5
min

Si petite, si légère...

Image de Francine Lambert

Francine Lambert

1133 lectures

926

FINALISTE
Sélection Public

Imperceptiblement, mais ostensiblement, à petits pas comptés, appuyée sur ses bâtons, la petite vieille chenue avançait. Chaque effort la propulsait inexorablement vers l'objectif précis qu'elle distinguait à peine, droit devant elle. Alors elle continuait son chemin, évitant de penser. Ou plutôt elle glissait vers ce but. L'un après l'autre, ses pieds se mouvaient vers lui avec une lenteur calculée. Geste mesuré, souffle retenu. Un pas après l'autre. Lentement, laborieusement, mécaniquement. Et Yula recommençait, encore et encore. Elle n'avait pas le choix. Là où déjà deux hommes aguerris avaient échoué, elle devait réussir. Ses yeux fixaient sans relâche, là-bas, le petit point d'un blanc sale, à peine visible au ras du sol, et dont la silhouette cependant commençait à se matérialiser à mesure de sa laborieuse progression. Elle se faisait légère, elle qui, déjà, ne pesait plus guère. Ni par son corps, ni par son esprit. Plus rien en elle n'avait assez de poids désormais. Pourtant, c'était justement pour cette raison qu'on l'avait désignée, elle, entre tous les candidats potentiels. On avait longtemps cherché, discuté, hésité quand, au milieu du groupe, quelqu'un avait demandé :
« Et pourquoi pas Yula, la petite vieille ? Elle est petite et, surtout, légère... »

Elle n'avait pas été choquée qu'on la désigne ainsi, car c'était bien ce qu'elle était devenue, une petite vieille chenue. Les autres l'avaient regardée, jaugée et très vite, tous étaient tombés d'accord : il fallait essayer. Yula devait y aller ! C'était l'unique option, la seule et ultime solution ! Elle, elle n'avait rien dit. Cela faisait trop longtemps qu'elle ne parlait plus, qu'elle se sentait inutile. Elle avait juste hoché la tête, en signe d'acquiescement. Oh non, elle n'avait pas réfléchi ! A quoi bon ? Elle ne pesait plus guère, elle en était consciente. Alors il valait mieux que ce soit elle, plutôt qu'un enfant. Sa vie était passée, achevée presque, elle n'était plus qu'une bouche inutile voilà tout. Mais il ne fallait pas trop réfléchir, sinon elle aurait pu renoncer. Et c'était impossible, elle le savait bien. Trop de vies en dépendaient. Alors elle secoua la tête, chassa les idées perturbatrices :
« Ressaisis-toi ! se sermonna-t-elle. Fais-le, c'est tout ! »

Et Yula se remit à compter ses pas, se concentra sur ses gestes, maîtrisa au mieux sa respiration et reprit sa marche lentement, mesurément, laborieusement, mécaniquement. Encore un pas ; un autre encore ; puis un autre. Elle approchait, doucement, indubitablement. Un regain d'espoir l'envahit tout à coup. Peut-être y parviendrait-elle finalement ? Elle n'était pas si maladroite autrefois. Oui, elle se prenait à y croire. Sinon à quoi bon ? Maintenant, à l'emplacement de la forme d'un blanc souillé qu'elle ne quittait pas des yeux un seul instant, elle voyait un amas presque jaunâtre dont le ventre semblait onduler par instants. Ce ne serait pas facile, à n'en pas douter. Sa tâche s'avérait d'autant plus délicate que Yula serait seule pour y faire face. Et elle était si petite, elle se sentait si légère. D'ailleurs, à cet instant, elle n'avait jamais autant eu conscience d'être petite et légère à ce point...

Plus que quelques mètres à parcourir. Comme la distance lui avait semblé longue jusque-là ! Et qu'elle lui paraissait courte à présent ! Pourvu que cela ne craque pas ! « Je suis petite et légère, se rassura-t-elle, si petite et si légère... ». Son but était là, à portée de main, juste là devant ses yeux qui commençaient à s'embuer à force de fixer. Alors Yula se redressa de toute sa hauteur, elle qui était pourtant si petite. Fièrement, par défi. Pour se donner du courage peut-être ? Au loin, ceux qui l'observaient soupirèrent d'effroi : elle paraissait en effet si petite, semblait si légère... Sa tête dominait à peine la forme gisante. Comment pourrait-elle réussir ? Chacun doutait, mais personne ne disait mot. Pour l'heure, c'étaient eux qui retenaient leur souffle, qui économisaient leurs mouvements, comme si le moindre geste de leur part risquait de tout compromettre. Mais que pouvaient-ils faire de si loin ? C'était trop tard. Leur sort à tous était entre les mains de Yula, la petite vieille si petite, si légère.

