donne-moi ta main ! Et ton Doudou.
La gigantesque paluche engloutit la délicate main de sa fille. Laurent s’enquit du coin de l’œil que son fils ne faisait déjà pas de bêtises tout en tirant son sac de la plage arrière.
- Je veux aller avec Than !
- Je ferme la voiture et on y va, d’accord !
- Je veux fermer la voiture ! Les clefs, les clefs !
Le père soupira en souriant, amusé. La fillette pépia de joie quand l’automobile se verrouilla sous la simple pression du bouton.
- C’est bon ?
- Oui !
La fillette fut hissée dans les airs et Laurent la plaça sur ses épaules. Aussitôt des petits doigts s’agrippèrent autour de son cou.
- Bon. Par où on commence. Ethan, viens ici !
Le garçon revint, ses cheveux noirs couverts de pollen.
- Tu as tout le terrain avec des menhirs pour jouer, et toi tu vas dans le champ de colza ! reprocha Laurent.
- Y’avait un lapin ! Se défendit l’enfant.
- Et qu’est que tu aurais fait de lui ?
- Je l’aurai ramené à la maison ? répondit l’enfant avec un air malicieux.
- Bah tiens. Au lieu de dire des bêtises, lis-moi ce qui est marqué sur ce panneau-là.
Les yeux ébènes de l’enfant s’accrochèrent aux lettres sur le grand support plastifié qui leur faisait face. Un couple de jeunes vint se poster derrière eux alors qu’Ethan commençait sa lecture.
- Grou...Pe...Ment des...Méja
- Méga, corrigea tranquillement Laurent.
- Mégalithes de Caaaar...nac.
- C’est quoi des méga’ites, papa ?
- C’est un autre mot pour dire Grosse pierre !
- C’est pas Menhir ?
- Si. Menhir, c’est du breton. Mégalithes c’est du scientifique. Bon, Ethan, tu nous fais visiter puisque tu as déjà fait le tour ? se précipita le père avant que ses enfants n’aient l’idée d’en savoir plus sur ce qui était le scientifique et le breton.
- Ah mais non, refusa timidement Ethan. Je suis pas allé là-bas !
Il pointa du doigt la forêt. Laurent ne put s’empêcher de sourire. Aussi intrépide son fils soit, il n’avait pas encore le courage de perdre de vue ses parents.
- Ethan a peur de la forêt ! charia la petite depuis son dos
- Non j’ai pas peur ! Rétorqua avec force le garçon. Je vous attendais ! C’est tout ! Là j’y vais ! Tu me suis, hein ? Papa ?
- La, La, La, Than a peur !
- T’es bête !
- Oh ! Là ! Stop ! Ethan, si tu ne sais pas quoi répondre, n’insulte pas ! gronda
Laurent. Puis il ajouta, plus doucement :
- C’est pas grave d’avoir un peu peur ! Il y a beaucoup de moment où j’a peur aussi !
- Ah bon ? S’écria Ethan en écarquillant les yeux. Mais de quoi ? Ca a peur de rien les adultes !
Laurent ria.
- J’ai peur de vous perdre, par exemple. Ou que vous vous fassiez un gros bobo !
Sentant que la petite dose de philosophie était suffisante pour eux, Laurent offrit un sourire rassurant à son fils. Quelques secondes plus tard, le temps qu’Ethan le dévisage des pieds à la tête pour savoir s’il mentait, un trait propre de sa grand-mère bien des décennies auparavant, Laurent pointa du doigt une direction :
- Tiens je suis sûr qu’il y a des menhirs derrières les pins et les genêts, là-bas.
- Ouah Papa ! Comment tu sais ?
- Une petite voix me le dit, Manon !
- Je ne l’ai pas entendu !
- Moi si ! Attention à la tête !
Accompagnant son avertissement, Laurent fléchit les genoux. La branche basse passa au-dessus de leurs têtes à une dizaine de centimetres.
- Comment as-tu fait pour entendre une petite voix ? reprit Ethan
- Mmh...Manon, tu veux marcher un petit peu ?
- Oui ! S’agita-t-elle.
Prudemment, Laurent souleva de nouveau sa fille de ses épaules et la posa sur le sol.
- Montre-moi ton petit doigt. Maintenant, mets-le à côté de ton oreille, expliqua-t-il à son fils qui s’exécutait. Tu n’entends pas?
Ethan fronça des sourcils et fit la moue.
- Ca ne parle pas les doigts !
- Oh que si !
Ce fut au tour de Laurent de pencher sa tête près de son auriculaire. Il fit mine de hocher la tête et le plus sérieusement au monde, il ajouta :
- Oui, oui, je confirme, il faut bien aller derrière les broussailles ! Go ! Go !
- Youpi ! S’exclama Manon
Elle trottina à la suite de son frère jusqu’à l’enchevêtrement de végétaux.
- Oh ! Y a un passage secret !
- Moi je passe par là, s’enhardit Ethan avant de s’engouffrer sous les arches.
- Tiens Papa, garde mon Doudou !
Manon confia brusquement son trésor à son père et sans aucune crainte poursuivit son frère.
- Quels aventureux ! Je fais le tour ! indiqua Laurent.
Un petit chemin contournait l’amas de plantes. Comme par magie, la forêt s’ouvrit en une petite clairière où des menhirs alignés formaient un cercle en son centre. Le couple qui leurs emboitait le pas à l’entrée du site historique, prenait, à présent, des photos sur un menhir ayant plus ou moins la forme d’un siège. Ethan et Manon se trouvaient deux pierres plus loin, près de la sortie du tunnel de branches et tiges.
- Tu vas tomber, Ethan ! Arrête ! s’inquiéta la petite fille.
