" Sept jours "

il y a
4 min
54
lectures
7

Poète à mes heures perdues... Ce tissu de mensonges... Est issu de cent songes... Je vous aurais prévenus...  [+]

Un certain dimanche en deux mille vingt, la messe est dite...

Un début de semaine presque comme les autres où je suis toujours seul, tristement seul. Il est midi, l'agueusie de la vie m'a repris, deux ans déjà que je traîne avec cette dépression. Je n'ai pas faim encore une fois malgré mon faible poids. Je pleure, ne sais pourquoi. Je n'ai personne à appeler, personne à qui parler, personne à qui écrire.
Je vais dormir, cela va me passer. Je m'endors d'épuisement, n'arrive plus à rêver dans mon monde isolé. Je me réveille vers dix-sept heures et goûte mes lèvres salées.
Je saisis mon portable et laisse un message sur la boîte vocale de ma psychiatre, rien ne va plus je sens que je vais mourir... Une délivrance pour moi.
Ma psychiatre n'est pas à son cabinet le dimanche, je le sais, cet appel au secours est donc inutile. Deuxième nuit blanche d'affilée pour moi, je suis en phase maniaque.
La soirée passe, soudain j'ai envie de crier mais aucun son ne sort. La nuit approche, je prends des somnifères sans compter puis ferme les yeux...

Lundi, le soleil se lève, du côté de la fenêtre de ma cuisine, ses rayons caressent mon visage, c'est très agréable. Une odeur de pain grillé titille mes narines, deux tranches sautent du toaster, je les tartine de nutella et en salive d'avance. Mon bol de café fini de me réveiller, quelque chose a changé depuis hier mais je ne m'en aperçois pas, je ne saurais le décrire. J'allume la radio, écoute de la musique, monte le son et file sous ma douche en fredonnant les paroles d'une chanson que je connais par cœur.
Je fini de me laver, me brosse les dents, me rase. La matinée passe à une vitesse incroyable ! Déjà l'heure du déjeuner ! Je me prépare une grillade sur le barbecue de mon petit jardin, elle est accompagnée de pommes persillées rissolées, un délice. Je passe mon après-midi sur mon transat avec un bouquin à finir, je bronze de par la même occasion... Puis arrive l'instant du dîner, je me contente d'un gaspacho.
Je passe le reste de ma soirée au lit avant de trouver le sommeil...

Mardi, encore une belle journée qui s'annonce aujourd'hui, je n'ai pas faim. J'ai des tas de trucs à faire. Il faut que j'aille rendre ce livre à la médiathèque. Je dois aller faire du shopping. Me réserver une place de cinéma pour le début de l'après-midi. Ma matinée bien remplie s'achève. Le film que je regarde, bien installé dans un fauteuil de velours rouge, est une merveille du septième art. Je sors satisfait de la salle, flâne sur la terrasse d'un café en consommant une pression bien fraîche. Ensuite je me rends dans le jardin public et admire mes achats du matin, des fringues essentiellement, j'ai hâte de les mettre ! Il commence à se faire tard, je rentre chez moi, descend un verre de cognac dix ans d'âge accompagné d'un cigare de la Havane, mon dieu que c'est bon ! Je monte dans ma chambre après m'être douché, change tout les draps de mon lit ainsi que ma housse de couette, branche le ventilateur, me glisse en caleçon là où tout est frais à présent et ne tarde pas à m'endormir...

Mercredi, le soleil persiste tant mieux ! J'enfile mon nouveau jean, mon nouveau t-shirt et lace mes nouvelles baskets. Je suis beau comme un sous neuf. J'insère ma carte SIM dans mon i-phone dernier cri, mis en charge durant la nuit, puis attends neuf heures avant d'appeler mes potes. Je leur propose un pique-nique ainsi qu'une balade en forêt, ils sont emballés, rendez-vous est pris. Nous sommes heureux de nous retrouver en fin de matinée, cherchons un endroit clairsemé dans le bois afin de manger, nous le trouvons. Nous échangeons nos souvenirs d'enfance et de vacances puis nous nous promenons tout le reste de la journée avant de construire une cabane avec des branchages et des lianes, ce soir, comme un accord, nous dormirons à la belle étoile en se racontant des histoires mystérieuses. L'un de nous s'éclipse en ville afin d'acheter des friandises et quelques bières. La nuit tombe, nous allumons un petit feu que l'on maîtrise et nous nous faisons griller des marshmallows. Nuit blanche.

