"Si j'étais toi..."

il y a
3 min
27
lectures
1

Instants de vie d'une trentenaire! Impression de déjà vu, vécu, mes observations se transforment en émotions. Ça vous dit de passer un moment en ma compagnie? Ouvrez la porte(sans toquer)  [+]

"Si j'étais toi je ne m'y prendrai pas comme ça, je ne ferai pas comme cela, je te conseillerai de lui dire ça,...Et Bla Bla Bla, tous les "j'étais toi" qui hantent notre quotidien!

Nombreuses fois j'ai envie de hurler "Mais merde, tu es moi? Non! Alors fermes ton clapet! Ne me dites pas que cette pensée ne vous a jamais traversé l'esprit, je vous croirait pas! Moi, ça m'horripile. Oui les conseils sont toujours bons à prendre, je sais, mais quand ils se transforment en conseils "clones" c'est à dire d'avoir cette fâcheuse impression d'avoir un clone à côté de soi qui sait ou croit savoir ce qu'est le meilleur pour toi là, je dis :Aaaaaaaahhh! Sauves qui peut! Je crois que plus l'on avance en âge et plus on a du mal à accepter le "si j'étais toi" que l'on a si l'habitude d'entendre.

Notre vie est rythmée par des cons (oups) qui croient savoir à notre place. Regardez les publicités :"Une banque faite pour vous", "La voiture idéale pensée pour vous", et tout le tralala. Le vice est même poussé jusqu'au choix de notre rouleau de PQ "si doux, si moelleux", royal non pour mon trou de balle? Qu'est-ce qu'ils en savent d'abord, peut être que certains popotins préfèreraient d'autres textures! On réfléchit "comme nous" pour que l'on évite le plus possible de cogiter. On connaît tous dans notre entourage des personnes aimables et prêtes à se mettre à notre place voire se télé transporter au sein de notre propre pensée.

Alors oui souvent, de ne pas faire comme Toi qui est si parfait, qui a la science infuse et qui sait ce qui est bon pour moi, oui Toi, je t'emmerde!

Et si j'ai pas envie de "faire partie de la masse" et d'avoir juste le besoin de conquérir la liberté d'être moi même. Etre soi...ou plutôt "Si j'étais moi". De commencer par le commencement serait déjà pas mal. Comment rassurer son prochain , être dans une démarche de compassion si je n'en ai pas à mon égard? Se réconforter soi même avant d'essayer de remonter le moral à la terre entière, oui, pas mal, mais quel parcours du combattant quand on privilégie le bonheur des autres à la place du sien. Dans ma traversée du désert, pas si facile de trouver sa place. Ce qui est bien en ce moment, c'est que même sans boulot, je change de métiers dix fois par mois grâce aux "Si j'étais toi".

"Si j'étais toi- je garderai des enfants.

-J'ouvrirai un cabinet au sein de ton domicile.

-Tiens, pourquoi ne pas passer des concours.

- Je postulerai dans plusieurs régions.

-Hein, toi qui aime créer, pourquoi ne pas ouvrir ta boutique.

-Aide soignante, assistante dentaire, assistante vétérinaire, assistante en tout...en rien..."

C'est vrai que notre entourage nous connaît parfois mieux que l'on se connaît nous même, mais là, y'en a marre. Il y a des jours ou je sais ce que je vaux, je suis plus sûre de moi et prends ces pseudo conseils pour de la compassion. Par contre, les mauvais jours, pas ceux qui sont gris clair ou nuancés, les jours plus sombres teintés d'une obscurité à n'en voir plus clair, je vis très mal ces quelques pistes recommandées. Se retrouver au chômage avec du temps pour douter, trop de temps pour perdre de jours en jours cette confiance qui au premier abord semble inatteignable lorsque l'on n'y a jamais goûté. Je vis chaque jours comme un combat. Lutte acharnée contre moi mais aussi le regard des autres lorsque dans une conversation le malaise s'installe quand tu dis" Je suis sans emploi". Difficile d'enlever dans les yeux de certains la phrase "Tiens, encore une qui profite de la société" qui tel un laser vient se réfracter en plein dans ma face. Arrive alors le discours "OH! ma pauvre, je ne sais pas ce que je ferai si j'étais à votre place".Tiens! C'est bien un des seuls moments où l'on ne veut pas être à ma place, bizarre, non?

J'en arrive à redouter les repas de famille, moments idéaux pour entendre des millions de petits "Si j'étais toi". C'est là le plus souvent que se joue la scène des aînés qui se doivent de t'apporter la sage parole. "Ca va arriver....Ne t'en fais pas..." Ah j'ai compris, je dois rester là, lever les yeux au ciel et telle une grosse bouse de vache, une grosse case " OFFRE D'EMPLOI FAITE QUE POUR VOUS" va se splasher à cet instant T. C'est enrichissant d'être sans emploi, car ça ouvre au cours du repas des moments de débats avec en thèmes premiers les: " Mais qu'est-ce qu'on va faire de tous nos jeunes", "retraite et compagnie", sans oublier en seconde partie: les sentiments de culpabilité, de honte mélangés d'un soupçon d'humiliation. Certains qui croient ou se persuadent de réussir mieux se sentent comme investi d'une mission, celle de nous éclairer un peu plus sur la définition de la notion d'Echec.

Pour finir, il existe aussi des "si j'étais toi" venus d'une autre planète (mais peut être possible après tout!):

- "Si j'étais toi, je prendrai cette interruption comme un signe de là-haut ou du destin".Je n'y avais jamais pensé, peut-être que des martiens veulent me faire passer un message à travers mon chômage: "Adaline retourner travail quand la bise fut venue..."Ouaih pas convaincue non plus!

-"Si j'étais toi, je me dirai que c'est une phase de transition (Ca faisait longtemps tiens! )

-"A mon avis, ne forces pas les choses, quand ça veut pas, ça veut pas,..." (Constipation quand tu nous tiens!)

Je suis las parfois, avec une humeur oscillant entre les hauts et les bas. Dans un jour "Sans", j'ai tendance à accorder un peu moins ma confiance aux autres, évident puisqu'elle est inexistante dans ces moments là envers moi.

Et puis, il y a des éclaircies qui chassent ces nuages engourdis car je pète un coup et me dis que demain ça ira mieux, c'est sûr, je le sais. En tout cas "si j'étais moi" c'est ce que je me dirais...

1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !