Santini et la belle aux pieds dormants

il y a
3 min
3 161
lectures
598
Lauréat
Public
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Une histoire légère et très agréable pour un moment romantique un peu loufoque ! La chute et son ironie – un poil mordante – nous ont donné

Lire la suite

« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. » Antoine de Saint-Exupéry

Image de Grand Prix - Printemps 2021
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Depuis sa plus tendre enfance, Santini aime les chaussures et tous leurs attributs. Il collectionne aujourd'hui toutes sortes de bottes, ballerines, escarpins, sandales, mules, chaînes de cheville et bagues d'orteil. Il entasse ses trésors dans des malles, au rez-de-chaussée de sa maisonnette qui donne sur un étroit trottoir. Il réside au sous-sol, confortablement aménagé de l'étrange demeure. Par le soupirail, il regarde passer les pieds de la ville. Ceux exclusivement féminins et joliment chaussés.

Les chaudes soirées d'été, Santini s'installe à cet observatoire pour satisfaire son péché mignon. Le week-end, c'est au jardin du Luxembourg qu'il se livre à ce passe-temps favori. En semaine, il travaille aux Galeries Lafayette. Ce grand magasin recèle des merveilles. Il photographie tous les modèles qu'il affectionne particulièrement et développe lui-même les clichés. Puis, il les affiche dans sa chambre, au fond de la cave. Les jours sombres et froids, il tricote des chaussons de toutes les tailles. Des chaussons très colorés, qu'il apporte à la Croix-Rouge ou à des bonnes œuvres. Et c'est d'ailleurs dans une paroisse qu'il rencontre Marie-Ange, en février. Ils échangent leur numéro de téléphone. Pure convenance pour Santini. Fol espoir pour la demoiselle.

Elle est émerveillée. Un homme qui tricote, c'est une perle. Un homme qui tricote par charité, c'est un être divin. Santini la trouve gentille et mignonne. De jolies robes mettent en valeur quelques-unes de ses formes exquises et sa taille fine. C'est un fait. Néanmoins, il déplore le choix de ses chaussures. Il n'ose pas lui en parler. Ne l'invite jamais au café. Ce serait la honte d'être accompagné d'une femme avec des mocassins aux pieds. Même s'ils sont toujours parfaitement cirés. Il a souvent entendu dire qu'elle était fabuleuse et adorable. C'est uniquement pour ces raisons qu'il daigne la voir. Il ne l'invite jamais chez lui. Surtout pas chez lui. Elle ne comprendrait pas sa fascination. Nul ne peut le comprendre.

C'est elle qui le reçoit pour des goûters dans son petit appartement trop lumineux. Normal, quand on a de vilains souliers, on cherche à briller autrement. C'est aussi qu'on n'a aucun goût pour décorer son intérieur. Chez elle, par exemple, aucune chaussette ne traîne. Tout est ordonné et bien rangé, harmonieux et propre. Il y a aussi quelques très beaux meubles. Et c'est navrant. Tout est si ordinaire. Un rien vulgaire. De plus, le thé est excellent. Beaucoup trop. Les sujets de conversation tournent vite court. Ils parlent des brioches qu'il ne manque jamais d'apporter. Il est bien élevé. Pour varier les discussions, il vient parfois avec des chocolatines, des biscuits ou du nougat. Jamais de fleurs. Elle pourrait penser à mal. Il ne nourrit aucun projet. Ne lui fait pas la cour. Loin de là. Elle lui raconte son enfance dépourvue du moindre intérêt. Il fait semblant d'écouter. S'ennuie. Met fin, un jour de mars, à cette pesante relation. Il doit partir en voyage d'affaires. Très longtemps. C'est tout ce qu'il a trouvé à dire.

* * *
 
Un an a passé. La vie a repris son cours sans ce joli pot de colle mielleux et mal chaussé : « Oh, Santini ceci, oh, Santini cela ! » L'enfer est vraiment pavé de bonnes intentions. Il doit se méfier de ces femmes aux pieds plats et peu raffinés. Le printemps approche. Il est heureux à l'idée de retourner au jardin. Il a rangé laine, coton, aiguilles et crochets au fond d'une armoire. Il va expédier ses dernières créations dans un lointain pays. C'est justement en se rendant à la poste qu'il croise de magnifiques escarpins. Une voix lui fait lever les yeux sur un charmant visage.
— Oh, Santini, tu es revenu ! Qu'est-ce que tu deviens ? Tu nous as manqué.
— Marie-Ange ? C'est à peine si je te reconnais.
— Pourtant je suis toujours la même. Je traîne toujours les mêmes robes et la même coiffure.
Elle rit, resplendissante. Ça lui serre le cœur.
— Mais ces escarpins ?
— Oh ça ! C'est un cadeau. Ils te plaisent ?
— Magnifiques ! Ils te vont à ravir. Qui te les a offerts ?
— Frédéric, mon fiancé. Il s'est passé tant de choses depuis ton départ... Frédéric m'a dit qu'une princesse comme moi devait en porter. Il adore m'acheter des chaussures. Je m'y suis habituée. Il est assez fétichiste. Ce n'est pas grave. On l'est tous un peu. Non ?
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Une histoire légère et très agréable pour un moment romantique un peu loufoque ! La chute et son ironie – un poil mordante – nous ont donné

Lire la suite
598

Un petit mot pour l'auteur ? 211 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Il suffisait donc qu'il lui achète lui-même une belle paire de chaussures, et tout aurait pus être différent. Rater le coche, la bonne occase, ça nous arrive à tous, non ? Très jolie histoire. A voté.
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Merci beaucoup Pat !
Image de Vero. La Comete
Vero. La Comete · il y a
Ce qui s'appelle "trouver chaussure à son pied"
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Tout à fait ! Merci Beaucoup Vero, de votre lecture.
Image de mirabelle leroy
mirabelle leroy · il y a
La chute est excellente !
Je file cirer mes chaussures 😉

Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Merci beaucoup Mirabelle ! Vous avez raison !
Image de Viktor September
Viktor September · il y a
Bravo ! On retrouve la même signature dans l'ensemble de vos écrits, c'est fort !
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Merci beaucoup Viktor, de cet agréable commentaire !
Image de JL DRANEM
JL DRANEM · il y a
Chausser d'aussi jolis pieds est une chose sérieuse traité avec beaucoup de légèreté ! félicitation pour ce texte original.
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Merci beaucoup JL pour votre aimable et gentil commentaire !
Image de Virgo34
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Merci beaucoup Virgo34 ! Bonne soirée !
Image de Myriam Boscaro
Myriam Boscaro · il y a
Ah j aime toujours autant les contes qui finissent bien ou l injustice est réparée et le méchant bafoué. Bravo à vous
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Merci beaucoup Marie !
Image de Olivier Descamps
Olivier Descamps · il y a
Un TTC, qui contrairement à son héros, a trouvé sa pointure... la meilleure qui soit... la reconnaissance du public ! Félicitations, Hortense !
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Merci beaucoup Olivier ! La reconnaissance du jury est une très belle reconnaissance également !
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Mes félicitations pour ce prix largement mérité !
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Merci beaucoup Annabel ! Belle journée !
Image de JH C
JH C · il y a
Bravo Hortense :)
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Merci beaucoup JHC 😉

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La neige sur le Pilat

Elisabeth Loussaut

Quand je suis sortie du hall de l'immeuble, tout était blanc, les voitures, les monts, la rue, plus de trottoir, plus rien que le froid et le blanc. Mes bottes étaient blanches, c'est ça qui me ... [+]