samedi 11 juillet 2020

il y a
2 min
19
lectures
5

JOURNAL INTIME - 25 Mai 2020  [+]

Samedi 11 juillet 2020
Salut bonhomme,
hé, oui, c'est encore et toujours moi... Tu ne croyais tout de même pas te débarrasser de moi comme on clôt la lecture d'un chapitre d'un doigt humide?
Je te regarde assis à ta table, le stylo plume caressant de ta belle écriture les pages de ton gros cahier et me permets un coup d'oeil par-dessus ton épaule. C'est vraiment pas mal ce que tu écris, mais c'est dommage: tu n'iras pas jusqu'au bout...
Longtemps j'ai recherché ce foutu manuscrit, mais en vain. Qu'as-tu pu en faire? Le détruire?... Je ne me vois pas en train de le faire... Le perdre?... Comment peut-on égarer un manuscrit?... J'ai tous tes livres depuis ce temps-là, mais de tes écrits point!...
Juste des bribes, des fulgurances... En ce moment, je sais que tu écris "... cette petite ville de province où l'on tremblait du "Qu'en-dira-t-on?" à l'ombre de vieilles commères en rides...".
Vraiment pas mal, je te dis... Mais bien dommage puisque tu n'iras pas au bout de l'aventure. C'est très con parce que tu ne le sais pas encore, mais ta chance était peut-être là et toutes ces heures à noircir et à noircir encore du papier se seront écoulées pour rien. Là est tout ton paradoxe: tu sais déjà qu'une vie ne te suffira pas, mais tu ne mets pas à profit celle qui t'est gracieusement offerte.
Tu maudis ce temps qui fuit et regrettes déjà d'être à demain, quand tu ne fais rien, ou si peu, de tes aujourd'hui... Tu ne vis pas ton rêve, tu rêves ta vie, ce qui n'a rien à voir, crois-moi.
En parlant de vivre...
Ennio a cassé son harmonica en ce début de semaine. Il a fichu le camp retrouver Sergio, James, Charles, Henry, Eli et Lee et j'en oublie sûrement, mais je sais que ceux-ci tiennent une place à part dans ton cœur de sale rêveur... Et ils sont partis eux aussi et je sais qu'ils te manquent déjà comme ils me manquent même si ce n'est pas pour les mêmes raisons...
Du haut de tes seize ans, tu n'as pas encore la nostalgie des séances de ciné du dimanche après midi au Trianon ou à l'Urbain V avec ton père... "Le bon, la brute et le truand" un soir de juillet au Grand Rex à Paris avec tonton Georges...
Ces yeux en gros plans qui se scrutent, se jaugent et se toisent... Cette poussière dans le vent et cette musique qui tonitrue et tonitruera longtemps à ton oreille d'aficionado du grand écran... Si tu savais...
Désormais biberonnés au prêt à visionner formaté de Netflix ou d'Amazon Prime - ne me demande pas ce dont il s'agit, tu le sauras bien assez tôt - les gens de ton âge ne savent plus le plaisir du strapontin de moleskine rouge fatigué ni les publicités de jean Mineur et pour la majorité d'entre eux Van Cleef n'est qu'une enseigne bling-bling parmi d'autres...
La mélodie de la montre-boîte à musique vient de s'arrêter à tout jamais... Il était une fois dans l'éternité...
Tonton Georges est au paradis des flambeurs et le crabe a gentiment bouffé ton père à côté de qui tu passeras, les années qu'il vous reste, en parfait inconnu.
Et ton frère va frapper à ta porte fermée à clef, toujours lorsque tu écris...
Si seulement je pouvais t'empêcher de refermer et de ranger ton cahier et ton stylo dans le tiroir... Si seulement je pouvais t'empêcher de te lever en repoussant ta chaise... Si seulement je pouvais t'empêcher d'ouvrir cette maudite porte!... Comprendrais-tu seulement que c'est parce que je sais que c'est l'instant où tout a basculé pour toi?...
Parce que je sais, comprends-tu?...
5
5

Un petit mot pour l'auteur ? 8 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
Tout ce qui rentre doit sortir..
Et chacun évacue à sa façon.. La votre est belle..

Image de François Personne
François Personne · il y a
Merci infiniment de votre assiduité et des messages très agréables dont vous voulez bien parsemer mon chemin d'écriture...
Image de JACB
JACB · il y a
L'autre qui est en soi ou soi qui est dans l'autre avec toujours cette petite part d'ombre qui fuit ou qui s'estompe la faute à soi ou la faute à l'autre! En tout cas une bien curieuse conversation pleine de pudeur et d'authenticité . Je referme la porte sans faire de bruit!
Image de Haruko San
Haruko San · il y a
Eh bien tout est dit.... Je ne m'aventurerai pas davantage sinon que Votre conscience se souvient de tout et Vous le rappelle du coup Vous impose d'écrire comme si Vous Vous penchiez sur Votre propre épaule histoire de voir que rien ne passe au travers et ne finisse à la corbeille. Je me garderai de commenter plus avant parce que JE sais.
Image de François Personne
François Personne · il y a
Il m'est parfois très douloureux de me pencher ainsi sur une épaule familière, mais la récompense en retour est si immense, si intense, que je me dis qu'après tout, savoir ne fait pas tout mais y contribue largement. Un simple merci sera-t-il suffisant?...
Image de Haruko San
Haruko San · il y a
Vous connaissez la réponse-)
Image de Claudine Rêve
Claudine Rêve · il y a
Lettre à soi même, à l’enfant qui reste en soi ... ne pas lui prédire son avenir, le laisser grandir :
« C’est écrit ! » qu’aurait dit le Jacques de Diderot .
« Rien n’est écrit » que rétorquerait son maître .
«  Écrit ou pas, t’en sais rien. Arrête de te battre contre tes éléments, prends ta plume ! Parce que la plume, c’est bien, c’est gentil ; ça fait voler l’oiseau. L’oiseau, il plane - tu prends pas la coke - parce q’ c’est mal ça . Il vole haut, grâce à sa plume, l’oiseau . Et puis c’est beau, le chant d’un oiseau . Alors laisse le chanter ! », paroles qu’auraient pu dire JCVD.

À votre plume, retrouvez ce manuscrit ou sa copie enfouie dans votre esprit, et faites nous entendre le chant de l’oiseau 😜

Oh, le joli rossignol que voilà !! 😊

Image de François Personne
François Personne · il y a
Merci infiniment pour ces quelques mots empreints de cette poésie qui fait de vous ce que vous êtes et fait rougir qui je suis.
Matinale à ce que je vois?... Excellente journée et, qui sait à plus tard.
Pour ce qui est de l'oiseau il est, je pense, très en forme ce matin...

Vous aimerez aussi !