Elle, elle voulait leur montrer qu'elle ne faiblirait pas malgré son âge, malgré cette petitesse et cette légèreté qui étaient, à cet instant précis, ses atouts les plus fiables. Encore un pas doucement glissé, un autre encore, puis un dernier. Soudain, elle ressentit la morsure du froid glacial tandis que le sol grondait sous ses pieds. Elle se figea. Le calme était déjà revenu ; l'alerte n'avait pas duré plus d'un millième de seconde. Peut-être avait-elle été victime de son imagination ? Elle était si tendue, si crispée ! Elle avait dû rêver cette épreuve qu'elle redoutait d'affronter...

À nouveau, Yula se raisonna. C'était le moment, elle était assez près maintenant. « Légère, légère, sois légère... », se répétait-elle mentalement pour se donner le courage d'agir. Ce faisant, elle se pétrifia, statue humaine qu'aucun signe de vie ne trahissait. Elle se rappela les conseils qu'on lui avait prodigués avant d'entreprendre sa périlleuse mission : avancer lentement comme un automate, se fondre dans le décor pour tromper l'ennemi, devenir minéral, partie intégrante de cette immensité glaciaire. Aussi les femmes l'avaient-elles revêtue de blanc, pour parfaire l'illusion. Seule la corde qui la reliait au groupe se détachait, long serpent brun ondulant derrière elle sur l'étendue immaculée. La corde et, toute proche, cette tache sale et frémissante qu'elle ne quittait pas des yeux. Quand Yula se remit en mouvement, chacun de ses gestes s'était ralenti à l'extrême, presque décomposé. Elle fit un large cercle pour contourner son adversaire et saisit aussi imperceptiblement que possible l'arme qu'elle portait. Elle se souvint en cet instant des instructions de son père lorsqu'il lui en avait appris le maniement, alors qu'elle n'était encore qu'une toute petite jeune fille. Sans précipitation, avec une lenteur étudiée, elle refit un à un les mêmes gestes, méthodiquement, sans hâte, avec détermination. Yula ressentit alors une certaine fébrilité, l'excitation du chasseur. Une onde fulgurante de bonheur la submergea. C'était l'instant crucial. Quelques secondes encore, et tout serait joué. Une seule erreur, et tout basculerait. Serait-ce la fin ? Soudain, avec une vivacité surprenante, elle arma et pointa son arme. Sa main ne trembla pas. D'un geste sûr, elle tira.

À ce moment précis, un craquement sinistre monta des profondeurs et s'amplifia. Aussitôt, Yula distingua la fissure qui se propageait à la vitesse de l'éclair alors que, devant elle, presque à ses pieds, un violent soubresaut secouait le corps roulé en boule. Un grognement sourd s'en échappa, suivi d'une longue plainte. Vite, Yula attacha la corde et s'écarta, s'enfuyant aussi vite que son corps le lui permettait, se refusant à regarder derrière elle. Elle n'avait plus d'âge, elle n'était qu'une succession de réflexes musculaires pour assurer sa survie. Sa psalmodie reprit, à haute voix cette fois : « Légère, je suis légère, petite et légère, si petite et si légère... ». Encore et encore, au fur et à mesure qu'elle revenait sur ses propres traces, les mots rythmaient sa fuite. En réchapperait-elle ? Personne n'aurait pu le dire en cet instant. Mais tous l'espéraient. Yula glissait rapidement maintenant, au rythme cadencé de ses bâtons. Les trois mêmes sons l'accompagnaient en alternance dans le silence glacial : sa propre litanie, troublée par la plainte animale et les craquements réguliers du sol. Était-elle poursuivie ? Elle n'en avait aucune idée et ne voulait pas le savoir. Elle avait accompli sa mission, c'était tout ce qui comptait.

Les hommes devaient avoir pris le relais maintenant. Mais parviendrait-elle à les rejoindre ? Elle avait peur à présent. Elle força l'allure. C'est alors que Yula les devina, formes humaines qui ahanaient sous l'effort : elle gagnait du terrain vers eux. Elle était sauvée ! Mais elle entendait toujours, derrière elle, de sinistres craquements, sans toutefois pouvoir en évaluer la provenance exacte. C'était cela le plus terrible, le plus dangereux. Elle avançait en aveugle, incertaine de son sort, fixant maintenant avec un regain d'espoir ses congénères qu'elle distinguait au loin. Les autres aussi la voyaient : petit point tout juste perceptible sur la glace, mais qui se rapprochait. De leur côté cependant, des exclamations joyeuses fusaient pendant que les hommes tiraient sur la corde, faisant glisser vers eux le butin tant convoité. Quand Yula crut les atteindre enfin, elle était à bout de souffle ; les chasseurs, quant à eux, avaient achevé leur besogne : un à un, ils se congratulaient. Certains la saluaient du geste : grâce à elle, ils mangeraient et survivraient. Alors Yula se détendit un peu, juste un peu. Elle rassembla ses dernières forces en un ultime effort, soulagée. Ce faisant elle avait ralenti, juste un peu, pendant que derrière elle le paysage s'effaçait à grands fracas : la glace avait tenu, enfin presque...

