Starter

il y a
1 min
177
lectures
4
Finaliste
Jury

Le haïku désigne puis il se tait. Roland Barthes  [+]

Sortie des vestiaires. Arrivée sur la piste. Cris. Flashs. Caméras. Souffle court. Quatre ans après je reviens. Je ne suis pas seul mais je suis seul. Tension palpable. Pas un regard vers les autres qui sont comme j’étais, qui pensent comme je pensais, qui croient. Concentration extrême. Mes oreilles ne captent plus les sons. Mes yeux ne clignent plus face aux crépitements. Moiteur des mains. Saccades du cœur. À mes marques je suis prêt. L’explosion est proche. L’implosion aussi.
Dix fois dix mètres de course qui sont la somme de dix ans d’efforts. Chaque foulée a nécessité qu’on lui sacrifie quelque chose ou quelqu’un. Entraînements. Compétitions. Préparation mentale. Coach 1. Coach 2. Espoir 1. Espoir 2. Progression. Victoire. Blessures. Rééducation. Sucres lents. Existence encadrée par des tribunes. Vision périphérique. Indoor. Outdoor. N’ai-je parcouru que cent mètres depuis que je suis né ?
Plus un bruit. Les spectateurs sont dans les starting-blocks. Ils réservent tout l’espace contenu dans leurs poumons pour les hurlements à venir. Apathie du dément avant la crise.
Prêt ? Oui je suis prêt. J’ai oublié qu’on me scrutait, me jaugeait. J’ai pris sur moi. Acceptées la douleur et la chute. J’ai bu les larmes et la honte. Les miennes et celles de ceux qui disaient m’aimer, adorateurs de la gloire. La Marseillaise dans les oreilles. Par cœur. Dans mon cœur. Quand elle retentit c’est la gorge nouée aussitôt. Ma mémoire s’emballe. Attention, l’emballement c’est mauvais pour le sprint. Tout est dans la gestion. Le décompte. Le poids de chaque aliment ingurgité. La discipline. La régularité. L’effort soutenu et constant. Ne pas être distrait. Kiné. Chiro. Doc. Pédicure. Pénétration dans l’air. Combinaison en lycra et pointes aérodynamiques pour réduire la traînée.
La détonation est imminente. Mes lobes pulmonaires, pareils à ceux de l’enfant qui vient de naître et n’ont pas encore aspiré d’air, sont rétractés, douloureux. Les symptômes sont identiques. Je revois la flamme, les anneaux. L’éclat fugitif de l’or. Pépite de joie indicible. Le jaune du métal et le jaune de l’urine dans le bocal. La couleur du traître, du tricheur.
Dans mon champ de vision rétréci par l’habitude, j’aperçois la ligne d’arrivée. Le tir comme un couperet claque. Pas de faux départ. Les esprits sont vides. Toutes les prières ont été récitées. Ils sont partis. Je reste sur le bord, le pistolet de starter fumant à la main.

4
4

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Claude Vallet
Claude Vallet · il y a
Une amusante manière d'éviter la chute, la vraie :)