Souvenirs 20

il y a
4 min
65
lectures
14

Un texte c'est comme une vie, il naît, il grandit mot après maux, il vit à travers ses lecteurs et il s'achève brutalement par un point final. Mais un bon texte c'est comme une bonne personne, il  [+]

Le commissariat était à une demi-heure de route de la prison. Le trajet me semblait bien trop long pour que je le passe à ressasser ma rencontre avec Bill. J'allumais la radio et je me rendis compte de l'importance qu'avait prise la musique dans ma vie. Elle m'empêchait de me retrouver seule avec moi-même, c'est vrai, mais au-delà de ça, elle représentait beaucoup. Elle arrivait à changer mon humeur. Elle me permettait de me contrôler, de m'apaiser, de calmer mes peurs. J'avais besoin de la musique dans ma vie comme on a besoin d'oxygène. Je changeais de stations à la recherche d'une bonne chanson quand je tombais sur « Locked away » de R. City et Adam Levine. Je me laissais emporter par le refrain.

« If I got locked away
And we lost it all today
Tell me honestly, would you still love me the same?
If I showed you my flaws
If I couldn't be strong
Tell me honestly, would you still love me the same? »

Si j'étais enfermé
Et que nous perdions tout aujourd'hui
Dis-moi honnêtement, m'aimerais-tu toujours de la même façon?
Si je te montrais mes défauts
Si je ne pouvais être fort
Dis-moi honnêtement, m'aimerais-tu toujours de la même façon?

Je ne remarquais pas tout de suite que la chanson était finie. J'étais plongée dans mes souvenirs. Je constatais alors que tout m'était revenu. Absolument tous mes souvenirs. De ce premier soir en boîte de nuit, à cette rencontre avec le lieutenant Martin. Je me souvenais de ce sandwich jambon beurre que nous dégustions sur cette chaise de jardin qui me semblait si confortable alors. Je me souvenais de nos discussions, de cette fois où je t'avais dit ne croire en rien. Aujourd'hui, c'était différent. Aujourd'hui, je croyais en l'avenir. Aujourd'hui, je croyais en toi.

J'arrivais devant le commissariat avec un mélange d’appréhension et de soulagement. Je ne m'étais jamais sentie à la hauteur. Mais aujourd'hui, pour la première fois, je me sentais capable de tout. Je fis les dernier mètres bercé par « Je t'emmène au vent » de Louise Attaque. Je respirais un grand coup et entrais enfin. Mon regard se posa sur Alice qui sortait du bureau du lieutenant Martin. Je baissais les yeux, incapable d'affronter son regard. De toute évidence, il me restait encore des progrès à faire.

-Mademoiselle Joyce, m'interpella le lieutenant alors qu'Alice tournait la tête vers moi.

-Bonjour, puis-je vous parler ?

-Bien sûr, suivez-moi.

J'entrais dans son bureau et constatais que rien n'avait changé depuis ma dernière visite. Le bureau croulait toujours sous les dossiers et sur le tableau noir apparaissait encore les mots de ses collègues.

-Asseyez-vous, je vous en prie. De quoi voulez-vous me parler ?

-De l'affaire Caron.

Je m’interrompis, soudain mal à l'aise. Il me regarda surpris, avant de reprendre la parole.

-Avez-vous retrouvé la mémoire ?

-Oui.

-Oh !

Il me regarda à nouveau, pensif. Il semblait mal à l'aise lui aussi. Il hésitait à reprendre la parole. Je ne pouvais que comprendre au vu de notre dernier entretien au cours duquel j'avais non seulement perdu connaissance mais aussi perdu la mémoire. Je brisais le silence.

-Je suis prête à parler. À vous dire tout ce que vous voudrez savoir si toute fois il n'est pas trop tard.

-Non, le procès vient de commencer. Je n'ai besoin de savoir qu'une seule chose, j'espère que vous pourrez me répondre. Prenez votre temps, d'accord ?

J'acquiesçais silencieusement. Le lieutenant reprit la parole.

-Mademoiselle Joyce, que s'est-il passé entre vous et Bill Caron ?

J'inspirais profondément avant de lâcher :

-Bill m'a violé. Il y a presque deux ans, le 12 juin 2014.

-Racontez-moi ce qui s'est passé exactement Sally. Me demanda-t-il tout doucement, comme s'il craignait que je m'effondre.

-Je ne me souviens pas de tout, vous savez. J'ai seulement des bribes qui me reviennent. J'étais partie à la mer avec Lucie, une amie à moi à l'époque. On venait d'être diplômé et on voulait fêter ça. Lucie organisait toujours les fêtes les plus folles. J'ai dû boire deux verres, trois tout au plus. Pas de quoi me mettre dans l'état dans lequel je me retrouvais alors. Ça a commencé par un mal de tête, j'avais l'impression que le monde tournait autour de moi. La musique, les discussions, tous les bruits me semblaient lointains. Un peu comme un fond musical qu'on entendrait à peine, vous voyez ? Ou plutôt comme si j'étais dans une autre pièce, les bruits étaient étouffés.

Les larmes coulaient sur mes joues librement tandis que je continuais :

-J'ai alors décidé d'aller me coucher. Je ne sais pas combien de temps s'est écoulé avant qu'il n'arrive dans la tente. Il a commencé à me parler tout doucement et à m'embrasser. Et puis j'ai eu mal, très mal. C'était une douleur atroce dans le bas-ventre. Je serais incapable de vous dire si j'ai eu la force de lui dire non. Je ne me souviens même pas de m'être défendue. Je sais simplement que je voulais dormir. J'étais si épuisée. Il y avait cette musique qui me parvenait et puis plus rien. Je ne me suis pas battue, je l'ai laissé faire, ai-je dit en éclatant en sanglots cette fois.

