Souvenirs

il y a
2 min
89
lectures
16

Un texte c'est comme une vie, il naît, il grandit mot après maux, il vit à travers ses lecteurs et il s'achève brutalement par un point final. Mais un bon texte c'est comme une bonne personne, il  [+]

Je ne sais pas comment ça marche parce que je n'ai jamais tenue de journal auparavant. Je crois qu'il est d'usage de se présenter alors je me lance. Je m'appelle Sally, Sally Joyce. J'ai 22 ans et je suis photographe. J'ai grandi dans un petit village du Sud de la France. J'ai eu une famille plus qu'exceptionnelle. Sans elle je ne serais pas ce que je suis aujourd'hui. Sans elle je ne me serais pas battue pour ce que je voulais vraiment. J'ai une mère extraordinaire qui m'écoute et me conseille toujours avec tendresse et indulgence. J'ai un père qui me permets de rester sur le droit chemin, de ne pas me perdre en route et sans qui je serais tombée bien plus bas que terre sans aucune idée de comment me relever. Et j'ai enfin deux sœurs attentionnée qui font ma fierté. J'étais une étudiante studieuse, une jeune femme souriante et pleine d'humour. J'avais trouvé l'amour de ma vie. Bref, j'étais ce que l'on peut appeler une femme heureuse. Mais j'ai laissé certains événements me changer et j'ai tout perdu. J'ai tout perdu parce que je n'ai pas eu la force de me battre. Mais aujourd'hui tout va changer.

Je me souviens. Petit à petit je me souviens de tout, de mon nom, et du parfum des roses en été. De toi mon amour et du goût du chocolat chaud le matin. Je me souviens de mes rêves et de mes cauchemars. De la sensation de ta peau sur ma peau et du son mélodieux du piano. Je me souviens des croissants chauds du dimanche et de ton sourire à mon réveil chaque matin. Du plaisir que je prenais à danser sous la pluie. De mon amour pour la musique et la littérature. Je me souviens, tout me reviens.

Je me souviens du passé, de toutes ces choses qui sont arrivées et que j'ai souhaité oublier. J'ai bien réussi. J'ai oublié, toi, nous, tout. Mais la vérité c'est que sans ces choses, sans ces souvenirs qui me faisaient souffrir, qui suis-je ? Mon passé me construit et sans lui je n'ai plus d'identité, je n'ai plus rien. Je ne t'ai plus et je ne suis plus. Alors je me souviens. Chaque jour un bout de ma vie me reviens. Je me rend compte qu'il n'y avait pas que du mauvais. Mais quand la douleur et si forte que pleurer devient impossible, on ne se rend plus compte de ces choses précieuses qui nous entoure. A présent je sais que ce sont toutes ces petites choses du quotidien qui font que ma vie est merveilleuse. Mais ces choses, pour m'en souvenir je dois aussi me souvenir du reste.

Alors je me souviens. Ça fait mal mais ça fait du bien. Mes souvenirs sont comme des gifles et des baisers. Ils me blesse et ils me guérisse. Ils me tue et ils me font vivre. Et toi journal tu es celui qui me permet de me rappeler celle que j'étais, celle que je suis. L'encre qui coule, c'est la vie qui revient. Ces pages qui se remplissent, c'est ma vie qui défile.

16

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,