Voyageur, à l'entrée du village, devant la salle communale, se dresse fièrement la statue de Yula, la petite vieille chenue. Sur son socle, si tu es curieux, en te penchant un peu, tu pourras lire cette inscription un peu ternie par le temps :

Quand Yula se dressa
La glace résista

Plus rapide que l'air
Dans le silence froid
Sa flèche s'envola
Tuant l'ours polaire

Ainsi la tribu honora
Celle qui la sauva

Si petite, si légère...

Et chaque année, les Inuits reconnaissants remercient Yula, la petite vieille chenue, au cours d'une grande fête. Elle qui fut, en effet, si petite, si légère . . .

PRIX

Image de Hiver 2018
926

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Musicamots
Musicamots · il y a
Oh le suspens ! On est ligoté à sa chaise, les yeux rivés sur l'écran... Bravo !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Waouh ! Vous ne pouviez me faire plus beau compliment Musicalité, merci infiniment et à bientôt l
·
Image de Musicamots
Musicamots · il y a
Mais de rien. Ce fut un bonheur de vous lire, alors, il faut le dire... Bonne route
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Je suis très touchée, merci encore et belle soirée Musicamots !
·
Image de Eve Roland
Eve Roland · il y a
Très jolie fable ;-)
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Histoire imaginaire, fable je ne sais . . . merci de l'avoir appréciée Eve !
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Merci pour ce beau moment dans la vie d'un inuit .
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Merci à vous d'avoir pris le temps de lire ce texte Ginette !
·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Quelle belle histoire en effet... Attachée à Yula, la petite, la légère, à sa marche comme un chemin de croix pour la survie... Votre histoire se lit avec beaucoup de plaisir, et je suis d'accord avec Dranem, elle semble être une légende ancestrale de ce peuple courageux. Alors merci beaucoup pour ce si bon moment partagé !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Merci beaucoup Lélie ! Si cette histoire ressemble à une légende j'en suis à la fois étonnée et ravie car elle est totalement imaginaire, au plaisir !
·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Elle est magnifiquement imaginée !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
C'est vraiment gentil, encore merci et bonne soirée Lélie !
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Une belle histoire ... comme un récit légendaire retrouvé... une écriture limpide et légère comme Yula !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Je suis vraiment heureuse que vous ayez apprécié ce texte un peu ancien . . . et tout particulièrement touchée par votre commentaire concernant son écriture, merci infiniment Dranem !
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Au plaisir d'autres partages !
·
Image de De l'Air !
De l'Air ! · il y a
Très beau récit, intense et bien conté, en forme d'ode au courage, qui transcende une petite femme chétive en héroïne ...
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Votre commentaire me touche beaucoup André, merci et au plaisir !
·
Image de De l'Air !
De l'Air ! · il y a
Merci Francine, mais je suis Christian ... et non André !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Oups, je suis vraiment désolée Christian ! Voilà ce que c'est de faire plusieurs choses à la fois . . . Bonne soirée et à bientôt !
·
Image de De l'Air !
De l'Air ! · il y a
Bonne soirée à vous (à toi ?) et à bientôt !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
"à toi" sans problème :-)
·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
un joli texte, j'ai suivi avec plaisir et intérêt les efforts de Yula :-)
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Merci beaucoup Ode, à bientôt !
·
Image de Fantomette
Fantomette · il y a
On croirait presque du vécu, bravo Francine
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Voilà un beau compliment pour un récit totalement imaginaire, je suis touchée !
·
Image de Serge
Serge · il y a
Merci Francine, j'aime cette épopée, un hymne au courage !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Merci à vous Serge, "hymne au courage" résume bien ma nouvelle en effet ! Au plaisir !
·
Image de Jo Theroude
Jo Theroude · il y a
Je passe par ici pour vous (re)féliciter quand même pour cette finale, car dans mon palmarès vous étiez lauréate...
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Comme c'est gentil à vous Jo, je suis vraiment très touchée de cette attention ! Huitième place, ce n'est pas si mal en regard du nombre d'oeuvres publiées . . . et votre message vaut bien toutes les récompenses ! A bientôt et merci encore !
·