Jeudi, nous nous séparons dès l'aube, chacun rentre de son côté. Je vais faire une sieste afin de recharger les batteries. Je me lève vers onze heures, il fait beau comme les jours précédents. Je passe à la boulangerie, m'achète des viennoiseries et une baguette, me prépare un brunch, jus d'orange, fruits, bacon, œufs brouillés...
Je repense à nos blagues entre potes cela me fait sourire. Vers quinze heures je passe chez mon amie et l'invite à sortir ce week-end. Samedi soir plus exactement, en discothèque car il y a longtemps que nous n'avons pas dansé ensemble.
C'est noté, dans son mémo sur son téléphone portable, tête en l'air qu'elle est, elle serait capable de prévoir autre chose ! Après, je retourne à mon domicile, croise ma vieille voisine qui me demande si je pourrais bientôt tondre sa pelouse en échange d'un petit billet comme d'habitude. Oui, ma voisine est veuve et riche. Je l'aime bien, parfois elle se propose pour repasser mon linge et j'accepte bien sûr !...

Vendredi, toujours beau temps. Je vais chez le coiffeur le matin, je suis excité par le samedi soir qui approche, c'est, je crois, que je suis amoureux de mon amie mais je suis de nature timide, je souhaite de tout cœur qu'un jour elle fasse le premier pas.
Pour ce midi, je passe au Mc drive, la mal-bouffe de temps en temps ça fait du bien.
La canicule s'abat un peu plus tard, je supporte plutôt bien la chaleur alors cela ne me gêne pas plus que cela. Je m'hydrate tout de même avec de la citronnade que j'ai emporté dans une gourde avec moi, car cette chaleur était annoncée. Je fais chauffer ma carte bleue dans de nouvelles boutiques de vêtements. Puis nettoie ma voiture dans un centre de lavage approprié. Ensuite, je rentre. Je compte les heures qu'il me reste avant mon rencard du samedi soir. Un léger vent se lève dehors et la température tombe significativement. Je prends ma seconde douche de la journée, me pose devant la télévision et en profite pour regarder mon DVD préféré pour la énième fois. Je fini par m'endormir allongé sur le canapé...

Samedi, jour « j » le plus beau jour de ma semaine! Le soleil vient de se levé, c'est désormais l'ami de mon petit-déjeuner... La météo ne s'était pas trompée. Je m'habille, sonne chez ma voisine, la salue et tonds sa pelouse, elle me remercie comme il se doit, même plus encore. Je suis impatient, cela me ronge, j'attends la fin de la soirée comme un gamin qui attends le Père Noël ! Les heures passent puis vingt-deux heures arrive, je reprends une douche, me rase, me parfume me change, prêt à sortir.
Je passe chercher mon amie, elle est resplendissante, elle me fait la bise et je note qu'elle aussi s'est parfumée. Nous n'échangeons pas un mot durant le trajet ce qui est surprenant. Je me gare, nous sortons, le physionomiste nous fait rentrer, la nuit s'annonce bien. Et en effet, nous dansons en rythme presque sur chaque titre que le DJ passe. Je commande une bouteille de champagne, le premier slow est lancé, elle m'invite sur Hôtel California, nous sommes très proches puis ses mains descendent sur mes fesses et elle me pose un baiser sur les lèvres... Je suis aux anges...

Dimanche matin, il pleut, la messe est dite...
Ma petite amie est là, une rose rouge dans ses mains...
Quelque chose a changé, je suis heureux...Cela fait déjà sept jours que je suis mort...

7
7

Un petit mot pour l'auteur ? 8 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
J'ai pas vu passer la semaine. Et pourtant, elle s'éternise ...
Image de LaNif
LaNif · il y a
Alors là, bravo, Mickaël ! J'ai pensé un moment que nous allions nous retrouver en voisins de Brett Easton Ellis, que vous alliez sombrer dans une vie de patachon ! mais vous avez eu en tout de la mesure... Est-ce que la mort est venue vous chercher, comme ça, par caprice ? Ou alors, la vie n'en pouvait plus de se mettre en frais pour vous tous les jours , soleil, cinéma, cognac,nouvelles fringues, amis, grillade, shopping,, cigare, petite amie et s'est brutalement lassée...? Auriez-vous oublié de la remercier ? J'ai d'autres pistes, mais chuuut, à chacun de répondre. C'est super bien écrit, j'ai adoré.
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
La mort .... libération de l'âme ... très bien écrit, merci
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
On a bien aimé ! Se pourrait-il que nous soyons morts, nous aussi ?
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Entre triste réalité et rêve euphorique avec la mort en solution du mal être ?!... C'est bien triste !
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
J'ai beaucoup aimé la description de cette joie de vivre au quotidien..
Mais pour la fin j'aurais préféré
"Quelque chose a changé, je suis heureux... Je suis mort... " 🙂

Image de Mickael Gasnier
Mickael Gasnier · il y a
Vos désirs sont désordres ;-))
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
Votre réponse est la parfaite définition de.. Moi!