Sirène

il y a
1 min
617
lectures
31
Qualifié

Vous trouverez sur mon blog www.juliederussy.com d'autres textes : nouvelles, contes, poèmes  [+]

Je ne sais si je l'ai rêvée.
C'était en Grèce. Cherchant la solitude, j'étais allé me perdre dans l'île la plus lointaine. Tous les matins, je gagnais la plage, et, nu comme au premier jour, je renaissais entre les vagues. Le plaisir de fendre la mer me semblait toujours neuf ; je nageais des heures durant. J'avais découvert, à une centaine de mètres de la côte, un large rocher dont la pierre chauffée par le soleil m'accueillait entre deux baignades. C'était, au sein de la mer, un petit morceau de terre.
Je m'étais endormi, je crois. Au réveil, elle était là. Penchée sur moi, sa chevelure constellée d'eau pleuvant sur ma poitrine.
Je ne pus la voir, d'abord. Elle m'éclaboussait de soleil. Puis, son visage se dessina dans l'ombre, et je sus son regard, le rouge de sa bouche, la perfection de sa nudité.
Etait-elle fille, femme ou sirène ? Elle ne dit pas un mot, mais ses yeux me parlaient. Ils me donnèrent l'ordre de l'embrasser. Nous roulâmes ensemble sur le chaud de la roche, nos bouches fondues, son corps humide contre le mien.
Elle était belle comme seuls les songes savent l'être, les cheveux épars sur la pierre, les yeux fermés, abandonnée.
La pointe de son sein ressemblait à une perle brune ; je la mordis, et ce fut son premier soupir.
Je descendis encore, parcourant de baisers son ventre salé, avide de la goûter.
Son sexe était un coquillage ouvert, dentelles de chairs laiteuses fendues en deux. J'y glissai la langue. Elle avait le goût et l'odeur de la mer. Je m'y enfonçais, assouvissant ma soif. Elle fut en cadence avec moi, ses soupirs crescendo, et je sentis sa chair palpiter contre mes lèvres.
Quand je me redressai, heureux, elle eut un sourire, se retourna, et, d'un seul mouvement, elle regagna la mer.
Ebahi, je la regardai disparaître. Seules traces de son passage : un rideau d'écume sur la mer, et trois gouttes de sperme sur la roche.
Retrouvant mes esprits, je voulus la poursuivre. Mes efforts furent inutiles. Les vagues avaient protégé sa fuite.
Les jours qui suivirent, je la cherchai partout. Sur l'île, sur la plage, dans la mer.
En vain.
Depuis, je n'ai cessé de la rêver.

31

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Eddy Bonin
Eddy Bonin · il y a
C'est chaud et tellement beau en même, temps. Vive les rencontres de bord de mer :-)
Si un voyage surfant entre Biscarosse et Biarritz vous tente, c'est par là : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/hotel-du-palais
Ne vous étonnez pas si vous y croisez aussi une petite sirène... ;-)

Image de Pel Mel
Pel Mel · il y a
Heureux qui comme qui comme cette miss lisse la mer d'un beau voyage...
Image de Irina Nouvelles Erotiques
Irina Nouvelles Erotiques · il y a
Poétique et délicieux, je vote !
Image de Marie Lacroix-Pesce
Marie Lacroix-Pesce · il y a
Du bruit des vagues naît un rêve ébloui.
Je vote.

Image de Philapine
Philapine · il y a
Nouvelle poétique et suggestive, comme un rêve éthéré.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Bretagne

Wynn

15 août 1606, Combrit, Bretagne, dans un champ de blé
La terre est lourde, le soleil cogne contre sa nuque. Encore et toujours, inlassablement, dans cet immense champ. C’est... [+]

Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]