Soraya et Mario

il y a
1 min
220
lectures
4
Finaliste
Jury

Prendre la plume c'est s'embarquer comme pour un beau voyage, il y a une part de mystère, une part de découverte, une part d'exotisme, une part d'aventure. Fixer un cap ou caboter c'est toujours  [+]

Mario glissa ses mains blanches et vigoureuses jusqu’à la hauteur des seins de la belle mulâtre dont il humait, d’un nez coquin, les fragrances musquées et enivrantes de son jardin secret. L’extrémité de ses doigts lubrifiés par l’excitation de sa partenaire effleura les deux aréoles en dessinant de petits cercles lents et modulés. L’espace d’un battement de cils, la peau de Soraya fut parcourue de frissons, ses phalanges aux griffes acérées se crispèrent sur les épaules du sculptural jeune homme. La turgescence des mamelons surprit le bel italien. La foudre du plaisir s’abattit comme un glaive à la lame tranchante où le corps moite et ondulant de Mario se fendit du derme de l’index scrutateur jusqu’à l’entrejambe humide et frétillant. Sa verge se raidit et tout son être se mit à trembler, les vibrations s’amplifièrent, les ondes mues par de mystérieuses forces érotiques se propagèrent à l’autre corps. L’enveloppe de Soraya fut prise à son tour de convulsions. Livrés aux pulsions ardentes de leurs émotions les deux amants entrèrent en résonnance tel un cristal de Bohème. Leurs ébats échappèrent à tout contrôle. Ce ne fut que flot de caresses appuyées, de lèvres assoiffées de breuvages, d’étreintes violentes, de seins mordillés, de fruits exotiques et juteux pris à pleine bouche, d’accolements torrides, de regards incandescents, d’orifices et de méats pénétrés avec l’ardeur dévastatrice de langues, de doigts et de sexes... Le Kamasutra fut troussé avec une fougue compulsionnelle. Lorsque les deux demi dieux se retrouvèrent face à face, haletants, ruisselants de sueur, bouches ouvertes, iris brillants et magnifiés, dans la position de « la fleur de lotus », leurs mains cherchèrent une ultime prise avant l’estocade fatale, un sein pour l’un, une fesse pour l’autre, leurs corps se tétanisèrent. Leurs sexes dilatés suintants de désirs eurent une vague de soubresauts à l’instant de la pénétration ultime, puis libérant l’énergie volcanique contenue en eux, déversèrent leurs laves incandescentes par salves successives. Une liqueur brûlante et nacrée, fusion de leurs âmes, inonda le ventre de Soraya et le pubis de Mario. Les échines fiévreuses se cambrèrent. Les mains lâchèrent leurs proies respectives pour s’étreindre, doigts enlacés, avec une force inouïe. Les gorges libérèrent les flux de jouissances provenant de la profondeur de leurs êtres. Aux cris stridents et saccadés firent écho de longs et graves râles, point d’orgue de la communion de deux corps sublimés.

4
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Terrasse

Hermann Sboniek

C’est une terrasse en bois au-dessus de la jungle Birmane. Elle ceinture une maison construite à flanc de colline. Sa partie la plus large semble posée sur des frangipaniers en fleurs. Puis le... [+]