Le lieutenant s'est levé, a fait le tour de son bureau et s'est agenouillé devant moi. Il m'a regardé droit dans les yeux avant de me dire :

-Ce type vous a drogué Sally. Vous étiez incapable de vous défendre. Vous ne devez pas vous en vouloir pour ça, vous m'entendez ?

-Mais j'aurai dû parler ensuite. Alice... C'est de ma faute. Si j'avais parlé, il ne lui serait rien arrivé.

-Il a fait du mal à beaucoup de monde, vous n'êtes coupable rien. C'est lui le responsable. Aujourd'hui, vous parlez, c'est le principal. Vous témoignerez à son procès et on l'enverra derrière les barreaux, d'accord ?

-Oui, ai-je murmuré.

Après avoir réglé les derniers détails, je suis sortie du bureau, les larmes coulants toujours sur mes joues. En sortant du commissariat, je constatais qu'Alice m'avait attendu. Avant que j'aie pu faire demi-tour, elle m'interpella.

-Je suis désolée, mais je n'ai pas le temps de bavarder Alice.

La vérité, c'est que j'étais incapable de la regarder dans les yeux, j'étais incapable de lui parler après ce que j'avais fait.

-Ça ne prendra qu'une minute Sally.

J'attendis qu'elle reprenne la parole. Je regardais le sol pour éviter de croiser son regard. J'étais persuadée qu'elle me détestait.

-Je sais qu'il t'est arrivé la même chose qu'à moi. J'ai parlé à Nathan, il y a quelques jours, je voulais te voir, mais il m'a expliqué que tu étais partie. Je ne t'en veux pas Sally, tu sais ? Pour être honnête, si Josh n'avait pas parlé à la police dans mon dos, je n'aurais rien dit non plus. Il faut que tu comprennes que toi et moi, nous ne sommes coupables de rien. Tu sais combien de filles viennent témoigner ? Douze. Ça fait douze personnes qui n'ont pas osé parler avant toi.

Josh était son fiancé. Je connaissais Alice depuis le lycée et je l'avais toujours vue avec Josh. Plus je l'écoutais et plus je me disais qu'elle avait raison, qu'elle et moi étions pareilles, les victimes de Bill. Je détestais me voir comme telle, mais c'était la vérité, je n'avais rien à me reprocher.

-Regarde-moi Sally.

Je levais les yeux vers elle m'attendant encore à voir de la colère ou du dégoût. Mais elle me souriait. Elle me souriait comme elle m'avait toujours souri, comme à une amie.

-Sally, promets-moi d'arrêter de t'en vouloir. Promets-moi de reprendre ta vie en main. Et retourne voir Nathan, tu n'imagines pas combien il est mal sans toi. Il ne travaille plus, il traîne dans les rues en attendant je ne sais quoi. Il va mal et je crois qu'il s'en veut. J'ai parlé avec lui et tu lui manques tellement. Promets-moi d'aller le voir.

-Je te le promets Alice.

Elle me prit dans ses bras et me chuchota, « vous serez toujours mon amie Sally Joyce ». Et toute ma culpabilité s'envola. J'allais m'en sortir. J'étais libre. J'étais en vie. Il ne me restait qu'à retrouver Nathan.
14
14

Un petit mot pour l'auteur ? 26 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daddy99
Daddy99 · il y a
émouvant , vrais bravo
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Merci beaucoup !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un joli texte plein d'optimisme et d'espoir et bien écrit! Bravo! Mon vote! Vous avez voté pour “En Plein Vol” pendant les qualif’. Comme il ne nous reste que 3 jours, je vous invite à renouveler votre soutien si vous l’aimez toujours! Merci d’avance!
Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
Happy end! mais je lis plus bas qu'il te reste encore deux épisodes à écrire.... diantre....
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Ils sont à présent fini, je mes met bientôt :-)
Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
Et mon Quai des Indes? tu m'y as un peu abandonné....non? ;-)
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Oui, j'y retourne bientôt, j'ai un peu abandonné ShE pour le moment c'est vrai, toutes mes excuses
Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
je te pardonne.... provisoirement. :=))
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Merci, je passe tout à l'heure !
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Enfin la libération ! Un épisode émouvant...
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Merci beaucoup !
Image de Charlotte Talon
Charlotte Talon · il y a
j'ai voté pour toi pense à me soutenir sur le grand prix "de bonheur" et " camping" merci
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Je passerai
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un bien beau recit johanna je vote sans hesiter
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Merci beaucoup !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Tu travailles bienv johanna
Image de Margue
Margue · il y a
bravo Johanna, je l'ai mon happy end, je plaisante bien sur ! tu n'es pas tombée dans le mélo. c'est écrit sobrement; c'est beau !
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Merci de passer lire cette histoire à chaque fois. Il ne reste que deux parties et j'espère ne pas tomber dans le mélo justement. Merci encore !
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Silence brisé
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Enfin
Image de Michel Castre
Michel Castre · il y a
Une fin courageuse pour un avenir sûrement moins sombre.
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Merci, sûrement oui
Image de JPM
JPM · il y a
Malgré l'horreur initiale cette histoire finit bien on dirait
C'est que tu es foncièrement optimiste Johanna
Cet épisode est très bien écrit
Il coule
On le dévore
C'est chouette
Bravo

Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Merci beaucoup JPM !
J'essaye en tout cas d'être optimiste