Solitude

il y a
1 min
15
lectures
1
La solitude est un sentiment qui a pour origine un état. On se sent abandonné, cloîtré, délaissé, isolé, séparé. Autour de nous, c’est le désert, le cloître. Selon ces différents états, on se retrouve en situation de rejet comme en exil ou en quarantaine, en situation de manque comme dans un veuvage ou par la mort d’un être aimé. L’absence due aux séparations crée un sentiment de manque d’abandon. Dans ces différents cas énumérés, la solitude nous tombe dessus, elle est subie et cela fait mal. Dans le questionnement du pourquoi, il n’y a souvent pas de réponse, ou si l’on trouve des réponses c’est en se culpabilisant, souvent à tord parce qu’il est des événements auxquels on ne peut que se soumettre, comme le départ de l’être aimé, la séparation, la mort. Ce sont des états inhérents à la vie même. Par exemple, nous élevons nos enfants en sachant qu’un jour ils partiront vivre leur propre vie. La vie n’est pas statique, elle est faite d’un certain nombre d’événements et engendre inexorablement une évolution de notre destin.
Par contre, il est des états choisis. Il arrive que l’on choisisse de s’isoler, de s’enfermer dans son cocon, de partir en retraite, de se recueillir, de se retrancher, de s’enfermer dans sa tour d’ivoire. Dans ces différents cas, sauf pour la retraite bien sûr qui parfois est imposée par un contexte économique difficile, oui dans ces cas on choisit la solitude. Le plus important à mon sens est qu’on éprouve le besoin de s’isoler pour respirer, pour ne plus être un numéro lambda de notre société où les apparences sont la norme. Quand on vit en société, le paraître a beaucoup d’importance. On se doit de se fondre dans la masse pour ne pas laisser transparaître nos différences, pour ne pas risquer le rejet. Alors, pourquoi choisit-on la solitude, je répondrai pour s’accorder le droit d’être soi avec nos peurs, avec nos peines, avec nos ressentis quel qu’ils soient. La solitude peut devenir salvatrice.
La solitude, sentiment imposé ou choisi, n’est jamais une fin en soi. C’est une étape. Venir dans une association comme la notre, y participer, montre qu’il est des moyens de sortir de sa solitude. Mais pour cela, il faut le vouloir et aller jusqu’au bout de son choix pour s’ouvrir aux autres.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Le Bigoudi

Laurence Debril

La porte de l'ascenseur s'ouvre dans un grincement suspect. Oh, le joli petit couple du sixième. Elle – Coralie ? Rosalie ? Impossible de se souvenir de son nom – la salue dans un sourire ... [+]