Alarmé, Laurent accéléra le pas pour découvrir quelques secondes plus tard, son fils désemparé qui tentait de descendre le rocher en cherchant un appui, son pied dans le vide.
- C’est malin ! Se moqua Laurent.
Il empoigna la cheville d’Ethan et guida son pied jusqu´au petit promontoire.
- Voilà, tu peux te laisser glisser un peu et c’est bon.
- Papa ! Moi aussi je veux monter sur le siège là-bas!
Le menhir tantôt occupé par le couple était désormais vacant.
- Oui, moi aussi ! s’enthousiasma Ethan dès sa réception au sol.
Il courut sans attendre l’accord de son père et grimpa sans problème le menhir en forme de chaise. Manon eut plus de mal et Laurent finit par la porter. Elle s’assit comme une princesse puis sourit sans retenue sur son trône.
- Je suis la princesse de la forêt !
- Pfft, rigola Ethan. Non. T’es pas une princesse ! T’es la reine ! Et moi je suis un chevalier !
Il escalada le semblant de dossier et tira son épée imaginaire.
- Et le roi des géants, il sera tant jaloux de ton trône qu’il essaiera de venir te le voler !
Manon gazouilla de plaisir et Laurent s’esclaffa.
- Donc les menhirs se sont des sièges pour les ogres ? S’enquit Laurent.
- Euh..., songea le garçon, l’air confus.
- Bah non c’est quelqu’un qui les as planté !
- Ca pousse par les pierres ! C’est quelqu’un qui les a mis ! corrigea Ethan, à moitié certain.
- C’est tombé du ciel, alors ! Comme les étoiles !
Sceptique et à court d’idées, Ethan se tût. En revanche, Laurent n’en avait pas fini avec l’imagination de ses enfants.
- Je n’ai jamais vu de champs d’étoiles si bien alignées ! Il y a beaucoup de désordre dans le ciel. Les étoiles ne sont pas capables de tomber droites ! Mais il y a très très très longtemps, des hommes sont venus les mettre dans la terre.
- Bah pourquoi ? s’ébahit Ethan.
- Les hommes ont replantés les rochers qui n’étaient pas tombés droit ?
- Non.
- Ah je sais ! C’est pour jouer à cache-cache ! Comme dans la cour de l’école ! Il y a des jeux. Mais il y a très très très longtemps, ils ne pouvaient pas mettre des jeux comme les nôtres ! s’agita Ethan sur le dossier de pierre.
Laurent secoua négativement la tête, se retenant de sourire
- Moi je dis, les cailloux ont grandi vite quand les hommes les ont mis dans la terre...
- Alors c’était un concours de statues, et quand y a eu de l’orage, ils sont tous partis sans finir le concours ! enchérit son fils quand il secoua la tête de plus belle.
- Tu sais, toi, Papa, pourquoi il y a des cailloux ?
Laurent finit par laisser son sourire envahir son visage et prit toute l’attentions des deux enfants. Quand ils furent pendus à ses lèvres, il avoua enfin:
- On ne sait rien.
- Nan c’est pas vrai ! Se révolta Ethan. On sait tout ! Et puis il y a sûrement quelqu’un qui a parlé des menhirs dans un livre avant!
- Oh oui, il y a plein de livres. Mais personne ne sait pourquoi les hommes d’il y a très très longtemps ont dressé des menhirs.
- Mais il doit y avoir une raison simple, non ? C’est pas dur de mettre une pierre verticale !
- Et si la raison était compliquée ? Et si même le plus grand des génies ne pouvait pas te répondre ? Tu penserais quoi ?
- On sait pas réfléchir correctement ! conclut Ethan
- C’est pas grave ! S’exclama Manon en même temps
- Moi, je penserais aussi que ce n’est pas grave. Mais je me demanderais toujours ‘Pourquoi’. Pourquoi les menhirs existent, révéla le père
- Ou il y a peut-être de la magie ? proposa Manon à voix basse, intimidée par sa propre idée.
- Peut-être.
Laurent laissa ses enfants supposer leurs propres opinions, puis quand un nouveau groupe débarqua sur le terrain il les fit descendre.
- Allez, on rentre. Maman nous attends. Peut-être le sait-elle, elle !
- Et si elle sait pas et bah, plus tard, je serais l’homme qui saura pourquoi ! Et tu pourras me reposer la question ! J’écrirais des livres, comme ça tout le monde pourra savoir !

Manon l’observait, buvant ses paroles, impressionnée du potentiel avenir qui attendait son frère. Laurent se contenta de sourire. Oui, tant qu’il y aura des mégalithes pour le rappeler, la question du pourquoi sera toujours de mise et les réponses...multiples !

1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
Intéressante cette histoire qui semble se dérouler pas loin d'Ethel. ..et maintenant en Bretagne ce sont plutôt les méga-litres qui sont appréciés
Image de Morane Bob
Morane Bob · il y a
Ah Etel, un peu plus et cela ferait Ether. Les méga-litres auraient pu être un bon sujet, mais cela signifiait délaisser le côté mystique des menhirs

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Henri va mourir

Djenna Buckwell

J’ai attendu que tout le monde ait terminé son assiette, je ne voulais pas leur couper l’appétit, il serait bien temps pour ça. Je me suis levé et j’ai demandé le silence :
— J’ai... [+]